Retour en haut
Business

#Tourisme Au-delà du logement : comment Airbnb souhaite changer le monde du voyage

#Tourisme : Au-delà du logement : comment Airbnb souhaite changer le monde du voyage
par

Si Airbnb a déjà largement bousculé le monde du voyage avec son offre de logements entre particuliers, la société vient d’annoncer le plus grand tournant de son histoire.

L’impact d’Airbnb sur le marché français n’est plus à prouver. Avec plus de 65.000 logements à Paris, la ville reste largement en tête comme la plus grande ville pour Airbnb. Mais avec la nécessité d’avoir une chambre de trop à proposer, ou une résidence secondaire, le statut d’hôte Airbnb était loin d’être accessible à tous. Un état de fait que la société californienne vient d’adresser lors du Airbnb Open, leur grand événement annuel organisé la semaine dernière à Los Angeles.

IMG_3671

Les expériences, en plus du logement

Plus que la simple location de maisons ou d’appartements, Airbnb a toujours mis en avant l’authenticité de l’expérience avec le contact de ses hôtes locaux. Mais dans les faits, le niveau d’interaction va largement varier avec certains hôtes qui ne prennent pas la peine d’accueillir leurs invités et vont juste leur donner des instructions pour trouver les clefs. Comment Airbnb pouvait-il renforcer cette connexion entre voyageurs et autochtones ?

Son CEO, Brian Chesky, est monté sur la scène de l’Orpheum Theater de Los Angeles pour présenter “Expériences”, la première extension du service en huit ans d’existence. Airbnb ne propose donc plus uniquement des logements, mais va aussi vous permettre de réserver des activités à réaliser dans votre ville de destination. Proposées par des passionnés, ces expériences peuvent aussi bien concerner l’art, la nourriture, la découverte de la ville, l’entrepreneuriat, etc.
Elles doivent répondre à l’impératif de se faire rencontrer les voyageurs avec des locaux, mais aussi leur donner un accès un peu privilégié. S’il peut s’agir d’une activité qui se déroule sur quelques heures de temps, Airbnb met le focus sur des immersions de trois jours avec un rendez-vous pendant trois jours de suite pour aborder un sujet sous trois angles différents. Pour donner un exemple, nous avons pu rencontrer Alexandre, jeune sculpteur parisien qui propose l’une des premières expériences Airbnb de la capitale.

Celle-ci débute au café Le Renaissance (où a été tourné le film Inglorious Bastards) pour apprendre à se connaître avant d’aller à la rencontre des artistes dans la cité Montmartre-aux-artistes et de découvrir leur mode de vie. Le deuxième jour, vous suivez Alexandre dans une sélection de galeries d’art parisiennes où vous recevrez un accueil personnalisé. Enfin, vous pourrez visiter l’atelier d’Alexandre lors du troisième jour de l’expérience, pour une introduction aux techniques de sculpture, jusqu’à repartir avec une pièce en argile que vous allez sculpter par vous-même.

Pour l’anecdote, le concept des expériences Airbnb ressemble de très près à deux startups françaises : TripXP et MeetMyJob, sociétés qui ont toutes les deux cessé leur activité pour ne pas avoir réussi à gérer le dilemme de la poule et de l’oeuf. Une problématique que le géant du voyage semble être le plus à même de tacler grâce à sa communauté déjà bien installée d’hôtes et de voyageurs.

Airbnb expériences villes disponible

Airbnb passe la seconde

Mais cette communauté semble être sur le point de s’agrandir sensiblement. En effet, il n’est donc plus nécessaire de posséder une maison secondaire pour devenir hôtes, il suffit d’avoir une passion et un peu de temps à partager avec des voyageurs du monde entier. Les hôtes “expériences” ne sont d’ailleurs que très rarement des hôtes logements sur la plateforme.

Cela permettra ainsi aux voyageurs de remplir leurs journées d’activités réalisées auprès d’autochtones. Le moyen de découvrir une ville au contact de sa population, et de faire la connaissance de locaux au travers de leur passion. Mais si cette nouvelle offre devrait booster le nombre d’hôtes Airbnb, une autre initiative va également dans ce sens : le co-hosting.

Cette nouveauté permettra aux propriétaires de résidences secondaires qui ne souhaitent pas prendre le temps de gérer les réservations, de rencontrer des personnes proches d’eux qui souhaitent arrondir leurs fins de mois en accueillant les guests pour eux. Est-ce que ces efforts pour multiplier l’offre va également permettre à Airbnb de multiplier la demande ? Rien n’est sûr et Emmanuel Marill (Directeur France d’Airbnb) n’aura pas l’arrogance de faire croire le contraire. Il croisera simplement les doigts en me disant qu’ils sont curieux de voir quelle sera la réaction de sa communauté.

Le service est d’abord lancé dans 12 villes pilotes et notre capitale du tourisme qu’est Paris est évidemment présente, bientôt rejointe par Marseille dès l’année prochaine. S’il est d’ors-et-déjà possible de réserver des expériences sur Airbnb, le fait de proposer d’en être hôte n’est pas encore totalement ouvert. Il faut d’abord proposer son idée à la société qui validera ensuite (ou non) l’intérêt pour celle-ci. Encore une fois, Airbnb fait le pari de la qualité en contrôlant les premières annonces publiées.

Brian Chesky flights, services

Airbnb : bientôt la plateforme unique du voyage

Mais si Airbnb s’ouvre aux activités en plus du logement, la présentation de Brian Chesky aura aussi été l’occasion de teaser les futures fonctionnalités du service. En effet, il sera par la suite possible de réserver une voiture de location directement depuis l’application, de commander un panier de courses, ou d’acheter ses billets d’avion. A ce stade nous sommes totalement dans la prospective, et aucun ordre d’idée de date ne sera donné, mais cette future évolution placerait Airbnb comme l’intermédiaire unique entre les voyageurs et leurs destinations.

Mots clés : airbnb, tourisme, voyage
  • http://www.kwalys.com Pascal Nova Media Kwalys

    La disruption totale est en marche. en intégrant des comparateurs de tarifs dans les offres de locations et de la consièrgerie et pourquoi pas le taxi Uber …. qui t’amène sur place, fini la prise de tête et une marge de plus pour airbnb. Bravo dommage que la France ne soit pas capable de retirer des taxes sur ce concept.

    • eric

      il y a eu un article dans la presse pro relatif à la nécessité pour airbnb de s’immatriculer puisque ils font dorénavant office d’agence de voyages : s’ils ne l’ont pas fait (et ils ne vont quand même pas feindre de ne pas connaitre le code du tourisme) c’est qu’ils considèrent qu’ils sont “au-dessus” de tout ça et/ou dans un monde parallèle pas régi par les mêmes règles . et pendant ce temps-là les “petits” galèrent pour trouver une garantie financière..