Tribunes
Temps de lecture : 03'38''
3 janvier 2023

Le secteur financier doit garder l’esprit de conquête

Au moment où l’écosystème Tech connait ses premières vraies difficultés, le secteur financier doit plus que jamais garder le cap et continuer d’accompagner les startups et les scale-up. Renzo Evangelista (président du directoire d'Edmond de Rothschild France) revient sur l'importance de garder l'esprit de conquête.

N’oublions pas, en effet, qu’après le coup d’arrêt des crises de 2000 et de 2008, ces entreprises nous ont redonné un élément vital : la confiance. Propulsé par des levées de fonds dont le montant a été quasiment multiplié par 10 entre 2015 et 2021, l’écosystème entrepreneurial Tech nous a permis de renouer avec la croissance, a redonné un élan et, surtout, porté un nouvel esprit de conquête.

À l’ivresse des sommets suscitée par l’escalade des levées de fonds succède aujourd’hui le manque d’oxygène : le financement en capital-risque ralentit nettement, freiné par la hausse des taux. Rien qu’en Europe, les montants levés au 3e trimestre 2022 reculent de 22 % par rapport à 2021 (Baromètre des levées de fonds Innovation Croissance / Essec Business School). Le marché boursier s’est refermé brutalement avec une baisse de 76 % des montants levés en IPO vs 2021 (rapport EY 2022). Et les grandes inconnues économiques, sociales et politiques – stagflation, risque sociaux et dégradation des finances publiques – nous opposent un horizon opaque, inquiétant, où chacun est bien en peine d’identifier la voie.

Ne nous y trompons pas : si certains voient le retournement actuel comme une juste correction d’une machine qui se serait emballée, nous y voyons plutôt une épreuve de maturité. Nous sommes donc à un moment décisif pour la Tech et aujourd’hui, plus que jamais, il importe de continuer à investir dans cet écosystème. Car les entreprises de la Tech restent un socle, dans un monde dont la digitalisation est loin d’être achevée. En dépit du ralentissement, l’attractivité du secteur ne se dément pas : l’investissement en capital-risque dans les startups industrielles européennes pourrait dépasser les 6 milliards de dollars en 2022, battant le record de 2021 (rapport Speedinvest et Dealroom – octobre 2022).

Aujourd’hui, la Tech atteint un stade de développement qui pousse les fonds et les grands groupes à investir malgré les incertitudes. Au 1er semestre 2022, le nombre de levées de fonds supérieures à 100 millions d’euros n’a jamais été aussi important en France, signale le baromètre EY du capital risque, et la France compte 25 licornes quand elles n’étaient que 3 en 2017.

Enfin, la Tech est portée par une génération de dirigeants et dirigeantes qui constituent notre plus grande force. C’est une génération audacieuse et créative, animée par la volonté d’améliorer sans cesse les usages et les modèles, d’innover pour ouvrir de nouveaux chemins. Une génération solidaire, qui cultive le sens de la tribu et du partage à travers des collectifs comme The Galion Project, la French Tech ou encore Numeum.

Une génération porteuse d’avenir pour l’emploi : les 11.000 startups de la Tech française comptaient fin 2021 près de 250.000 collaborateurs, et ont créé 30.000 emplois sur cette seule année, soit une croissance de 14 % par rapport à 2020. Et surtout, c’est une génération engagée, “impact native” tant sur le plan social qu’environnemental. Elle s’attaque de front aux risques majeurs qui se dressent devant nous : la transition écologique, la cohésion sociale, la souveraineté technologique, l’évolution du rapport au travail… Ces défis sont immenses, ils portent en eux des enjeux majeurs pour le monde de demain et c’est aujourd’hui qu’il faut mobiliser nos forces pour y répondre.

Pour toutes ces raisons, il est essentiel de soutenir les entrepreneurs de la Tech. De garder en tête les solides appuis sur lesquels cet écosystème – après tout encore jeune – peut compter pour trouver un second souffle et poursuivre son ascension. Et de continuer à assurer la voie.

Comment ? La place financière de Paris doit continuer d’accompagner les entreprises aux différents stades de leur développement

D’abord en conseillant les entrepreneurs de la Tech dans leurs opérations sur le capital de leur entreprise dès les premiers stades de leur développement pour leur permettre de croître.
Ensuite, lors de leur introduction en bourse, étape incontournable de développement de l’écosystème. À ce titre, notre groupe a ainsi participé au cours des 18 derniers mois à près d’une dizaine d’introduction d’entreprises emblématiques de la Tech.

Enfin, via les fonds éligibles à l’initiative Tibi qui vise à faire de la France le plus grand centre d’investissement en startup et en scale-up de l’Union européenne. À travers deux de nos fonds, dont les encours dépassent 1,3 milliard d’euros et qui ciblent les sociétés dont l’innovation technologique est au cœur de l’activité, nous favorisons la création et le développement de l’écosystème technologique européen.

« Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible », écrivait Antoine de Saint-Exupéry. L’avenir sera ce que nous en ferons : à nous aujourd’hui d’affirmer avec force notre vision et notre confiance dans la capacité de la Tech européenne à être le fer de lance de notre développement.