Actus#mobilité
Temps de lecture : 03'15''
16 juin 2021

Un premier bilan pour l’accélérateur de startups du groupe RATP

Avec 180 candidats en deux ans, l’accélérateur de startups du groupe RATP a connu un véritable engouement. À l’approche de cette fin de deuxième saison, il est temps de dresser un premier bilan de cette structure consacrée aux mobilités de demain et au mieux-vivre ensemble.

180 candidates pour 12 élues. Un nombre restreint qui s’explique par une volonté d’apporter un accompagnement personnalisé, sur-mesure aux startups sélectionnées pour les deux promotions. « Il y a maintenant plus de deux ans, nous faisions beaucoup de collaborations sur des périmètres restreints, mais sans un impact industriel à l’échelle du Groupe. Nous avons alors souhaité mettre l’accent sur des collaborations stratégiques avec des startups innovantes pour booster au maximum le développement de nouveaux services et faciliter l’industrialisation de nos projets » , explique Marine Martinez, Start Up Program Manager au sein de l’accélérateur.

Des thématiques variées pour des startups triées sur le volet

La sélection de startups de l’accélérateur répond aux besoins du groupe RATP, qui fixe chaque année de nouveaux thèmes pour aiguiller les entreprises candidates. Au fil de ces deux ans, l’essence même du programme a été de faciliter le développement de startups à fort potentiel. Et pour aider le groupe à gérer son réseau international présent sur quatre continents, les startups candidates proposent des solutions innovantes dans des secteurs d’activités variés.

La mobilité n’est pas la seule thématique abordée au sein de l’accélérateur. Il est aussi question de gestion des infrastructures ou de partage d’informations avec les voyageurs, grâce à l’intelligence artificielle par exemple. L’une des thématiques soumises aux candidats et candidates de la première saison était « la digitalisation des métiers » . À travers le projet STREMIA (Stratégie de Remisage Matériel Roulant par l’Intelligence Artificielle), la startup Fieldbox.Ai propose ainsi un outil d’aide à la décision pour les chefs de régulation et les aiguilleurs. En faisant appel à des algorithmes d’intelligence artificielle, la solution STREMIA analyse en temps réel les données collectées sur le réseau pour aider les responsables à fluidifier le réseau. Ce projet d’exploitation prédictive est une expérimentation grandeur nature, et l’un des premiers projets structurants lancés par le programme IA du groupe RATP.

Un développement vertueux pour tous les acteurs

« Être partenaire de la RATP, dans une recherche de levée de fonds, est un levier de confiance et de crédibilité auprès des investisseurs » , témoigne Marine Martinez. Ce partenariat a ainsi été valorisé par Bulldozair au moment de sa levée de fonds de 4 millions d’euros. Être labellisé par l’accélérateur du groupe, ouvre de nombreuses portes auprès de nouveaux partenaires industriels. Tandis que la RATP, elle, a accès à de nouvelles solutions innovantes pour améliorer la qualité de ses services grâce à ce partenariat.

La startup Viibe a aussi pu profiter de cet accompagnement. Elle déploie une application d’assistance vidéo collaborative compatible avec tous les appareils sans téléchargement. Les collaborateurs peuvent ainsi s’affranchir de la distance parfois contraignante qui les sépare. Le flux vidéo en direct combiné aux fonctionnalités d’assistance et de collaboration en temps réel facilitent les diagnostics et la résolution de problèmes. Jusqu’à 30 déplacements sur site par mois ont ainsi pu être évités aux agents RATP en charge de la maintenance des équipements électriques.

La spécificité de cette deuxième saison ? Le thème « résilience Covid » , incarné par la startup Nano-Désinfection, créée au printemps 2020 et qui propose un traitement de surface nanotechnologique qui assure une désinfection continue sans recours à des produits chimiques. « Nous faisons travailler ces jeunes entreprises avec nos experts qui leur apportent la rigueur et l’efficacité propre aux grands groupes internationaux comme la RATP. Cette proximité avec nos équipes leur permet de gagner en maturité dans le déploiement de leurs solutions » , analyse Marine Martinez. Le facteur clef de ce succès réside donc dans la co-construction des projets, pour que chaque partie prenante apporte ses compétences propres.

Même si le programme ne s’étend que sur six mois, Marine Martinez l’affirme : « Notre objectif est de fédérer une communauté de startups fidèles, qui s’étend au-delà du programme. C’est pourquoi nous continuons de travailler aujourd’hui avec des entreprises de la première promotion. «  Un accompagnement dans le temps, sous forme d’un réseau d’alumnis, qui aide à la pérennisation des solutions et des services proposés par les startups et adoptés par le Groupe.

Maddyness, partenaire média du groupe RATP