Actus
Temps de lecture : 02'32''
3 mars 2021

Etudiants : il existe des espaces partagés pour travailler hors de chez vous

Mi-février, Deskapad a lancé l'opération "coworking solidarité étudiants". Son objectif : cartographier tous les espaces qui ouvrent, gratuitement ou à petit prix, leurs portes aux étudiants pour qu'ils puissent étudier sereinement.

Malgré l’arrivée du vaccin et la mise en place d’un couvre-feu, de nombreuses universités et écoles gardent encore portes closes, isolant les étudiant·e·s dans leurs logement, parfois modestes. À la précarité alimentaire et numérique de certains s’ajoutent un manque criant de contacts humains. Certains étudiants décrochent, d’autres perdent complètement pied. Pour tenter de limiter les effets de la pandémie sur le quotidien des étudiants, certains espaces de coworking, Tiers-lieux et entreprises ont décidé d’accueillir ces jeunes dans leur établissement. 

Retrouver un peu de lien

La société Deskapad, qui s’adresse habituellement aux entreprises pour les aider à trouver des espaces où travailler, a décidé de venir en aide aux étudiant·e·s. À travers son opération « Coworking Solidarité étudiant », elle a cartographié les espaces partagés en France qui proposent aux étudiants de venir y étudier, pour une heure ou plus, gratuitement ou pour quelques euros. « L’idée nous est venue entre octobre quand on a pris conscience de l’isolement des étudiants et qu’on a vu quelques actions isolées d’espaces qui ouvraient leurs portes aux étudiants » , explique Archibald Lohéac-Derboulle, CEO et fondateur de Deskapad. 

Le système est simple : la carte répertorie tous les espaces qui proposent des offres aux étudiants. Il suffit de zoomer sur la région où l’on se trouve et de cliquer sur un logo pour découvrir la prestation proposée. Certains ouvrent leurs portes gratuitement et de manière illimitée – dans la limite des places disponibles, d’autres quelques demi-journées par semaine ou demandent une participation minime. Toutes les informations importantes sont fournies dans la fiche réalisée par Deskapad et un lien permet même d’accéder directement à l’établissement. « Le système qu’on a mis en place permet une relation directe / gratuite entre l’espace qui héberge et l’étudiant qui cherche l’espace. Cela permet de rendre l’information sur la mobilisation des espaces plus visible et plus accessible auprès des étudiantes » , développe le CEO de Deskapad. 

Les espaces de coworking en première ligne

Les espaces de coworking et des Tiers-lieux qui n’arrivaient pas toujours à mettre en valeur l’initiative y ont rapidement vu un intérêt. On observe « un engouement certain du côté des espaces de coworking, en particulier les espaces indépendants et associatifs qui ont l’habitude de se mobiliser pour des sujets solidaires comme Ô Local, Vacouva ou Le Paon ou des grosses structures comme Multiburo, Startway, Now Coworking ou La Maison du coworking » , détaille Archibald Lohéac-Derboulle.

Côté entreprises, seules deux sociétés –  le cabinet d’architecture lillois O Architecture et Fileo Groupe – sont référencées. La mise en place du télétravail et le manque d’espace pour assurer la bonne distanciation sociale peuvent, en partie, expliquer la fébrilité de certains dirigeants à ouvrir leurs portes. Si toutes les régions ne sont pas adressées par des offres, pour le moment, on observe tout de même que la côte Atlantique et l’Île-de-France sont plutôt bien fournies. 

En quinze jours, Deskapad a déjà réussi à collecter 130 adresses. « L’impact côté étudiants est encore dur à percevoir, admet Archibald Lohéac-Derboulle. J’ai d’ailleurs sollicité l’aide d’une jeune freelance pour être plus visible directement auprès d’eux et qu’ils puissent profiter de cette opportunité. »

Découvrez la cartographie de Deskapad, ici !