Actus#fintech
Temps de lecture : 01'51''
23 juin 2022
Michel Combes
Eric PIERMONT / AFP

5 mois après son arrivée, Michel Combes quitte Softbank Group

Le français démissionne de SofBank Group après avoir été nommé, fin janvier, directeur général d'une entité clé chapeautant des actifs à l'étranger. Le groupe japonais est en pleine tempête. Il subit très lourdement les turbulences boursières malmenant la tech mondiale. Selon un communiqué du groupe, publié mercredi 22 juin, M. Combes "a décidé de quitter SoftBank pour saisir de nouvelles opportunités".

Michel Combes sera remplacé à compter du 30 juin par Alex Clavel, un Américain de 48 ans, ancien banquier d’affaires chez Morgan Stanley ayant rejoint SoftBank Group en 2015 et qui était un proche collaborateur de M. Combes depuis deux ans.

Un départ en bons termes ?

Cette démission ne scelle pourtant pas la fin de la collaboration entre le français et le conglomérat japonais. Michel Combe va continuer de représenter SoftBank dans les conseils d’administration de diverses sociétés dans lesquelles le groupe a investi, a précisé son PDG Masayoshi Son. SoftBank, via son Vision Fund connu pour ses investissements colossaux, a réalisé ses premières opérations françaises en 2021 à l’instar de Contentsquare et Sorare. Ancien patron de Vodafone Europe, d’Alcatel-Lucent puis d’Altice, M. Combes avait rejoint la galaxie SoftBank en 2018 en prenant la direction de Sprint, sa filiale dans les télécoms aux Etats-Unis, laquelle a fusionné avec T-Mobile US deux ans plus tard.

Une longue liste de démissions chez SoftBank Group

Le Français avait pris fin janvier la direction de SoftBank Group International, remplaçant au pied levé à ce poste Marcelo Claure, l’un des principaux lieutenants de M. Son qui avait violemment claqué la porte. Même si M. Combes semble quitter SoftBank en bons termes, son départ s’ajoute à une liste déjà longue de démissions de dirigeants et administrateurs du groupe ces dernières années, ce qui suscite à chaque fois des interrogations sur la qualité et la solidité de sa gouvernance.

Le groupe japonais accuse une perte annuelle de 12,5 millards d’euros

SoftBank Group, qui tient vendredi son assemblée générale ordinaire annuelle, a accusé une perte nette record équivalente à 12,5 milliards d’euros sur son dernier exercice 2021/22, victime de l’effondrement des valorisations de nombreux de ses actifs dans la tech mondiale. Masayoshi Son « a toujours besoin de personnes pour offrir des garde-fous et lui donner des conseils (…). De mauvais choix effectués trop hâtivement peuvent avoir des conséquences négatives », a averti dans une récente lettre publiée sur le site du groupe Lip-Bu Tan, un administrateur externe de SoftBank dont le départ a été annoncé fin mai, après seulement deux ans de service.