Portfolio#QFLF
Temps de lecture : 03'17''
9 janvier 2023

Que font les fonds ? Le portrait de Move Capital

Dans le paysage de plus en plus foisonnant de l’investissement, les fonds se multiplient… et ne se ressemblent pas. Parce qu’une levée, ce n’est pas simplement encaisser de l’argent et surfer sur une bonne occasion de communiquer, nous avons décidé de brosser le portrait des fonds français pour aider les entrepreneurs à s’y retrouver et à choisir le bon investisseur. Au tour de Move Capital.

Move Capital investit en Growth Equity dans la tech B2B européenne. C’est l’une des stratégies d’investissement de la plateforme de gestion d’actifs KC Invest (groupe Kepler Cheuvreux). Pour en savoir plus sur ce fonds, Maddyness s’est entretenu avec Hervé Malaussena et Sophie Sursock, ses deux associés fondateurs.

Palier au manque de financements d’origine française sur le Growth Equity

En 2018, après plus de vingt ans d’expérience dans la Tech et les Telecom entre New York et Londres, Hervé Malaussena a décidé de passer du côté Investissement en créant Move Capital. Il a rapidement été rejoint par Sophie Sursock qui partageait sa vision : « On observait un manque de financement sur le Growth Equity. La France et l’Europe ont beaucoup de talents, de jolies technologies, mais quand il s’agit de passer à la vitesse supérieure, les financements manquent. Nous souhaitions relever le défi de pouvoir accompagner ces entrepreneurs qui veulent grossir ».

« On a constaté que les fonds américains représentaient l’essentiel des investissements dans la tech européenne. Or, de plus en plus d’entreprises européennes étaient sensibles au fait d’avoir des investisseurs européens », commente Hervé Malaussena. Cela semble particulièrement vrai sur les sujets de gouvernance. « Dans la tech il y a pu avoir beaucoup d’abus avec la sous-traitance par exemple. Nous voulons favoriser les entreprises qui cherchent à garder leur centre de gravité intellectuel et managérial en France », ajoute Sophie Sursock. Le fonds prévoit également de favoriser des sorties européennes.

Le premier fonds a effectué son premier closing début 2022 en atteignant 100 millions. Les principaux souscripteurs sont Bpifrance, et le Fonds Européen d’Investissement, ainsi qu’Orange et Nokia côté corporate.

Créer des champions européens sur l’ensemble de la chaîne de valeur de la data

Le fonds de croissance investit des tickets de 10 à 15 millions d’euros dans des entreprises ayant le potentiel de devenir les futurs champions de la tech en Europe. Il vise l’ensemble de la chaîne de valeur de la data : de la collecte avec l’IoT, jusqu’à la protection de la data avec la cybersécurité en passant par le stockage avec le Cloud, l’analyse et le traitement de la data. Move Capital investit de manière transversale, aussi bien dans les services que dans le hardware afin de construire un portefeuille équilibré en termes de risques.

Le fonds cible des entreprises avec un business modèle déjà éprouvé et faisant en moyenne 5 millions de Revenu Récurrent Annuel (ARR). L’idée est d’accompagner ces entreprises sur leur phase de croissance en aidant à gérer la mise en place des équipes, des process ou la stratégie de prix. « Nous avons aujourd’hui une équipe très européenne et pluridisciplinaire. Avec Hervé, nous sommes des experts de la tech en général, mais nous nous sommes entourés de spécialistes de certains sous-secteurs ou certains pays. C’est impossible pour une seule personne de tout maîtriser et tout savoir, c’est trop large, ça va trop vite », confie Sophie Sursock.

Le fonds a réalisé en février 2022 son premier investissement en cybersécurité, avec Gatewatcher.

Une vision positive de l’ajustement du marché

Commencer à investir sur ce segment en 2022 pourrait sembler frustrant, mais Move Capital voit cela d’un bon œil. « Au contraire, nous n’avons pas de problème à devoir revaloriser un portefeuille d’actifs ou à remettre trop d’argent », explique Hervé Malaussena.

« L’assainissement était nécessaire, on avait besoin de ce retour aux fondamentaux », déclare Sophie Sursock. « Le mot clé pour nous est la discipline au niveau des investissements. Nous voulons investir dans des conditions qui représentent le marché d’aujourd’hui et non pas le marché d’hier », poursuit Hervé Malaussena. En effet, sur la tech, les valorisations avaient atteint des sommets : « Les valorisations publiques ont atteint un pic en mars 2021, avec les valorisations privées, il y a juste une différence de temps, et le pic a plutôt été atteint début 2022 », détaille Hervé Malaussena.

De manière générale en Europe, les investissements dans la tech ont diminué au troisième trimestre 2022, car le marché semble privilégier aujourd’hui la rentabilité, face à la croissance à tout prix. Move Capital prévoit donc d’être plus actif en 2023, avec trois ou quatre investissements prévus.