18 mars 2022
18 mars 2022
Temps de lecture : 3 minutes
3 min
12478

723 millions d’euros levés par les startups françaises cette semaine

Maddyness dresse le bilan des levées de fonds de la semaine écoulée. 23 opérations ont permis aux entreprises innovantes françaises de lever plus de 723 millions d'euros.
ÉCOUTER L’ARTICLE
Temps de lecture : 3 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Légende photo :
Anders Jildén
Montant
723,45M€
Nombre d’opérations
23
CHAQUE MOIS, L’ACTU FINANCIÈRE DES STARTUPS DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Dans le cadre de ce bilan hebdomadaire des levées de fonds, Maddyness recense toutes les opérations annoncées par les entreprises innovantes dont le siège social se trouve en France et qui ont été créées à partir de 2001. Tous les secteurs d’activités sont éligibles.

#MedTech
Doctolib
500M€
#MarTech
Akeneo
123M€
#BioTech
BforCure
5M€
#FinTech
Rollee
4M€
SpeedInvest , SeedCamp , 20VC , business angels
#Mobilité
Motto
4M€
Cassius Family , Founders Future , business angels
#FinTech
Pret Pro
3,5M€
#GovTech
Manty
3M€
#Administratif
Apiday
2,85M€
SpeedInvest , Revent , business angels
#RetailTech
Kapp Retail
1,6M€
business angels
#RH
Likeo
1,3M€
#Ecommerce
Bluedigo
1M€
#Loisirs
Params
800K€
Kima Ventures , Bpifrance , ID4 Ventures , business angels
#RH
Ask for the moon
500K€
business angels

Autres actualités financières

Vestiaire Collective rachète Tradesy. La licorne française, qui est à l’origine d’une place de marché d'achat-vente de vêtements de grande marque de seconde main, met la main – pour un montant non communiqué – sur son homologue américaine. Il s’agit de la première acquisition de Vestiaire Collective, qui entend ainsi accélérer son déploiement aux États-Unis – qui représentent désormais son premier marché, selon ses dires. La fusion des sites des deux marques permettra aussi aux vendeurs actifs sur leur plateforme d'élargir leur zone de chalandise. Pour mémoire, Vestiaire Collective et Tradesy, toutes deux fondées en 2009, revendiquent 16 millions et 7 millions de membres respectivement.

Luko acquiert Unkle. L’AssurTech, spécialiste des assurances habitation et emprunteur, ajoute une corde à son arc en mettant la main – pour un montant non communiqué – sur son homologue, experte des assurances loyers impayés. Le rapprochement des deux entreprises permettra ainsi de créer des synergies entre leurs activités, complémentaires. En outre, Luko pourra se développer à travers le canal de distribution des professionnels de l'immobilier : Unkle avait, précédemment, construit un réseau de quelque 800 agences partenaires. Pour rappel, Luko avait annoncé fin janvier racheter son homologue allemand Coya afin de lancer ses activités outre-Rhin et d’obtenir l’agrément de porteur de risque.

Glooko rachète Diabnext. L’entreprise américaine, qui est un fournisseur de solutions de télésurveillance de patients et de gestion des données pour les maladies chroniques, met la main – pour un montant non communiqué – sur la startup française, à l’origine d’une plateforme de télésurveillance du diabète améliorant la collaboration entre le patient et le praticien. L’équipe de la MedTech rejoint l’équipe de Glooko au sein du bureau parisien de la société et les deux plateformes sont désormais commercialisées sur le marché français. L’Américain ambitionne ainsi de développer sa communauté d’utilisateurs. L’ex-directeur général de Diabnext, Laurent Nicolas, pilote désormais les activités de Glooko en France.

The Galion Project lance Galion.exe. Le collectif d’entrepreneurs de la tech étend son action en lançant un nouveau fonds d’investissement, dédié à l’amorçage. Détenu par plus de 250 entrepreneurs, il compte une équipe d’investissement et un comité stratégique chargé de piloter l’examen des candidatures. Galion.exe, qui a déjà levé 30 millions d’euros, vise une capacité totale d’investissement de 60 à 80 millions d’euros, afin d’accompagner un portefeuille d’environ 50 sociétés. Le fonds avance qu’il "sera attaché à contribuer au progrès social et économique, et à diffuser une culture de la responsabilité" . Il entrera ainsi au capital d’une douzaine de sociétés chaque année, au travers de ses investissements s’étalant de 1 à 4 millions d’euros, dans tous les secteurs du numérique.