Actus#MaddyFeed
Temps de lecture : 02'27''
3 septembre 2021
jeu-échec
Crédit : Maarten van den Heuvel

Theranos : Elizabeth Holmes risque 20 ans de prison pour fraude

Chaque vendredi, dans sa revue de presse, Maddyness vous propose une sélection d’articles sur un sujet qui a retenu l’attention de la rédaction. Cette semaine, l'ouverture du procès d'Elizabeth Holmes, la fondatrice de la sulfureuse entreprise depuis disparue, Theranos.

Le procès d'Elizabeth Holmes débute à San José

L’actu 

Elizabeth Holmes, ancienne star de la Silicon Valley qui promettait de révolutionner les tests sanguins avec sa start-up Theranos, assistait mardi 31 août 2021 au tribunal de San José à la sélection du jury qui devra déterminer si elle s’est rendue coupable d’une fraude massive.

L’ex-entrepreneuse a menti aux investisseurs, médecins et patients pour lever des fonds – plus de 700 millions de dollars en tout. Elle risque jusqu’à 20 ans de prison pour les onze accusations qui pèsent contre elle – neuf de fraudes et deux pour association de malfaiteurs. Les procureurs estiment en effet qu’elle s’est entendue avec Ramesh « Sunny » Balwani, son ancien chef des opérations – et son amant pendant un temps. Lire l’article complet sur Sciences et avenir.

Qui est Elizabeth Holmes ?

Le portrait 

She was « the world’s youngest self-made female billionaire », trumpeted Forbes magazine. The « next Steve Jobs », said Inc, another business magazine that put her on the cover. In 2014, Elizabeth Holmes, then 30 years old, was on top of the world. A Stanford University drop-out, she had founded a company valued at $9bn (£6.5bn) for supposedly bringing about a revolution in diagnosing disease.

When she got to Stanford University in 2002 to study chemical engineering, she came up with an idea for a patch that could scan the wearer for infections and release antibiotics as needed. Months later Ms Holmes dropped out of Stanford aged 19 and launched Theranos, this time coming up with an apparently revolutionary way of testing blood from a simple finger prick. Lire l’article complet sur BBC.

Une lente descente aux enfers

La chute 

En 2015, John Carreyrou révèle dans les colonnes du « Wall Street Journal » les multiples tromperies pratiquées par l’entreprise. Le journaliste affirme que les machines développées par la firme sont dysfonctionnelles et que Theranos effectue ses tests avec des machines concurrentes développées par d’autres entreprises. En 2016, l’autorité régulant les laboratoires, le Centers for Medicare & Medicaid Services (CMS), décide de retirer sa licence au laboratoire. Elizabeth Holmes est interdite de posséder ou diriger un laboratoire pendant deux ans. Pour Elizabeth Holmes, les ennuis continuent. En mars 2018, la Securities & Exchange Commission (SEC) publie un acte d’accusation décrivant des années de mensonges et de subterfuges au sein de la société. « Une fraude élaborée », pointe le gendarme boursier américain. Lire l’article complet dans les Echos. 

 

Une leçon pour les investisseurs

La leçon 

One might say the “lesson learned” in both stories is to invest a little time and money into investigating a company before buying, merging, acquiring, or partnering. […] However, saying “lesson learned” assumes the latter learning, which does not appear to be accurate. In March of 2021, Hindenburg Research published another report about supposed fraud and misleading investors, but this time about Lordstown Motors, a start-up founded in 2018 by Steve Burns. Amongst the claims by the report, Lordstown supposedly misled investors that pre-production engineering and testing was 3-4 years away from production-ready with multiple, ongoing testing problems. […] Maybe as these cautionary tales approach their conclusion, the financiers of the world will recalibrate on the necessary rigor before a significant investment. Lire l’article complet sur Forbes.