Actus#culture / médias
Temps de lecture : 01'21''
4 octobre 2021
Photo par Fakurian Design via Unsplash

Les NFTs représentent déjà un tiers des ventes en ligne d’art contemporain

Les NFTs, ces certificats d'authenticité inviolables d'oeuvres numériques, pèsent déjà lourd dans un marché qui a connu peu de bouleversements.

Les ventes aux enchères d’art contemporain ont atteint un niveau historique de 2,7 milliards de dollars sur l’exercice 2020-2021, dopées par les NFT et les ventes aux enchères en ligne, selon le rapport annuel de la société Artprice, publié lundi. Avec 102 000 oeuvres contemporaines vendues (artistes nés après 1945, peinture, sculpture, installations, dessins, photographies, estampes, vidéos, oeuvres numériques en NFT) entre le 30 juin 2020 et le 30 juin 2021, l’art contemporain pèse désormais 23% du marché de l’art contre 3% en 2000-2001, précise le leader mondial de l’information sur le marché de l’art. Cela représente 34 600 signatures contemporaines, dont 1300 entrées et 5000 records personnels, 770 maisons de ventes réparties dans 59 pays. Christie’s (32%), Sotheby’s (26%) et Phillips (10%) concentrent deux tiers du chiffre d’affaires.

L’arrivée « fracassante » des NFT ou certificats d’authenticité numérique pour des contenus en ligne (images, animations, tweet…) révolutionne le marché de l’art mondial. Les oeuvres numériques en NFT représentent déjà « un tiers de la valeur des ventes en ligne, soit 2% du marché de l’art global en 2021 » , selon le rapport. Les maisons de vente cherchent à intégrer aussi bien des oeuvres jamais vues sur le marché, comme celles de Beeple, inconnu avant sa première vente NFT fulgurante de 69,3 millions de dollars, attirant de nouveaux collectionneurs trentenaires ou quarantenaires technophiles, que des artistes confirmés « en transition digitale » .

Le street art, qui a beaucoup recours aux NFT, est reconnu comme une discipline majeure. Banksy (123 millions de dollars au premier semestre 2021) fait partie des cinq signatures les plus performantes du monde en salles de ventes, toutes périodes confondues, et se classe deuxième derrière Basquiat (181 millions de dollars de volume d’affaires, soit 7% du résultat mondial).

Maddyness avec AFP