Retour en haut
Finance

#FinTech Hush lance son ICO publique pour dessiner les contours de la banque du futur

#FinTech : Hush lance son ICO publique pour dessiner les contours de la banque du futur
par

Hush, la néobanque mobile imaginée par Éric Charpentier, fondateur de Morning, lance ce lundi son ICO publique. À terme, la banque doit permettre à ses utilisateurs de financer leurs projets de manière participative grâce aux cryptomonnaies.

Lancer une ICO pour financer son entreprise n’est (déjà) plus si original. Lancer une ICO pour financer une banque crypto-compatible est aussi cohérent qu’original. C’est l’idée de Hush, le nouveau projet d’Éric Charpentier, l’entrepreneur derrière Morning (lorsque la startup s’appelait encore Payname) : “une néobanque mobile, communautaire, participative, compatible avec les cryptomonnaies“. La banque ressemblera à n’importe quelle plateforme de cryptomonnaies permettant d’échanger des coins et de les garder dans des wallets sécurisés. Mais son originalité réside précisément dans cette appellation de “banque”. “Les utilisateurs pourront partager leurs projets avec la communauté qui aura la possibilité de les financer“, explique l’entrepreneur.

L’ICO lancée ce lundi donnera droit, pour ceux qui y souscriront, à une réduction de 50% sur les services proposés par la future banque Hush, alors que le forfait de base comprenant une carte Mastercard World sera à 9,90 euros par mois. Les utilisateurs précoces auront également un droit de regard sur les produits qu’elle offrira. “Les services présents dans le forfait de base sont définis par la communauté elle-même“, s’enthousiasme Éric Charpentier. Une idée que l’entrepreneur avait déjà en tête lorsqu’il avait lancé Payname, sans toutefois l’avoir concrétisé de la sorte.

 Hush ajoute cette logique communautaire
par rapport à Morning.
Si j’avais découvert l’ICO il y a deux ans,
j’aurais mené Morning différemment 

Éric Charpentier, fondateur de Morning et de Hush

Dette

À revoir : Comment la co-création est devenue un élément incontournable de notre économie

L’entrepreneur souhaite “redonner le pouvoir aux utilisateurs“, notamment grâce aux cryptomonnaies. “Elles sont vouées à être généralisées dans les néobanques. Mais beaucoup ont récemment perdu leur indépendance et il est rassurant pour les utilisateurs de pouvoir faire confiance à un acteur indépendant.” L’entrepreneur est confiant sur le fait que les cryptomonnaies ne seront pas interdites par les autorités, même s’il reconnaît qu’elles devraient être “régulées, à terme“. Et souligne qu’Hush “vérifie la provenance des fonds“, pour se prémunir de tout problème.

Mais Hush est encore seulement en phase de construction et ne devrait pas se concrétiser avant la fin de l’année. “Notre premier objectif est d’obtenir l’agrément bancaire et la licence Mastercard, au premier trimestre, explique Éric Charpentier. L’application est prévue pour fin 2018.” Basée sur un produit à la fois volatil et aux contours réglementaires incertains et soumise à l’approbation des autorités, la néobanque imaginée par l’entrepreneur a encore un long chemin à parcourir avant même de voir le jour. Mais Éric Charpentier l’assure : “nous construisons un projet solide et stable dans la durée“.