Décryptage#MaddyMoney
Temps de lecture : 03'07''
5 mars 2021
Chance Anderson

33 millions d’euros levés par les startups françaises cette semaine

Maddyness dresse le bilan des levées de fonds de la semaine qui vient de s'écouler. 11 opérations ont permis aux startups françaises de lever près de 33 millions d'euros.

Montant
32,58M€
Nombre d’opérations
11
TOUS LES VENDREDIS, L’ACTU FINANCIÈRE DES STARTUPS DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Dans le cadre de ce bilan hebdomadaire des levées de fonds, Maddyness recense toutes les opérations annoncées par les startups dont le siège social se trouve en France. Si tous les secteurs d’activité sont éligibles, seules les entreprises âgées de dix ans ou moins apparaissent.

Autres actualités financières

Bilendi rachète Humanizee. Le groupe parisien, spécialiste des technologies et données d’études, met la main sur la startup à l’origine de la solution DiscussNow – le montant de l’opération n’a pas été dévoilé. Cette plateforme multicanal de conversation et d’analyse, qui propose aux acteurs du marketing et des études de nouveaux moyens d’échange avec leurs clients. Elle collecte et analyse par le biais d’algorithmes d’importants volumes de données issues de conversations ayant lieu au travers d’applications de la vie courante – WhatsApp, Facebook Messenger, Slack, etc. Bilendi qualifie l’opération de « stratégique » , puisqu’elle doit lui permettre d’accélérer sur le marché des études qualitatives, en croissance et au cœur des tendances de marché des études online.

Partech investit dans Rohlik. Le fonds français a mené un tour de table de 190 millions d’euros pour la startup tchèque, qui s’est donnée pour mission d’élever les standards de la livraison et de la qualité de la nourriture dans l’industrie alimentaire – raccourcir les délais ou s’approvisionner chez des fournisseurs locaux, par exemple. Fondée en 2014, Rohlik est présente en Hongrie depuis 2019, en Autriche depuis 2020 et débutera en Allemagne en 2021. Cette levée de fonds vise, d’ailleurs, à accélérer cette expansion internationale.

Argobio lève 50 millions d’euros. Le startup studio français s’est adjoint l’appui financier de l’Institut Pasteur, Bpifrance, Kurma Partners, Angelini Pharma et Evotec. Son ambition est de mettre sur pied « au moins 5 BioTech en 5 ans ». Il fait, par cette opération, entrer à son capital des partenaires stratégiques et engagés pour le développement du secteur. La structure accompagnera ses entreprises dans la phase d’amorçage et jusqu’à la Série A. Pour mémoire, les encadrant·e·s sont en très grande majorité des entrepreneur·euse·s en résidence ou expert·e·s en biotechnologies dont une partie du travail visera à identifier les innovations issues du monde académique à même de devenir des entreprises à succès.

Sofinnova Partners clôt son fonds Crossover à hauteur de 445 millions d’euros. La société de capital-risque, spécialisée dans les sciences de la vie, exploitera cette somme pour financer les entreprises européennes de biopharmacie et d’instrumentation médicale. Une poignée de scaleups parmi les plus prometteuses hors Europe pourra également être soutenue. Dix premiers investissements ont déjà été réalisés à date. Sofinnova Crossover a décroché le label « Tibi » , ce qui le rend éligible aux 6 milliards d’euros mobilisés par les institutionnels français pour financer l’accélération industrielle et commerciale du pays.

Audacia clôt son fonds Quantonation I à hauteur de 20 millions d’euros. La société de gestion qui structure des solutions d’investissement en private equity, en immobilier et en venture capital pour les particuliers et institutionnels, exploitera cette somme dans le cadre d’investissements dans les technologies quantiques – capteurs, communications et informatique quantique – en Europe comme en Amérique du Nord. Le fonds investit « très tôt » dans la vie des sociétés, en les co-créant parfois aux côtés des entrepreneur·euse·s ou scientifiques, et les accompagne ensuite jusqu’à leur série A ou B. Il revendique, fort de ses 12 premiers investissements, « le plus gros portefeuille du secteur dans le monde ».

Scop lance le fonds CoopVenture. En gestation depuis cinq ans, ce dernier s’apprête à investir son capital de 4,425 millions d’euros dans des startups qui présentent des valeurs proches de celles des coopératives – ses critères principaux : la présence de numérique et une gouvernance démocratique. Le ticket moyen oscillera entre 150 000 et 300 000 euros, l’objectif étant de créer « un effet levier pour inciter d’autres structures comme les banques à investir pour atteindre environ un million d’euros » . Coopventure reprendra les codes des fonds Evergreen, très développés outre-Atlantique et dont la durée n’est pas déterminée. Le fonds d’investissement entend aussi quadrupler son capital d’ici à 18 mois.