Actus#Énergie
Temps de lecture : 02'34''
11 août 2022

Woodtechno démocratise la production de granulés de bois en circuit-court

Alors que le coût de l’énergie devient une question cruciale pour les foyers, la startup Woodtechno propose un dispositif permettant de revaloriser les déchets de bois pour créer des granulés en circuit court et utilisables pour un chauffage plus économique. On vous explique leur projet et leur histoire !

La création de l’entreprise est le résultat d’un double constat. D’une part, dans le secteur de la découpe du bois, l’existence de nombreux déchets est une vraie problématique. En effet, sciure, copeaux plaquettes et autres chutes peuvent représenter jusqu’à 50 % du volume de l’arbre, alors qu’ils sont difficilement valorisables. D’autre part, le marché des granulés de bois est en pleine expansion, avec une croissance de 10% par an pour les granulés, et de 50% en 10 ans des ventes de poêle à granulés.

José Brunet et Frédéric Becquart, respectivement expert de la filière bois et chercheur en ingénierie des matériaux, ont cherché à lier ces deux problématiques. Leur expertise, après de longues recherches, leur a permis de créer Woodtechno à la fin de l’année 2021.

Le concept repose sur une technologie brevetée

L’entreprise propose une innovation brevetée, moins énergivore et moins coûteuse que celles traditionnellement utilisées par les scieries, pour leur permettre de produire des granulés issues des chutes.

C’est la technique de l’extrusion. Cette méthode, généralement utilisée dans l’industrie plastique, vient modifier la matière en la poussant à travers un tube. Ainsi, le bois en prend la forme. Une prouesse technique car la matière bois supporte mal ce dispositif. Pourtant, après 18 mois de recherche, Woodtechno a réussi à concevoir une technologie brevetée permettant de l’appliquer aux chutes de bois.

De plus, l’innovation permet de travailler tout type d’arbre, ce qui n’est pas le cas des méthodes traditionnelles, selon les fondateurs.

L’objectif de l’entreprise n’est donc pas de créer elle-même ses propres granulés, mais bien de permettre aux scieries de produire les leurs localement, facilement et en faisant des économies. En effet, le dispositif sera accessible même aux petites scieries, alors que les machines actuelles nécessitent de lourds investissements.

« Cette cleantech contribue à la relocalisation et à la souveraineté industrielles »

Qui plus est, cette technologie permettra de contribuer au maintien de la souveraineté industrielle, comme le rappelle Sophie Jullian, présidente de Pulsalys, incubateur et accélérateur de Lyon et Saint Etienne qui a soutenu et accompagné ce projet : « Cette cleantech que nous soutenons depuis 2019 contribue à la relocalisation et à la souveraineté industrielles […] Nous sommes fiers à Pulsalys de soutenir depuis plusieurs années l’ambition de WoodTechno, qui va dessiner notre avenir de manière pérenne et écologique, tout en contribuant à la réindustrialisation et à la relance économique française et européenne « .

A l’horizon 2023, un pilote semi industriel sera installé et testé à Saint Etienne, avant la mise en place d’un démonstrateur industriel pouvant générer 4 tonnes de granulés par heure. Par la suite, l’entreprise aimerait s’intéresser au marché international, marché pour lequel elle ne cache pas ses ambitions. 

Un marché à fort potentiel

Le marché est en pleine croissance, les ventes de chaudières à granulés ayant doublé l’an dernier en France selon la filière. La consommation en Europe s’élève à 30 millions de tonnes par an, dont 23 produites sur le continent.

WoodTechno, soutenue par la Région et Bpifrance, cherche à lever 700 000 euros pour installer un pilote semi-industriel à Saint-Étienne et produire 300 kilos de granulés à l’heure début 2023 – avant un démonstrateur dans le Cantal, d’une capacité de 4 tonnes par heure, à l’horizon 2024.