Décryptage#MaddyMoney
Temps de lecture : 04'15''
12 février 2021
Heye Jensen

64 millions d’euros levés par les startups françaises cette semaine

Maddyness dresse le bilan des levées de fonds de la semaine qui vient de s'écouler. 14 opérations ont permis aux startups françaises de lever près de 64 millions d'euros.

Montant
63,91M€
Nombre d’opérations
14
TOUS LES VENDREDIS, L’ACTU FINANCIÈRE DES STARTUPS DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Dans le cadre de ce bilan hebdomadaire des levées de fonds, Maddyness recense toutes les opérations annoncées par les startups dont le siège social se trouve en France. Si tous les secteurs d’activité sont éligibles, seules les entreprises âgées de dix ans ou moins apparaissent.

Autres actualités financières

WeMaintain acquiert Shokly. La PropTech, experte de la maintenance d’ascenseurs, fait un pas de plus vers l’entretien connecté des bâtiments en mettant la main – pour un montant non communiqué – sur l’activité complémentaire du spécialiste de la maintenance des systèmes de sécurité incendie. Si la startup compte se focaliser sur l’intégration de ce produit à ceux qu’elle propose déjà, elle va aussi poursuivre son expansion. Après un bureau à Londres en septembre 2020, d’autres villes européennes sont en ligne de mire.

Charlie Paris rachète La Partisane. La maison d’horlogerie s’offre la marque de montres et la ligne de bijoux féminine pour un montant non divulgué. Son objectif : diversifier ses offres en maintenant « la fabrication française » . Elle accompagnera La Partisane dans sa stratégie de développement, « en lui apportant son savoir-faire et son appui dans ses initiatives ». De quoi doper son activité alors que les bijouteries ont fortement été touchées par les fermetures successives décidées ces derniers mois pour lutter contre le Covid-19.

Bolloré Logistics prend une participation majoritaire dans Ovrsea. Filiale du groupe Bolloré, Bolloré Logistics met ainsi en avant « la complémentarité » entre son activité et celle de la startup, commissionnaire de transport numérique. De la cotation à la facturation, en passant par le suivi en temps réel de la livraison, cette dernière entend bénéficier de l’expérience du groupe dans le cadre de son internationalisation. Le but pour Bolloré : offrir un parcours 100 % numérique à ses clients à l’échelle internationale, alors qu’Oversea anticipe un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros d’ici à 2025.

Givaudan acquiert Myrissi. Le groupe suisse, actuellement numéro un mondial des parfums et arômes, met la main sur la jeune pousse française à l’origine d’une intelligence artificielle capable de traduire les parfums en images et ainsi prédire la réaction du consommateur. Les termes de l’acquisition, qui doit être finalisée début 2021, n’ont pas été dévoilés. Givaudan explique avoir jeté son dévolu sur cette entreprise, née en 2014 et basée en France près de Nancy (Grand-Est), dans le but de conforter « sa stratégie à long terme visant l’extension de ses capacités dans le domaine de l’intelligence artificielle » . De quoi proposer “de nouvelles approches narratives visuelles et verbales des consommateurs » , alors que l’e-commerce est en forte croissance suite à la pandémie.

Datadog rachète Sqreen. La startup new-yorkaise, qui a développé une plateforme de gestion et sécurisation des applications cloud, mettra la main – pour un montant non communiqué – au second trimestre 2021 sur son homologue parisienne, à l’origine d’une solution visant à détecter et contrecarrer les attaques informatiques subies par ses clients. Elle juge que « l’intégration des équipes de développement, de sécurité et d’opérations » de Sqreen lui permettra notamment de mieux gérer les diverses applications cloud dont elle a la charge en renforçant le lien avec les développeurs ayant mis au point ces dernières.

Big Idea Ventures développe son New Protein Fund. La société d’investissement américaine, une des principales en matière d’early stage dans le domaine de la FoodTech à l’échelle mondiale, renforce sa présence en Europe. Pour rappel, ce véhicule dédié à l’amorçage de technologies dites « plant-based » et « cell-based » a levé 50 millions de dollars depuis son lancement en 2019. Son activité en France accélère, puisqu’il a reçu le concours d’acteurs clés du marché européen, parmi lesquels les groupes Bel et Buhler, en vue de l’ouverture d’un accélérateur de projets à Paris en 2021. Les partenaires font part de leur « volonté d’accompagner les startups qui développent des solutions répondant aux évolutions des besoins nutritionnels et aux enjeux d’une alimentation durable ».

Eurazeo lance son fonds Smart City II. Abondé à hauteur de 80 millions d’euros, ce dernier investira dans les sociétés digitales innovantes les plus prometteuses de la mobilité, de l’énergie, du bâtiment et de la logistique. Ont participé à cette levée de fonds des groupes français, allemands et asiatiques (EDF, Stellantis, RATP, Total, Mainova, Duisport, Sansiri), des investisseurs institutionnels – parmi lesquels PRO BTP – et des family offices. Pour mémoire, le véhicule de première génération a réalisé près de 25 investissements à travers le monde. Les entreprises bénéficiaires – Glovo, Volta Charging ou WeRide – ont toutes « démontré un fort potentiel de croissance à l’international ».

Covéa Perspectives Entreprises est labellisé « Relance ». Le fonds historique de Covéa Finance investit à hauteur de 75 % minimum dans les petites et moyennes entreprises de l’Union européenne – dont 50 % dans des valeurs françaises. La société de gestion juge que ce label, dont l’ambition est de soutenir l’économie française post-crise sanitaire, lui permettra de « soutenir les initiatives d’entreprises, principalement françaises, en phase de développement » et « confirmer son engagement dans une période économique difficile ».

Cathay Capital nomme Arthur Yeung en tant que directeur général délégué. Professeur à la Michigan Business School et à la China Europe International Business School (CEIBS), Arthur Yeung a pour mission d’« accompagner l’évolution de Cathay Capital et préparer l’avenir, en poursuivant l’exploration d’opportunités et de modèles innovants ». Il dispose, en outre, de 20 années d’expériences au sein d’entreprises internationales telles qu’Alibaba, Tencent, Acer ou Philips, et continuera d’occuper son rôle de consultant senior chez Tencent en parallèle de sa nouvelle mission. Cathay Capital annonce, par ailleurs, renforcer son organisation via diverses promotions en Europe, en Asie et aux États-Unis.