Retour en haut
Finance

#Food MonBanquet, la startup qui démocratise le traiteur, finalise une levée de fonds de 500 000 euros 

#Food : MonBanquet, la startup qui démocratise le traiteur, finalise une levée de fonds de 500 000 euros  MonBanquet lève 500 000 euros pour démocratiser le traiteur
par

MonBanquet, entreprise de livraison de buffets conçus par des artisans, finalise son premier tour de table d’un montant de 500 000 euros. 

Pour Maxime Renault, Mario Matar et Hugo Rivière, qui lance la plateforme en septembre 2015, « Tout événement mérite la convivialité d’un buffet ». Mais bien souvent, le prix du service freine les organisateurs d’évènements. C’est là tout le défi de MonBanquet : livrer des buffets conçus par des artisans, à partir de 3 euros par personne.

Pour bouleverser le marché du traiteur, une première levée de fonds a été réalisée auprès du Seed Club d’ISAI, composé de Jean Claude Boulet (TBWA), Philippe Dokes (Companeo), Pierre Kosciusko-Morizet et Olivier Mathiot (PriceMinister), Eric La Bonnardière et Yvan Wibaux (Evaneos), Jean-Fabrice Mathieu (Kelkoo, SeLoger), Yves Peis (Lolies), Christophe Poupinel (Ooreka) et Thibault Viort (CityVox).

La somme de 500 000 euros devrait permettre à la jeune pousse de recruter une dizaine de personnes et de poursuivre son extension géographique. Elle a ainsi déjà annoncé son implantation à Lyon au début du mois de juin.

La valeur ajoutée de MonBanquet, c’est qu’ils ont instauré un modèle profitable à tous. D’un côté, ils créent de nouvelles opportunités pour des artisans locaux. De l’autre, ils proposent une réelle alternative aux clients, lassés des offres traiteurs industrielles.

Yvan Wibaux, investisseur et cofondateur d’Evaneos

monbanquet2

MonBanquet souhaite également simplifier l’expérience d’achat. L’équipe technique travaille sur des algorithmes afin que le client obtienne un menu adapté à ses envies en seulement quelques clics : plus besoin d’attendre un devis ou de parcourir un long catalogue de produits.

Si les artisans partenaires sont aujourd’hui des boulangers (avec lesquels les trois fondateurs entretiennent une relation privilégiée depuis la création de DuBonPain il y a trois ans), l’offre n’exclut pas de s’étendre à d’autres métiers de bouche. La plateforme a déjà régalé plus de 30 000 personnes à Paris et à Lyon, sur des événements professionnels, associatifs et particuliers. Selon Christophe Poupinel, investisseur et fondateur d’Ooreka, reste maintenant un défi à relever : « Prouver à tout organisateur d’événement que régaler ses convives n’est pas un luxe ».