Actus#biotech
Temps de lecture : 02'04''
1 septembre 2021
valneva biotech virus vaccin covid-19 boris johnson royaume-uni
Le Premier Ministre britannique en visite dans le laboratoire de la Biotech française Valneva à Livingston, en Ecosse, le 28 janvier 2021. Wattie Cheung / POOL / AFP

Covid-19 : pourquoi la Biotech Valneva flambe en Bourse

L’action de Valneva a enregistré une septième séance de hausse d’affilée ce mardi 31 août, pour atteindre un nouveau pic historique. Le contexte sanitaire, avec la réduction de l’immunité conférée par les premiers vaccins autorisés et la propagation du variant Delta du Sars-CoV-2, laisse penser aux investisseurs que la BioTech a une carte à jouer.

ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
Covid-19 : pourquoi la Biotech Valneva flambe en Bourse
00:00 - 00:00
00:00

Plus rien ne l’arrête. Valneva voit son cours grimper à toute vitesse à la Bourse de Paris, une semaine après avoir annoncé déposer une demande d’autorisation de son vaccin contre le Covid-19 au Royaume-Uni. Ce mardi 31 août, la BioTech a enregistré son septième jour de hausse d’affilée… mais, surtout, son meilleur à date : l’action valait 23,64 euros à l’ouverture. Soit une hausse de 24,29 % par rapport à la fermeture, la veille. Toute la journée, le prix de l’action de l’entreprise cotée sur le SBF 120 s’est maintenu à bon niveau avant de finalement baisser peu avant la clôture et se stabiliser à 20,74 euros – soit 11,1 % de plus que 24 heures plus tôt.

valneva covid vaccin bourse

Alors que son action a pris 40 % en une semaine, Valneva est désormais valorisée à plus de 2 milliards d’euros.

Le contexte sanitaire porte Valneva

D’après les commentaires de l’analyste Sacha Pouget de Kalliste Biotech Advisors sur Twitter, l’entreprise « compte pour un quart de la valorisation des BioTech françaises ». Et d’ajouter : « Du jamais vu… » Un phénomène explique l’emballement des investisseurs : la vitesse de propagation du variant Delta du Sars-CoV-2, qui porte à croire que des rappels vaccinaux seront nécessaires sur le temps long.

Or, la stratégie de Valneva consiste à se positionner sur la seconde ligne, afin que son produit serve de « booster » lorsque l’immunité conférée par les premières doses de vaccins s’amenuisera. Qui plus est, l’émergence potentielle de nouveaux variants incite à la prudence. Si l’ARN utilisé par les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna fonctionne jusqu’à présent, d’autres types de technologies pourraient être utiles selon les mutations observées. Le vaccin à virus inactivé de Valneva a de quoi séduire.

 

 

L’annonce de la demande d’autorisation au Royaume-Uni provoque donc l’enthousiasme. Sous réserve que l’étude en cours se révèle positive et que l’avis de l’autorité britannique soit favorable, la mise sur le marché pourrait être accordée d’ici à la fin 2021. Pour rappel, Valneva avait indiqué en septembre 2020 recevoir des financements – plusieurs dizaines de millions d’euros – du gouvernement britannique dans le cadre du développement de son candidat-vaccin. Ce lien a permis à ce dernier de réserver jusqu’à 190 millions de doses d’ici à 2025 – un contrat à 1,6 milliard d’euros. Il aurait, à ce jour, déjà commandé quelque 100 millions de doses pour 2021 et 2022. L’investissement a incité la BioTech, dont le siège social se situe près de Nantes, à produire son vaccin à Édimbourg (Écosse).

Article écrit par Arthur Le Denn
ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
Covid-19 : pourquoi la Biotech Valneva flambe en Bourse
00:00 - 00:00
00:00