Actus par Maddyness
26 août 2022
26 août 2022
Temps de lecture : 3 minutes
3 min
8741

Kodak Alaris, Leroy Merlin… Les 3 infos corpo à retenir cette semaine

Chaque semaine, Maddyness fait le point sur l'actualité des grands groupes en matière d'innovation. En ce moment, des startups les accompagnent pour lancer de nouvelles offres. Mis à l'honneur : Kodak Alaris, Leroy Merlin et des clubs de football de Ligue 2.
ÉCOUTER L’ARTICLE
Temps de lecture : 3 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.

Kodak Alaris et Ariadnext aident les sociétés à vérifier l’identité des clients et employés

Kodak Alaris noue un partenariat avec Ariadnext pour mettre au point une solution visant à permettre aux entreprises de vérifier l’identité de leurs employés et celle de leurs clients à distance. L’objectif du spécialiste de la photographie est de pouvoir contrôler l’authenticité des documents capturés et d’en extraire les données essentielles. Le groupe britannique associe sa solution, déjà utilisée par diverses organisations, à celle de la startup française, afin de numériser tous types de contenus, les intégrer à leurs outils métiers et déclencher des flux de travail associés. L’outil d’Ariadnext étant conforme aux réglementations, dont le RGPD, Kodak Alaris dit avoir "toute légitimité de prendre part à la lutte contre la fraude, l’usurpation d’identité, le blanchiment d’argent ainsi qu’au financement du terrorisme". Tout utilisateur de sa solution INfuse peut capturer 1 000 types de documents d’identité et s’appuyer sur un processus de double vérification pour recevoir une validation ou signaler une fraude quasi instantanément. "La solution permet aux entreprises de s’assurer que les pièces d’identité sont authentiques et que la contractualisation soit en règle" , note dans un communiqué Cyril Condamines, directeur commercial France de Kodak Alaris.

Leroy Merlin confie le pilotage énergétique de ses bâtiments à Eficia

Leroy Merlin a retenu Eficia pour assurer l’optimisation des consommations énergétiques de ses 143 sites français. L’enseigne de bricolage fait donc le choix d’une startup tricolore, experte du pilotage énergétique des bâtiments, après avoir passé nombre d’acteurs du marché en revue dans le cadre d’un défi lancé en 2020. Ce dernier consistait à proposer une solution visant à réduire la consommation énergétique générale, mais également à améliorer la performance du réseau par une meilleure optimisation du confort thermique et accompagner la gestion technique de ses bâtiments. Après une phase pilote d’une année, l’enseigne a retenu Eficia pour sa "capacité à optimiser le fonctionnement des divers équipements de chauffage, ventilation et climatisation en temps réel, ainsi que d’éclairage en points de vente". Arnaud Berchon, directeur technique à Leroy Merlin France, détaille dans un communiqué que "dans une démarche d’amélioration continue, l’enseigne travaille à rendre ses magasins économes en énergie, confortables pour les clients, sans concession en matière de sécurité". À date, une cinquantaine de bâtiments a été équipée.

Des clubs de Ligue 2 s’allient à Sorare pour lancer des cartes de leurs joueurs

À partir de la saison 2022/23, Sorare devient le partenaire exclusif d’une dizaine de clubs de football de Ligue 2 – Amiens, Bastia, Girondins de Bordeaux, Guingamp, Caen, Dijon, Rodez, Sochaux, Grenoble et Paris FC – pour lancer des cartes numériques officielles de leurs joueurs. S’associer avec Sorare constitue, pour ces derniers, une occasion d’enrichir l’expérience numérique proposée aux supporters et de développer leur image de marque. À noter qu’une polémique autour de cette annonce a émergé. Des comptes auraient été créés les jours précédant l’annonce et auraient massivement investi sur des joueurs en perte de vitesse – du fait d’une relégation ou d’un transfert. Si la carte associée n’avait alors presque aucune valeur, l’officialisation de ce partenariat avec la Ligue 2 a fait grimper leur prix. Ce qui laisse, à en croire certains utilisateurs, penser que des clubs dans la confidence auraient laissé fuiter l’information. Une théorie à laquelle le fondateur de Sorare, Nicolas Julia, avance ne pas croire : "Les volumes sur les achats de cartes de deuxième division ont été stables, avant et après annonce. Des joueurs qui dépensent sur les cartes de deuxième division, il y en a toujours eu. Aucune suspicion de comportement anormal."