Actus#energie
Temps de lecture : 03'48''
27 septembre 2021

Entrepreneurs, startups, artisans… Comment optimiser votre consommation d’énergie ?

Opter pour des ampoules basse consommation, débrancher le matériel informatique… Si les petits gestes qui peuvent faire la différence commencent à être connus du grand public, il est parfois délicat d’identifier les actions ayant un impact plus significatif. Davantage encore lorsqu’il s’agit de les appliquer dans le contexte professionnel d’une entreprise de moins de 10 personnes.

Pour aider les entrepreneurs et entrepreneuse des 2,1 millions de TPE françaises, Engie propose dans le cadre de son programme « Éco Énergie » un accompagnement personnalisé et gratuit qui cherche, recense et partage les solutions concrètes à mettre en place. Quelles sont les bonnes idées qui permettent aux TPE et aux PME d’économiser jusqu’à 25% de leur consommation énergétique ? Sébastien Pialloux, directeur des clients professionnels Engie France et Géraldine Cadier-Miralles, responsable du pôle Solutions de Transition énergétique chez Engie France, partagent leurs expertises et conseils dans une vidéo diffusée lors de la dernière Maddy Keynote.

https://www.youtube.com/watch?v=FxKiee-Mu08&ab_channel=Maddyness

S’informer avant d’agir

Les TPE sont souvent mal informées sur les aides auxquelles elles ont droit. Et pourtant, les entreprises, dans leur immense majorité peuvent prétendre à des aides et subventions pour réduire leur consommation et leur facture énergétique. Depuis la loi POPE de 2005 visant à réduire les dépenses énergétiques des foyers, l’État a mis en place des Certificats d’économie d’énergie (CEE) qui permettent aux particuliers, mais aussi aux entreprises, de profiter d’aides financières dans le cadre de travaux d’économie d’énergie. D’autres dispositifs existent, tels que les crédits d’impôts qui peuvent aller jusqu’à 30% du montant de certains travaux, dans la limite de 25 000 euros. Ces travaux peuvent concerner l’isolation thermique, l’achat et l’installation de pompes à chaleur par exemple. Si des travaux de cette ampleur représentent souvent un investissement financier et humain important, il est essentiel d’en considérer les possibles bénéfices. Bien souvent le ou la chef·fe d’entreprise a le sentiment d’être seul·e face à ces enjeux et ambitions. Ce n’est pas le cas.

Chauffer mieux : un sujet brûlant

La facture énergétique est en grande partie liée au chauffage. Il représente selon l’ADEME plus de 50% des dépenses énergétiques des espaces professionnels. L’ajustement du thermomètre est un véritable enjeu, qui a un effet direct sur le portefeuille des clients. La température recommandée pour les bureaux se situe entre 19° et 21°C. Mais un écart de température d’un seul 1°C peut équivaloir à une économie d’énergie de 5 à 10% à l’année. Autre élément à prendre en compte : les escaliers de service ou les réserves ne nécessitant pas un chauffage permanent. En fermer les accès peut se révéler précieux. La délimitation d’espaces chauffés bien définis permettra également de nombreuses économies, sans aucune perte de confort.  

Limiter l’usage de la climatisation

Si jouer sur le chauffage est essentiel pour optimiser sa consommation, il en va de même pour la climatisation. De nombreux rapports montrent qu’en dessous de 26°C, un ventilateur peut se révéler largement suffisant pour rafraîchir une pièce. Nul besoin dans ce cas d’avoir recours à une climatisation, plus énergivore, sans être nécessairement plus efficace. Il est en outre recommandé de respecter un écart de 4 degrés maximum entre la température extérieure et intérieure.

Enfin, l’aération naturelle ne doit pas être oubliée : ouvrir les fenêtres est le meilleur moyen de renouveler l’air présent dans les bureaux. Cela permet de rafraîchir les espaces sans avoir recours à un matériel dédié et sans provoquer de baisse radicale de température. Une température trop basse est d’ailleurs une cause très récurrente de surconsommation énergétique.

Rénover ce qui peut l’être

Les équipements des bureaux représentent un investissement conséquent. Mais tant pour le porte-monnaie que pour la planète, le calcul peut se révéler plus que rentable. Éclairages, systèmes de chauffage et de climatisation… Les équipements les plus modernes sont pour la plupart bien moins énergivores que leurs prédécesseurs. Les thermostats ou prises connectées offrent plus de contrôle sur l’allumage ou l’extinction des appareils, les rendant plus adaptés à l’usage réel des équipements. Les ordinateurs portables sont 80% moins énergivores que les postes fixes. Les ampoules LED, en plus d’avoir une durée de vie 25 fois plus longues, présentent l’avantage d’une consommation jusqu’à 20% plus faible que les ampoules traditionnelles.

Informer, communiquer, sensibiliser

L’être humain étant au cœur des enjeux liés à la consommation énergétique, la sensibilisation des équipes est essentielle, notamment dans le cadre de l’activité professionnelle. À l’image de l’open innovation, le partage de bonnes pratiques en matière de consommation énergétique est une source de savoir autant qu’un levier de motivation interne. Impliquer les équipes en leur donnant la parole, en leur permettant d’agir et de s’investir apportera de la cohésion au service du bien commun, et permettra à l’ensemble de l’entreprise d’en tirer de nombreux bénéfices.

La réduction de la consommation énergétique est l’affaire de toutes et tous : son optimisation dans les espaces collectifs, lieux d’activité professionnelle en tête, est un des jalons qui devrait permettre son optimisation à grande échelle. Les entrepreneurs et entrepreneuses semblent prêts et prêtes à franchir le pas.

Maddyness, partenaire média d’Engie