Actus#MaddyFeed
Temps de lecture : 02'08''
8 avril 2022
elon musk
Elon Musk. Odd ANDERSEN / AFP)

Elon Musk s’offre une part de Twitter pour le modeler à son goût

Chaque vendredi, dans sa revue de presse, Maddyness vous propose une sélection d’articles sur un sujet qui a retenu l’attention de la rédaction. Cette semaine, Elon Musk entre au capital de Twitter pour 2,9 milliards de dollars.

Elon Musk entre au board de Twitter

L’actu

Elon Musk is putting some of his money where his mouth has been for years. Today, Twitter published a note confirming that the SpaceX and Tesla entrepreneur has taken a 9.2% share of the company, working out to around $2.9 billion based on Friday’s share price.

The confirmation of the share purchase — which was rumored last week — sent Twitter’s stock soaring; it’s currently some 23% above its Friday closing price ahead of the opening of the market.

The filing, signed and dated today by Musk, notes that the share event was actually on March 14. Specifically, it noted that he had purchased 73,486,938 shares of common stock on that date. Lire l’article complet sur le site de TechCrunch

Souffler le chaud et le froid

La relation

Musk joined back in June 2009 and has amassed 80.7 million followers to date. But despite such popularity on the platform, he has a longstanding love-hate relationship with it. In July 2016, he professed his love for Twitter. Then in February 2017 he described it as a “hater Hellscape.” By December 2017, he was back to loving it. In February 2019, Musk replied to Twitter founder Jack Dorsey to say that “Twitter rocks.” But in July 2020, he tweeted that Twitter “sucks”, just months after saying that Dorsey had a good heart. Lire l’article complet sur le site de Wired

L'enjeu de la modération

Le rôle

Le fantasque entrepreneur a plusieurs fois critiqué la plateforme, estimant, entre autres, qu’elle allait trop loin dans la modération des contenus postés sur le réseau social et bridait la liberté d’expression.

« Musk est un vrai visionnaire qui peut amener une contribution de valeur et des idées pour aider à soutenir de nouvelles initiatives », a réagi dans une note Angelo Zino, du cabinet CFRA, qui rappelle que Twitter a « de moins bons résultats que ses concurrents ».

« Le but est de mieux monétiser la plateforme », a-t-il poursuivi, « et nous pensons que Musk ne peut qu’aider, pas perturber, ce processus. » Lire l’article complet sur le site de la Presse.ca

Prise de participation limitée

La limite

La question qui se pose est donc désormais : où s’arrêtera-t-il ? D’après le document envoyé par l’entreprise à la SEC [Securities and Exchange Commission, le gendarme de la Bourse] et révélé par le site The Verge, Elon Musk est promu directeur de classe 2, c’est-à-dire jusqu’à l’assemblée générale des actionnaires en 2024. Il fait donc partie des 11 directeurs de l’entreprise. Pendant son mandat et jusqu’à 90 jours après, il ne pourra pas détenir plus de 14,9 % du capital de l’entreprise, ce qui lui permettra tout de même de dépasser le seuil de 10 % et donc de devenir un actionnaire activiste. Lire l’article complet sur le site de La Tribune

Article écrit par Anne Taffin
ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
Elon Musk s’offre une part de Twitter pour le modeler à son goût
00:00 - 00:00
00:00