Décryptage#fintech
Temps de lecture : 02'52''
19 juillet 2022

FinTech : 5 enseignements à tirer quant au financement du secteur début 2022

L’Observatoire de la FinTech a publié, comme tous les six mois, son rapport quant aux tendances qui ont régi l’écosystème français des services financiers en matière de financement au cours du semestre écoulé. L’association met cinq points en exergue.

ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
FinTech : 5 enseignements à tirer quant au financement du secteur début 2022
00:00 - 00:00
00:00

1/ Un financement en légère hausse

Le financement des FinTech s’établit, à la moitié de l’année 2022, à 1,4 milliard d’euros de fonds levés. Il s’agit d’une légère hausse, de 4 %, par rapport au premier semestre 2021, lors duquel 1,3 milliard d’euros avait été réuni. Le nombre d’opérations progresse également, passant de 56 à 66 en un an. « Cette année 2022 est faite d’incertitudes, mais confirme à mi‐année la performance de 2021 » , a relevé dans un communiqué Mikaël Ptachek, le président de l’Observatoire de la FinTech.

Un constat que nous avons également dressé, sur la base des données de notre propre format MaddyMoney : la FinTech arrive en deuxième position en matière de valeur, à quelques encablures seulement des technologies dédiées aux ressources humaines et au management.

Etude FinTech 1

2/ Un ticket moyen en retrait

Le ticket moyen des opérations qui s’établit à 21 millions d’euros, en retrait par rapport à 2021 (-16 % par rapport à la même période l’an dernier, -28 % par rapport à l’année entière) traduit une disparité entre des méga-levées et une hausse des amorçages, dans des entreprises plus jeunes.

L’association observe que le semestre a connu deux effets qui ont fait reculer le ticket moyen. « Les dix opérations les plus importantes ont totalisé 1 milliard d’euros de fonds levés, contre 1,9 milliards en 2021. On a aussi observé une forte reprise de l’early-stage (amorçages et séries A jusqu’à 3 millions d’euros), qui représente 55 % des opérations au second trimestre (17 opérations sur 31). »

3/ Des méga-levées plus nombreuses

Le top 10 des levées de fonds du premier semestre 2022 donne à voir des tours de table de plus grande envergure qu’en 2021. Les deux levées les plus importantes de ce début d’année, menées par Qonto (486 millions d’euros) et Ledger (312 millions), pèsent près de deux fois plus lourd que les deux plus importantes de 2021 – respectivement PayFit (254 millions) et Alan (183 millions). « Sans ignorer le contexte mondial relatif à la baisse des valorisations, avec des acteurs qui ont vu la leur être divisée par deux en six mois, il est encore difficile de parler d’une baisse réelle des valorisations dans la FinTech en France à la lumière des chiffres au premier semestre » , a, pour sa part, jugé dans un communiqué Emmanuel Papadacci-Stephanopoli, vice-président de l’Observatoire de la FinTech.

Etude FinTech 2

4/ Des fusions-acquisitions à bon niveau

14 opérations de M&A ont été recensées sur les six premiers mois de l’année. Elles ont surtout été conclues à l’achat par des acteurs ayant bénéficié de levées de fonds pour financer des acquisitions, à l’image de Luko (qui a mis la main sur Coya et Unkle), Swile (Okarito), October (Credit.fr), Yousign (Canyon) ou +Simple (Aleade et Say). Le groupe bancaire Crédit Mutuel Arkea, lui, a entamé un désengagement partiel du secteur, avec les cessions de Budget Insight à PSG et de Leetchi à Advent International au cours du semestre. Le Crédit agricole a acquis la Société financière du porte-monnaie électronique interbancaire. À l’instar du rachat de Treezor par la Société générale en 2018, la banque s’est ainsi renforcée dans les infrastructures de paiement. Peu connue du grand public, la SFPMEI équipe une poignée d’acteurs de premier plan, tels que Lydia ou bien Spendesk.

Etude FinTech 3

5/ L’AssurTech signe une percée

L’AssurTech arrive en tête des opérations menées dans le secteur au premier semestre 2022, en captant 35 % des fonds levés (477 millions d’euros) – principalement réunis par Alan (183 millions), Descartes Underwriting (107 millions) ainsi que +Simple (90 millions).

Sur le moyen terme, le paiement reste en pôle position des métiers FinTech qui attirent en cumul le plus les investisseurs : 1,7 milliard levés depuis 2010. Parmi les financements notables que le domaine a, depuis lors, enregistrés figurent ceux de Swile (286 millions), Spendesk (260 millions), Lydia (225 millions), Alma (180 millions) et Wynd (111 millions).

Etude FinTech 4
Article écrit par Arthur Le Denn
ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
FinTech : 5 enseignements à tirer quant au financement du secteur début 2022
00:00 - 00:00
00:00