Portfolio#foodtech / winetech
Temps de lecture : 01'48''
16 décembre 2021
les choux d'à côté
© Freepik

Les Choux d’à côté permet aux producteurs de simplifier la vente directe

Cette startup propose aux producteurs de se passer d’intermédiaires, souvent coûteux, pour vendre leur marchandise directement aux consommateurs grâce à leur plateforme.

ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
Les Choux d’à côté permet aux producteurs de simplifier la vente directe
00:00 - 00:00
00:00

Oeufs frais, bières artisanales, produits du terroir, fromages de chèvre fermiers… Et si on délaissait les supermarchés pour aller chercher nos produits directement dans les mains de leurs producteurs ? La tendance du circuit-court prend de l’ampleur en France, et la startup Les Choux d’à côté compte bien y prendre part. 

Cette plateforme propose aux producteurs alimentaires de se passer des intermédiaires en les mettant directement en relation avec les consommateurs qui veulent acheter leur marchandise. Ces derniers peuvent retrouver les annonces sur le moteur de recherche du site, mais aussi s’abonner aux producteurs, pour être avertis des nouveaux produits mis à la vente. 

Autonomie des producteurs

Lancé en avril 2021 dans toute la France, ce site veut contribuer au développement de la vente directe en proposant un service d’annonces que le producteur publie lui-même. La startup l’affirme : sa solution permet de s’affranchir de l’archaïsme des annuaires, « qui supposent d’appeler les producteurs un à un pour connaître les produits en vente et leur prix », explique Anthony Nguyen, son fondateur. L’idée est de proposer un service simplifié qui permette de centraliser les offres, et de remplacer « les dizaines de groupes Facebook dans lesquels les producteurs publient des annonces, mais pour lesquels la recherche et l’actualisation des offres ne sont pas optimales ». 

Enfin, Les Choux d’à côté disent se démarquer des marketplaces positionnées sur ce créneau, avec  des transactions de gré à gré, des paiements opérés en dehors de la plateforme et aucune commission à la vente «  pour permettre aux producteurs de garder leur autonomie sur la manière de distribuer, de négocier et d’être payés, qui sont souvent les raisons pour lesquelles ils se tournent vers la vente directe ».

Mais alors comment la plateforme se rémunère-t-elle ? Pour l’instant, elle est entièrement gratuite pour tous ses utilisateurs. À l’avenir, Anthony Nguyen envisage de générer des revenus en faisant payer la publication d’annonces aux producteurs, au-delà de 200 jours de publication gratuits. L’entrepreneur compte également proposer de nouveaux services facultatifs pour les producteurs qui le désirent, comme le paiement en ligne ou la livraison de produits frais. 

Les Choux d’à Côté ont déjà séduit quelque 415 producteurs inscrits sur la plateforme, et suscité l’intérêt de 10 000 visiteurs. Le site continue son développement, notamment grâce à un financement participatif mené sur We Do Good en septembre dernier, qui lui a permis de récolter 21 800 euros. 

Article écrit par Heloïse Pons
ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
Les Choux d’à côté permet aux producteurs de simplifier la vente directe
00:00 - 00:00
00:00