Retour en haut
Entrepreneurs

#CES2016 “Mon premier CES”, dans les coulisses de la préparation millimétrée de Sensorwake

#CES2016 : “Mon premier CES”, dans les coulisses de la préparation millimétrée de Sensorwake
par

Le CES (Consumer Electronics Show) ouvre ses portes dans quelques jours, ce grand show à l’américaine où toutes les nouvelles technologies grand public se donnent rendez vous en plein coeur de Las Vegas. Pour Sensorwake, startup fondée par Guillaume Rolland et Ivan Skybyk il y a 9 mois (accompagnée par Google dans le programme “moteur de réussite”), le CES paraissait incontournable pour la présentation de leur premier produit : le réveil olfactif. Récit d’une préparation millimétrée pour un show démesuré par Guillaume Rolland, CEO Sensorwake.


Il y a à peine deux ans, j’étais encore au lycée et les étoiles plein les yeux, je suivais ce show depuis mon téléphone, ne pouvant me douter m’y retrouver quelques années plus tard. J’étais alors émerveillé par le nombre d’innovations présentées là-bas.

Deux ans plus tard, me voici avec mon équipe à préparer ce show. Nous y présentons le réveil olfactif, une “invention de garage” qui a pu être mise en orbite grâce à sa sélection lors du Google Science Fair, concours mondial d’innovation organisé par le géant Américain. Sélectionnés par Business France, nous partons donc avec la délégation French Tech. Cette sélection par Business France offre à la startup une aide précieuse sur la préparation du salon (stand, coaching et conseils avisés …).

Nous apportons également dans nos valises un CES innovation Award, un prix récompensant quelques unes des innovations qui seront présentes au CES. Nous sommes fiers de faire partie des 10 innovations primées par le CES dans la catégorie “Home Appliances”, une distinction qui met forcément en confiance pour le Jour J.



Pourquoi y aller ?

Pour Sensorwake il y a trois bonnes raisons d’être présents à ce salon mondial :

  • Tout d’abord pour y rencontrer les retailers et distributeurs qui ont pris contact avec nous lors des premières pré-commandes du réveil olfactif l’été dernier. Ils sont quasiment tous présents au CES. C’est donc le moment idéal pour avoir un contact privilégié avec eux pour y présenter le produit et notre roadmap.
  • C’est également la partie communication qui est importante dans ce salon. Des centaines de journalistes du monde entier y sont accrédités. Nous avons donc préparé notre communication plusieurs mois à l’avance avec l’aide d’une agence de presse (presque indispensable aujourd’hui pour être sur tous les fronts) afin d’annoncer dans de bonnes conditions nos “news”, notamment durant l’ouverture au CES Unveiled le 4 janvier où nous sommes conviés à présenter notre innovation aux côtés des autres entreprises sélectionnées.
  • Enfin la dernière bonne raison, et non des moindres, c’est celle de l’équipe. Nous sommes une startup de moins d’un an, qui recrute régulièrement et qui doit absolument insuffler une bonne cohésion entre ses membres. Le CES est l’endroit idéal pour y partager un maximum de moments inoubliables, et ce dans un cadre exceptionnel.

Pour faire du CES une réussite à travers ces trois axes, il s’agit avant tout d’être fin prêt le Jour J

Préparer un CES c’est un peu comme préparer un mariage. On demande conseil à nos aînés sur la préparation de cet évènement tant attendu, le discours de la startup doit-être rodé à l’image de ceux des mariés, les invitations envoyées aux bonnes personnes que l’on veut rencontrer. Et comme tout bon mariage, la réception sur place est méticuleusement préparée pour ne pas décevoir les convives.

Pour les demandes de conseils aux aînés, nous n’avons pas eu de mal à être bien orientés et prendre connaissance des “best-practices” pour la préparation du salon. Il faut dire que nous avons frappé aux bonnes portes. Sous la bannière FrenchTech de nombreuses startups sont déjà passées dans cette jungle médiatique qu’est le CES. Parrot, qui chaque année présente ses nouveaux drones au CES, m’a par exemple reçu dans ses bureaux à San Francisco lors d’un séjour dans la Silicon Valley pour me donner de bons conseils d’organisation du stand, sa mise en place, son attractivité.

Il y a aussi le Hardware Club, un club regroupant des startups hardware venant du monde entier pour les connecter avec un large réseau de retail, manufacturing etc… Du haut de mes 19 ans, une telle aide d’experts de l’écosystème startup permet de gagner un temps précieux et d’arriver au CES plus sereins. Cette année, le Hardware Club aura même sa propre allée au CES pour y présenter des startups.

Concernant la réception, il s’agit de tirer profit du moindre millimètre des 9 mètres carré mis à notre disposition sur le CES.

Dans l’espace Eureka Park (espace dédié aux startups), chaque startup y va de son imagination pour attirer le public : distribution de sacs et autres goodies, démos spectaculaires, mises en scène extravagantes … De notre côté, nous avons opté pour une présentation du réveil olfactif dans sa version finale accompagné de ses toutes nouvelles capsules de parfum à insérer et tester sur le stand. Nous avons également préparé un bar à odeur permettant aux visiteurs de venir tester tous nos parfums de manière ludique, en appuyant sur un simple bouton. Et cerise sur le gâteau : ils pourront également repartir avec un porte-clé Sensorwake “Odeur pain grillé” ou “Jus d’orange pressé”.

On se donne donc rendez vous au booth 80541 sur le CES mais aussi pour un prochain billet pendant le show.

Mots clés : ,
  • http://www.michelnizon.com Michel Nizon

    Guillaume s’était engagé à livrer 1 575 réveils olfactifs au mois de Novembre 2015 pour que ses contributeurs puissent les déposer sous leur sapin de Noël. Aujourd’hui la page Kickstarter annonce une livraison en Juin 2016…dans le meilleur des cas. Attention à ne pas négliger sa communauté de contributeurs au profit de la communication. Un très mauvais précédent à ne pas suivre : Le drone Zano avait été élu Meilleur Gadget du CES 2015 au mois de Janvier 2015. Depuis 12 075 contributeurs qui avaient engagé presque 3 212 000 euros n’ont plus que leurs yeux pour pleurer… Le drone qui avait été présenté au CES 2015 n’était pas un prototype fonctionnel prêt à être fabriqué en masse. Parmi les 300 Innovations awards de 2016, combien d’objets sont des prototypes totalement fonctionnels ?