Actus
Temps de lecture : 03'33''
1 juin 2022

Quelle solution collaborative favoriser à l’heure du travail hybride ?

Faire travailler une partie de ses salariés dans son siège social à Paris, une autre à Barcelone, et, pourquoi pas, le reste à Washington ? Si l’idée est séduisante sur le papier, il existe des solutions pour la mettre en place. En utilisant par exemple, des outils collaboratifs qui facilitent considérablement l’organisation d’un réseau multi-sites. Explications.

“Travail hybride”, “digital nomad”, “full remote”… Le nombre de concepts liés de près ou de loin au télétravail a explosé ces dernières années, et pour cause : celui-ci concerne aujourd’hui près d’un salarié français sur deux. C’est beaucoup, et c’est surtout beaucoup plus qu’avant la crise sanitaire, qui a vu, selon une étude Accenture, 58% des personnes interrogées, pratiquer le travail hybride. Un record historique. Séduits par l’absence de trajet dans les transports, par le temps et l’argent économisés, mais également par un cadre de travail plus apaisé, les Français sont aujourd’hui 68% à télétravailler par choix. Ceux-ci y voient une nouvelle forme de liberté et louent même souvent un gain de productivité. 

Un plus pour les salariés, mais également pour les patrons : ceux-ci peuvent, grâce au travail hybride, s’assurer de recruter les meilleurs talents, qu’ils vivent à Paris ou ailleurs. De nombreuses startups et grandes entreprises de la tech, comme Facebook, ne s’y sont pas trompées et proposent aujourd’hui des recrutements en “full-remote” : les salariés peuvent travailler d’où ils veulent, et ce tous les jours de l’année. Un gros plus pour l’image de marque de ces entreprises, que l’on perçoit ainsi comme tournées vers l’avenir et soucieuses du bien-être de leurs salariés. Last but not least : le travail hybride peut par ailleurs permettre de faire de sacrées économies en matière de loyers et de charges, puisque les espaces de travail mis à disposition des salariés sont réduits, une partie d’entre eux ne travaillant pas sur place.

Relever le challenge du travail hybride pour éviter la solitude

Si le travail hybride présente une multitude d’avantages pour les salariés comme pour les dirigeants d’entreprise, il a également des inconvénients lorsqu’il est mal organisé. Il peut parfois provoquer chez les télétravailleurs un sentiment d’isolement, de sédentarité. À tel point qu’il est parfois accusé de détériorer la communication au sein des équipes. Faute d’être rassemblées, les équipes à distance seraient par ailleurs davantage portées sur la réunionite, ce syndrome qui plombe la productivité à coûts de réunions longues et souvent improductives. Dispersés sur le territoire, les collaborateurs peuvent vite se sentir esseulés et voir leur motivation diminuer. Surtout s’ils ne se sentent pas rassemblés autour d’un projet commun. 

Un piège pour les entreprises qui peut être évité grâce aux outils dits collaboratifs. Déjà mondialement célèbres, Google Drive et Dropbox se concentrent sur le partage de fichiers quant Trello optimise la gestion de projets. De son côté, la messagerie instantanée Slack facilite la communication entre les salariés. Zoom est également devenu incontournable pour réaliser des visioconférences à distance pendant les premiers mois de la pandémie. Mais d’autres outils plus complets existent, comme Jamespot, une entreprise créée en 2005 par trois entrepreneurs pour remettre l’humain au cœur du numérique. Sa mission ? Rassembler en un lieu unique toutes les fonctions utiles au travail hybride.

Une solution complète pour collaborer à distance 

Jamespot intègre ainsi quatre outils principaux complémentaires et déployables ensemble ou à l’unité qui permettent d’éviter les écueils du travail en multi-sites. Premièrement, le réseau social d’entreprise Open Agora qui permet de fluidifier la communication entre les différentes équipes et services de l’entreprise. Il centralise l’ensemble des communications sur une seule plateforme et permet d’en finir avec le jonglage permanent entre différentes applications qui met les collaborateurs en ébullition. De son côté, FastIntranet est un outil de structuration des informations et de l’organisation interne. Simple et ergonomique, cette solution remet au goût du jour l’intranet, souvent critiqué pour son austérité. Troisième outil à disposition, Diapazone qui permet d’orchestrer des réunions efficaces, participatives et productives : on est loin des réunions à l’ancienne lors desquelles la moitié des collaborateurs regardent leur montre (ou leur smartphone)… Enfin, WeDoc est une solution puissante de création de fichiers en ligne. Textes, tableurs, et autres présentations sont ainsi créés en direct et en équipe. 

Tous ces outils intégrés dans Jamespot permettent aux entreprises multi-sites de gagner du temps et de simplifier les process. Une communication interne de la direction, un compte rendu de brainstorming, le CV d’un candidat reçu quelques semaines plus tôt… Tout est sur Jamespot. Cerise sur le gâteau : la centralisation de toutes ces informations permet une meilleure sécurisation des données et des informations internes. Appréciable, quand on sait que les cyberattaques n’ont cessé d’augmenter depuis l’explosion du télétravail.

 

Maddyness, partenaire média de Jamespot