Actus
Temps de lecture : 02'07''
2 juillet 2021
happn rappaport
Didier Rappaport, fondateur d'Happn Capture d'écran YouTube

Didier Rappaport quitte Happn suite à des accusations de violences sexuelles

Dans une enquête de Mediapart publiée il y a quelques jours, 70 actuels et anciens salariés de l'application de rencontre Happn dénonçaient les agissements de son PDG. Didier Rappaport vient de quitter l'entreprise.

C’est une nouvelle information révélée par Mediapart : suite aux accusations à l’encontre de Didier Rappaport, fondateur et PDG de l’application de rencontres Happn, l’homme d’affaires vient de quitter son poste. D’après les informations du site d’investigation, les bureaux parisiens de l’application de rencontres ont été exceptionnellement fermés mercredi 30 juin. Ce jour-là, les investisseurs de la startup, qui a levé de l’argent notamment auprès des fonds français Eurazeo et Alven, ont été réunis autour de Karima Ben Abdelmalek, secrétaire générale et directrice des ressources humaines de la société. Au terme de cet entretien, cette dernière aurait contacté l’ensemble des salariés pour leur annoncer le départ de Didier Rappaport de l’entreprise. Elle sera d’ailleurs la nouvelle présidente d’Happn jusqu’à nouvel ordre. Maddyness a contacté l’entreprise pour avoir une réaction. Nous mettrons cet article à jour en cas de réponse de sa part.

Dans une enquête du même média, publiée le 25 juin dernier, 70 personnes passées par cette entreprise ont dénoncé le comportement de leur patron, l’accusant notamment de violences sexuelles, démenties par l’entrepreneur. « Gestes inappropriés » , management « par la terreur » et « remarques sexistes » … Des dizaines de collaborateurs et collaboratrices et d’ancien·ne·s salarié·e·s ont en effet incriminé le PDG d’Happn. Et, si le sexagénaire a formellement contesté avoir été « irrespectueux ou vulgaires » ainsi que les attouchements dont on l’accuse lors d’un entretien accordé à Mediapart, l’entreprise a du réagir en conséquence de ces graves déclarations.

Ouverture d’une enquête, cellule d’écoute psychologique et remplacement du PDG

Dans la foulée de la publication de cet article, la direction des ressources humaines d’Happn a envoyé un mail à ses salariés afin d’annoncer l’ouverture d’une enquête sur le sujet. Et les actions de l’entreprise ne se sont pas arrêtées là puisque Mediapart nous apprend qu’une cellule d’écoute psychologique est ouverte depuis lundi 28 juin pour les personnes souhaitant s’entretenir avec un psychologue.

Contactés par le média d’investigation, de nombreux salariés se sont déclarés « soulagés » , « libérée d’un poids » pour une salariée, et rassurée pour une autre, qui se réjouit que « les prochaines recrues n’auront pas à subir ça… Ça me met du baume au coeur » .  Certains, en revanche, semblent percevoir amèrement la décision de cette nouvelle présidence, dénonçant « l’inaction de cette directrice des ressources humaines pendant des années » , soulignent les journalistes de Mediapart.