Portfolio#MaddyCrowd
Temps de lecture : 02'47''
27 mars 2021

La revue Twomorrow va décrypter 20 solutions pour lutter contre le réchauffement climatique

Voyager en Europe dans un van aménagé pour découvrir des entreprises dont les produits et les services permettent de lutter contre le réchauffement climatique, c’est le projet mené par Célia Poncelin et Léo Primard. Ils partagent leur expérience et les projets de 20 entreprises dans Twomorrow, une revue de 250 pages.

Célia Poncelin, ancienne CMO d’Heuritech et Léo Primard, auparavant chez Ignition Program, vont parcourir l’Europe dans un van aménagé durant six mois. Objectif : aller interviewer une vingtaine d’entreprises européennes qui « opèrent dans les industries les plus polluantes : l’alimentation, l’énergie, la mobilité, l’industrie, les finances, la construction » et proposent des alternatives plus durables aux solutions utilisées depuis des décennies, résume Célia Poncelin. Leur aventure et leurs découvertes seront retranscrites dans une revue de 250 pages fabriquée à partir de papier recyclé à Grenoble.

Dessiner un avenir plus optimiste

L’année passée n’a pas été marquée par un fort optimisme. Parler d’écologie et de réchauffement climatique n’amène pas non plus à des discussions particulièrement réjouissants sur l’avenir qui se profile. C’est pour prendre le contre-pied de cette morosité que Twomorrow a été imaginé. Les deux initiateurs du projet expliquent vouloir « se concentrer sur les solutions plutôt que les problèmes pour engager les lecteurs dans une réflexion sur le futur de nos sociétés »

La revue de 250 pages contiendra des fiches explicatives sur les grands enjeux traités par les solutions découvertes, des interviews avec les entrepreneurs, des scientifiques, des salariés, des pages « carnet de voyage » ainsi qu’une catégorie « aller plus loin » comprenant des ressources pour approfondir les sujets traités. Dense mais volontairement optimiste, Twomorrow veut mettre en exergue des solutions viables à grande échelle. 

« Notre souhait n’est pas de faire une liste à la Prévert mais de se concentrer sur quelques solutions qui existent déjà, qui ont un impact et qui sont déployables rapidement à grande échelle » , explique Célia Poncelin. Pour sélectionner ces solutions, qui se trouvent toutes à « deux pas de chez nous, sans devoir partir à l’autre bout du monde » , les deux voyageurs se sont concentrés sur quatre critères : ces solutions ont-elles un impact réel et avéré pour inverser la courbe du changement climatique; opèrent-elles dans les industries les plus polluantes; ces solutions sont-elles viables à l’échelle d’une société et ces technologies peuvent-elles déployées facilement et à quel coût ? 

Un projet soutenu par de nombreux sponsors

Le départ est prévu pour le 20 avril. Au cours des six mois qui suivront, le couple traversa au moins une dizaine de pays : la France, la Suisse, l’Autriche, la Grèce, l’Allemagne, la Suède, le Danemark, la Finlande les Pays-Bas et l’Espagne. Pour mener à bien leur projet dans une période d’incertitude sanitaire, ils voyageront dans un van et aménagé avec des matériaux de seconde main. 

« Le fonds d’investissement Serena a été le premier sponsor à nous suivre. Pour Leboncoin, nous les avons contactés car nous avons acheté notre van chez eux. Nous avons aussi d’autres sponsors : Shine, Sycomore, Ma Bonne Étoile, C’est encore Loin, Reforest’action, Logikko » , tient à préciser Célia Poncelin. 

Le choix d’un format revue plutôt qu’un documentaire n’est pas non plus anodin. « Nous souhaitions un bel objet que nos lecteurs puissent garder chez eux en souvenir. Par ailleurs, un livre a la même ’empreinte’ écologique qu’un documentaire de 2h (= 1kg de Co2) mais il se lit moins vite » , explique t-elle. Pour donner vie à leur projet, Célia Poncelin et Léo Primard ont lancé une campagne de crowdfunding sur Ulule. La sortie de la revue est prévue pour Noël 2021, un cadeau plein d’optimisme à mettre sous le sapin, en format papier ou numérique.

Les premières contreparties débutent autour de 10 euros. Grâce à son partenariat avec Reforst’action, l’achat d’une revue papier permet de financer la plantation d’un arbre. 

Pour soutenir Twomorrow, c'est ici.