Retour en haut
Entrepreneurs

#MaddyStory Gemmyo, le chat rose a les griffes longues

#MaddyStory : Gemmyo, le chat rose a les griffes longues
par

Lancé fin 2011 par Charif Debs, Malek Debs, Pauline Laigneau et Fanny Boucher, Gemmyo a, depuis, connu une ascension fulgurante sur le marché ultra conservateur de la bijouterie. En bousculant les modèles et les acteurs déjà en place, avec des collections plus jeunes et branchées, la jeune startup a réussi à se faire une place de choix sur ce secteur. Retour, avec Pauline Laigneau, sur le parcours de la jeune pousse.


Lorsque Charif demande à Pauline de l’épouser en juin 2011, comme beaucoup de jeunes gens, ils se décident à aller faire le tour d’un certain nombre de joailliers pour trouver une bague de fiancailles. Malgré le fait que les modèles soient superbes, ils ne trouvent pas chaussure à leur pied à cause d’une expérience assez poussiéreuse, intimidante et des modèles très classiques. Après quelques recherches et discussions avec Fanny, une amie bijoutière, ils décident de pallier ce manque en se lançant dans l’aventure entrepreneuriale et en créant une marque de joaillerie jeune, moderne, qui fasse de l’achat d’un bijou un moment gai, libéré et vivant. Gemmyo était né !

Des levées de fonds vitales pour le développement de Gemmyo

Nos levées de fonds successives ont été décisives puisqu’elles nous ont permis d’avoir les moyens de nos ambitions. C’est notamment dans ce cadre que nous avons lancé en novembre 2014 une grande campagne d’affichage dans le métro parisien avec ce fameux chaton rose. Depuis, notre croissance et notre notoriété n’ont fait que croître, à un point où le mot clé “Gemmyo” est plus tapé sur le web que “Boucheron”, “Van Cleef” et “Chaumet” ! Il reste bien sûr Cartier assez largement au-dessus mais nous faisons tout pour le rattraper…” explique Pauline Laigneau.

Evoluant sur un secteur d’activité dominé par de grandes marques aux budgets communication et marketing quasiment illimités, Gemmyo se devait d’obtenir rapidement des fonds afin de pouvoir jouer à jeu égal avec ces mastodontes de la joaillerie. Grâce à ces différentes levées et une stratégie de communication résolument différenciante, la jeune pousse a réussi son pari de reconnaissance par ses pairs.

Savoir se faire confiance

N’écoutez pas trop les conseils qu’on vous donne, c’est vous qui connaissez votre entreprise, vos clients, c’est vous qui avez une “vision”. Les gens autour de vous sont bien intentionnés en général, mais ils ne peuvent pas connaître votre business comme vous. Ils n’ont pas en tête vos contraintes, vos ambitions. Ils ne connaissent pas vos clients. Si vous demandez des conseils à tout le monde autour de vous, vous aurez des avis contradictoires qui vont certainement vous paralyser et vous empêcher de prendre votre décision“, ajoute Pauline Laigneau

Selon la cofondatrice de Gemmyo, au final, lorsque l’on se lance dans l’entrepreneuriat, mieux vaut suivre son instinct et agir, quitte à se tromper, plutôt que de tergiverser pendant des mois “C’est en itérant que vous améliorerez votre business”. Jusqu’à la rentabilité, que Gemmyo a atteinte fin 2016. A l’ère de l’hypercroissance sans visibilité sur une potentielle rentabilité, Gemmyo fait figure d’exception.

Après avoir ouvert leur premier showroom, l’ambition de la startup est de continuer l’expérience du mix retail on et offline qui leur apparaît clé pour leur croissance. L’autre grand chantier de Gemmyo est celui du déploiement à l’international prévu dans les prochains mois, notamment en Angleterre. Rendez-vous donc dans quelques mois pour dresser un premier bilan de l’implantation du chat rose chez nos voisins britanniques !

Vous vous demandez quel est le vrai potentiel de « la disruption » ? Maddyness aussi, et c’est le sujet de notre prochain Maddy Talk ! rendez-vous le 30 Septembre prochain à partir de 19h30, avec nos intervenants, à la Gaité Lyrique, pour tout savoir du potentiel de la disruption de marché !