Décryptage par Maddyness, avec Ixiade
2 mars 2021
2 mars 2021
Temps de lecture : 7 minutes
7 min
10378

Replacer l’humain au cœur de l’innovation augmente les chances de succès

En France, plus de 80% des innovations finissent par échouer, et cela touche autant les startups que les grands groupes. Et pour cause : tous peuvent faire les frais d’une mauvaise définition de leur produit, service, cibles ou d’une mauvaise appréhension des usages. Pour doper les chances de succès, l’agence de stratégie, d'études et de design Ixiade fait de l’expérience utilisateur une priorité.
Temps de lecture : 7 minutes

Les échecs en matière dinnovation ne sont pas que lapanage des startups. Touchant tous types de structures, grandes, petites, moyennes entreprises, ils peuvent toutefois être évités si ce nest endigués. Mais pour maximiser les chances de succès, linnovation doit être initiée en pleine conscience du risque potentiel. Ce que confirme Pascal Pizelle, fondateur de lagence Ixiade (société du groupe Absiskey). " En France comme partout dans le monde, la communication autour de linnovation est surtout remplie de success stories. On ne parle que des choses qui fonctionnent alors quau fond, ce qui caractérise linnovation, cest plutôt le taux d’échec. Entre 80% et 90% des projets dinnovation (ceux en phase de développement et ceux déjà commercialisés) aboutissent à des échecs. " Et bien souvent, le fiasco nest ni dordre économique ni technologique, mais surtout lié au facteur humain. " Il y a, dune part, ce qui relève de l’équipe elle-même, du manque de culture de linnovation dans lentreprise et du mauvais management ; et dautre part, de la connaissance insuffisante de lutilisateur et des usages. " Résultat : une fois que le service ou le produit est commercialisé, il ne trouve pas son marché.

Sans connaissance de lutilisateur, l’échec est garanti

Alors, que faire pour limiter les risques d’échec ? Tout dabord, mieux vaut intégrer la connaissance utilisateur et utilisatrice le plus tôt possible dans le processus dinnovation. Et ce, dès le stade de lidée car plus l’échec intervient tard dans ce processus, plus les pertes financières sont importantes. " Contrairement à ce que lon pourrait penser, ce nest pas du tout inné de mettre lhumain au centre de linnovation, observe Charlotte (Decorps) Roux, chargée de projet marketing chez Ixiade. Les startups et porteurs de projets ont particulièrement du mal à le faire. En tant que petite structure, on na pas toujours la culture de linnovation. Quand on a une idée, on la trouve géniale et on va sonder les personnes de son entourage sauf que celles-ci sont difficilement objectives et quelles ne représentent pas le public ciblé par la solution quon développe. " Pascal Pizelle abonde : " Le symptôme très courant des porteurs de projets, cest leur difficulté à se glisser dans la peau de leurs futurs clients. Il sagit de faire des contorsions au cerveau et quand ils parviennent enfin à se projeter, dans deux cas sur trois, il sagit de leurs propres projections. "

Cest pourquoi linnovation doit, avant toute chose, répondre à des besoins et problèmes concrets que rencontrent un certain nombre dutilisateurs et utilisatrices. Ce qui suppose de mieux les connaître, eux, leurs aspirations, leurs problématiques et leurs usages. Une mission essentielle quand on développe une solution, qui nest toutefois pas toujours évidente. Lagence Ixiade en sait quelque chose. Avec son pôle R&D basé à Grenoble et plusieurs implantations en France, lentreprise accompagne aussi bien les grands groupes que les plus petites structures, françaises comme internationales, avec un parti pris : remettre lhumain au centre du processus dinnovation. " Les équipes dinnovation ignorent trop souvent cet aspect, regrette Pascal Pizelle. Elles investissent un maximum sur les technologies, sont éblouies par leur savoir et oublient que linnovation sur laquelle elles travaillent est destinée à une cible. Or, cette cible, si on ne la prend pas en compte en amont, l’échec sera tout simplement inévitable. "

Chez Ixiade, une équipe pluridisciplinaire (sociologues, marketeurs, psychologues, linguistes, designers, ...) sattèle donc à maximiser les chances de succès dune innovation selon une vingtaine de méthodologies éprouvées, organisées autour des grandes phases d’évolution d’un projet. Depuis la recherche d’opportunités jusqu’au développement de produits ou d’interfaces, en passant par la définition de concepts et par leur évaluation auprès des utilisateurs et utilisatrices, Ixiade apporte des solutions sur-mesure pour répondre aux problématiques de chacun de ses clients et clientes.

Une nouvelle offre pour les petits portefeuilles

Parce que les études dIxiade n’étaient pas accessibles aux plus petits budgets, lagence grenobloise vient de mettre au point une nouvelle offre : Reach your Market, " un e-service d’études qui permet d'évaluer le potentiel de marché dun projet d'innovation auprès de futurs utilisateurs. " Lavantage de cette formule ? Des prix plus bas et du temps gagné. " On est capable de délivrer des résultats robustes, validés scientifiquement, au bout de quelques semaines, affirme Charlotte (Decorps) Roux. On adapte le planning du projet aux contraintes des porteurs, ne serait-ce que pour que les résultats servent à soutenir des demandes de financement avec des échéances précises par exemple. " Moins onéreux, le service se veut tout aussi qualitatif. " À force de travail, dexpérience et de travaux en recherche et développement (R&D), on a réussi à mettre au point un service digitalisé, en modélisant notre savoir-faire en matière dacceptabilité et de désirabilité - deux de nos vingt méthodes, précise Pascal Pizelle. En clair, Reach your Market, cest un condensé de notre savoir-faire, de notre expérience mais aussi de technologies (le service allie intelligence humaine et artificielle), qui nous permet de proposer deux à trois fois moins cher notre expertise, et dans un temps réduit. "

Pour bénéficier de Reach your Market, le mode demploi est simple. Le porteur de projet peut passer par un formulaire, directement sur le site du service pour expliquer son concept et ses problématiques et avoir une estimation budgétaire instantanée, ou prendre contact par téléphone ou par mail. " À la suite de quoi, il recevra un devis avec une proposition méthodologique et tarifaire adaptée à son projet ", détaille Charlotte (Decorps) Roux. Avant de poursuivre : " La seconde étape consiste ensuite à mettre en place le recrutement des utilisateurs du public ciblé par linnovation. Et là encore, tout est sur-mesure, on sadapte à chaque projet. Si le concept est destiné aux chirurgiens, on va contacter des chirurgiens. Si ce sont des cyclistes de haut niveau, on ira voir des cyclistes de haut niveau. " Une fois les cibles recrutées, lheure est à la collecte de linformation. Cette étape peut se faire soit lors dentretiens individuels en ligne, soit sous la forme de tables rondes virtuelles, soit via la plateforme communautaire yoomaneo développée par Ixiade. Lintérêt de ce dernier mode ? Réunir les avantages dune collecte par entretien individuel et ceux dune collecte par focus group avec des temps dexpression individuels et collectifs. Les participantes et participants sont notamment invités à prendre connaissance du concept innovant, à partager leurs opinions et à réagir aux discours de chacun et chacune : " À la fin, après analyse des résultats, on est capable d’évaluer lacceptabilité et la désirabilité de l’innovation, de rendre des conclusions et dapporter des recommandations relatives à la formalisation du concept et à la stratégie marketing à mettre en place pour aider le porteur du projet dans sa prise de décision ", résume le fondateur de lagence. Point final de la prestation : les recommandations délivrées par les experts dIxiade. " Du début à la fin, le client na rien à faire, tient à souligner Pascal Pizelle. On prend le relais sur tout. Lui na qu’à suivre sur un dashboard le recrutement des cibles, lavancée des étapes, si la collecte est en cours ou finie, et enfin les résultats. Cest du pain béni ! "

Le service n'a en tout cas pas manqué de séduire la psychologue Maëva Buisson-Chavot. Cette spécialiste a fait appel à Reach your Market pour évaluer son projet Acropsy, un programme thérapeutique numérique qu'elle a imaginé avec son associée et qui aide les mères à surmonter la dépression post-partum. " Passer par une étude Reach your Market était, pour nous, le moyen de vraiment savoir si notre concept allait avoir du succès, si son format digitalisé et son prix étaient pertinents et quelles étaient les modifications à apporter pour améliorer notre offre, raconte Maëva Buisson-Chavot. Comme le sujet est encore tabou de nos jours, nous avions aussi une grande interrogation sur la stratégie de communication. " À l'issue de plusieurs semaines d'expertise, Reach your Market a livré ses conclusions ainsi que ses recommandations. Confortée dans son projet et grâce aux conseils livrés par l’équipe Reach your Market, Maëva Buisson-Chavot n’a pas tardé à convaincre de nouveaux partenaires à rejoindre l’aventure Acropsy. De quoi partir sur d’excellentes bases.

En savoir plus sur Reach your Market

Maddyness avec Ixiade

Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Les + lus