Retour en haut
Business

#Exclu Legaltechs françaises : les grandes tendances 2017

#Exclu : Legaltechs françaises : les grandes tendances 2017 iStock by Getty Images
par

Maddyness s’est associé au site professionnel d’information Actualités du droit pour réaliser le premier panorama des legaltechs françaises. Levées de fonds, stade de maturité, activité, nous avons tout analysé pour en tirer notre premier baromètre des legaltechs.

Alors que démarre le 6 décembre le 2ème salon de la LegalTech, Maddyness et Actualités du droit se sont interrogés sur l’essor des startups dans le domaine juridique, jusqu’il y a peu préservé de toute tentative de disruption. On compte aujourd’hui 91 legaltechs inscrites, en France, au registre du commerce et des sociétés. 70% de ces sociétés ont été créées il y a 3 ans ou moins. Et si on remarque que 23 startups ont été créées en 2015, puis 25 en 2016, ce chiffre chute en 2017 puisqu’on ne compte que 15 créations de Legatechs cette année. Un chiffre qui montre une possible consolidation du secteur après une certaine course à l’innovation. 

landscape

Preuve que la Legaltech se stabilise également : l’investissement. 16,5 % des legaltechs françaises ont levé des fonds en 2017, pour un montant total de 12,8 millions d’euros. Parmi celles qui ont accepté d’en communiquer le montant et les investisseurs, on note que 55,6% des levées ont été effectuées auprès d’avocats, d’huissers et d’autres professionnels du droit. Le secteur semble donc arriver plus rapidement à maturité que d’autres : les startups ne représentent pas une menace mais au contraire une opportunité pour les professionnels du droit qui s’impliquent en investissant dans ces jeunes pousses. 

Autre enseignement de cette enquête, la nature des services proposés par les Legaltechs, qui n’ont parfois rien de très “tech” : près de 60 % concernent la création d’acte, la création et la gestion d’entreprise ou la défense du consommateur, tandis que la justice prédictive représente 5,5% des services. Ce qui est autrement plus surprenant, c’est qu’à quelques mois de l’application du régement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), moins de 5% des legaltechs se sont lancées sur le créneau de la protection des données.

Les résultats du baromètre 2017 en une infographie 

infographiedef

 

 

  • Sylvain De Ly

    Vous avez oublié un acteur qui réalise 3M VU / mois (plus grosse audience après legifrance) et réalise plusieurs millions de CA et rentable sur l’information juridique, intermédiation auprès des avocats, le B2B et la rédaction d’actes. Et cela depuis bien longtemps avant les 3/4 des acteurs cités. Bref.

    • John Smith

      ¯ _ (ツ) _ / ¯

    • Bernard Lamon

      Merci de votre remarque, mais pourriez-vous nous dire qui est cet acteur ? Votre remarque nous laisse sur notre faim 😉

      • Sylvain De Ly

        Juritravail.com :-)

        • Bernard Lamon

          Merci. Pour être franc, je m’intéresse bcp aux legaltechs (je suis co-auteur du rapport Haeri, notamment), et je n’aurais pas mis spontanément Juritravail dans les legaltechs…commettant là une belle erreur. Communiquez peut-être un peu plus 😉 ?

          • Sylvain De Ly

            On préfère se concentrer sur nos cibles TPE-PME et sur l’exécution plutôt que de parler dans la presse :-) c’est sans doute une erreur mais elle a des raisons. Juritravail s’est complètement transformer depuis 4 ans. Honnêtement je baigne dans ce monde depuis 2007, il y a de très belles legaltech et aussi beaucoup de vent dans ce panorama. Au delà de l’aspect levée de fonds, il y a un sujet clé peu abordé tel que le modèle économique. Au plaisir d’en discuter si vous le souhaitez.

  • Laurent CHEVET

    Dans le mapping des acteurs , dans la case Contract Management, la société contractSide semble avoir déposé le bilan fin 2016. En revanche vous pourriez y inclure Acutenz, spécialisée dans le contract management.

  • LeBonContrôleUrssaf

    Pour 2018, il faudra aussi compter avec un nouvel acteur ultra-spécialisé : http://www.lbcu.fr Le bon contrôle URSSAF qui sera opérationnel en février 2018. Génération d’actes, services BtoB, mise en relation avocats…