Actus#divertissement / loisirs
Temps de lecture : 02'29''
23 septembre 2022
Crédit : Caspar Camille Rubin

Twitch annonce l’interdiction des jeux d’argent et la révision du partage des revenus

Chaque vendredi, dans sa revue de presse, Maddyness vous propose une sélection d’articles sur un sujet qui a retenu l’attention de la rédaction. Cette semaine, Twitch fait face à quelques critiques suite à l'annonce de deux grands changements.

Twitch banni les jeux d'argent

L’actu 

La plate-forme de streaming Twitch va interdire, à partir du 18 octobre, la diffusion de certains jeux d’argent. Le service, propriété d’Amazon, a annoncé que cette interdiction concernerait « la diffusion de contenus provenant de sites qui incluent des machines à sous, des roulettes, des jeux de dés et qui ne disposent pas d’une licence aux Etats-Unis ou dans un autre pays doté de législations protégeant suffisamment les consommateurs. »

En pratique, cette nouvelle règle concerne principalement des sites, comme DuelBits ou Stake, qui proposent des jeux de casino dans lesquels les utilisateurs placent des mises en cryptomonnaies. Le plus important de ces sites, Stake, est établi à Curaçao, une île des Antilles, dont la législation sur les jeux d’argent est très souple. En France, l’accès à ce site est bloqué depuis 2021, à la suite d’une décision de l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel). Lire l’article complet sur le site du Monde. 

La pression des streameurs et streameuses paie

Le contexte 

Cette mesure intervient après que certains streameurs et streameuses très populaires, comme la Maroco-canadienne Pokimane, qui rassemble plus de 9 millions d’abonnés, ont menacé de faire grève si Twitch n’accédait pas à leur demande. « Si Twitch n’a toujours pas banni les lives de jeu de hasard d’ici la semaine de Noël, nous devrions rassembler un groupe de streameurs, et tous faire grève », avait ainsi proposé Pokimane le 19 septembre.
[…]

Le mouvement, identifié sur les réseaux sociaux sous le mot-clé « #TwitchStopGambling » (« Stop aux paris sur Twitch »), est né après que le streameur Sliker a avoué avoir escroqué ses abonnés et collègues de Twitch afin de pouvoir financer son addiction aux jeux de pari, notamment « Counter-Strike : Global Offensive » (dans lequel le joueur peut faire des mises sur l’issue de la partie). Lire l’article complet sur le site du Hufftington Post. 

Twitch cible les revenus des plus gros streameurs

La décision 

Right now, the majority of partnered streamers receive a 50 / 50 revenue share on subscriptions to their channel. That means 50 percent of net revenue goes to Twitch, while 50 percent goes to the streamer themselves. However, Twitch has negotiated premium subscription terms with some bigger streamers that give them a 70 / 30 revenue split, and that split is what’s going to change.

Under the new policy, streamers with premium terms will keep 70 percent of their subscription revenue on the first $100,000 earned. But after that, the share will go down to a 50 / 50 split. The changes kick into effect on June 1st, 2023, and even then only when a streamer’s contract with Twitch is up for renewal, according to a blog post from Twitch president Dan Clancy. Lire l’article complet sur le site de The Verge. 

 

La plateforme argumente

La justification 

Twitch justifie ce choix par l’augmentation des revenus moyens par heure de diffusion. Selon les calculs de l’entreprise, une heure de visionnage rapporte aujourd’hui trois fois plus au vidéaste qu’il y a 5 ans. S’ajoute à cela le coût du service de diffusion : si la plateforme est hébergée sur les serveurs de sa maison-mère, Amazon, un streamer diffusant 200 heures par mois devant 100 spectateurs simultanés coûte 1000 $ par mois, selon les tarifs publiés par Amazon Interactive Video Service. Lire l’article complet sur le site des Numériques.