Retour en haut
Levée de fonds

#MedTech Avec 12 millions d’euros de plus en poche, MonDocteur vise 20% des cabinets d’ici 2 ans

#MedTech : Avec 12 millions d’euros de plus en poche, MonDocteur vise 20% des cabinets d’ici 2 ans
par

MonDocteur passe à la vitesse supérieure. Numéro 2 de la prise de rendez-vous médicaux en ligne, il espère équiper 20% des cabinets médicaux français d’ici à 2018. Pour lui donner les moyens de ses ambitions, le groupe Lagardère, actionnaire majoritaire de la jeune pousse, apporte de l’eau au moulin avec un nouvel investissement de 12 millions d’euros. 


94 salariés, 23 bureaux en France, une base de 3500 cabinet médicaux,  MonDocteur n’a pas à rougir de ses statistiques. Mais les fondateurs, Thibault Lanthier et Benoit Grassin, voient plus loin. Grâce à leur plateforme de prise de rendez-vous en ligne, qui permet aux praticiens de communiquer facilement avec leurs patients par SMS ou par email, ou de leur donner accès à leur agenda via leur application, MonDocteur a atteint le million de prises de rendez-vous par mois. Mais ce sont 10 millions de rendez-vous mensuels que vise MonDocteur pour décembre 2016. Fondée en 2013, la startup revendique aujourd’hui détenir 40% du marché de la prise de rendez-vous médicaux en ligne, un marché qu’elle se dispute avec Doctolib. Et pour ne pas rester second de cordée, MonDocteur entend bien devenir le leader de la prise de rendez-vous médicaux en ligne avec la conquête de 20% des cabinets médicaux en France d’ici 2018.

Mon docteur equipe

12 millions d’euros et 70 recrutements

Pour ce faire, le groupe Lagardère Active, actionnaire majoritaire de la jeune pousse, lui renouvelle sa confiance avec un nouvel investissement de 12 millions d’euros, ce qui porte l’investissement total du groupe à 15 millions en deux ans. Pour atteindre son objectif, MonDocteur mise sur une forte implantation locale, et sur le recrutement de 70 talents.

« Nous voulons que notre service simplifie le quotidien des patients et des praticiens partout en France, au plus vite. C’est pourquoi le marché français, où seuls 2% des professionnels de santé sont passés à la prise de RDV en ligne à ce jour, est notre priorité absolue. Pour accompagner au mieux tous ces professionnels, parfois isolés dans les territoires, nous misons sur une équipe de consultants qui vont chaque jour à leur rencontre, avec un objectif précis : équiper 20% des cabinets médicaux d’ici 2 ans », explique Thibault Lanthier.

Pour continuer à conquérir les praticiens au quotidien, Mon Docteur mise sur ses service et s’apprête à en déployer de nouveaux, qui seront dévoilés au cours des prochaines semaines.

Crédit photo : Shutterstock
  • Yang

    Lever des fonds est une chose, créer de la richesse en est une autre.
    Si les services de prise de rendez-vous par internet sont un véritable atout pour les Français, ces sommes investies sont aussi démesurées qu’inutiles.
    Voila qui nous rappelle la belle époque du début d’Internet ou chacun se lançait dans une course infernale….pour un résultat que nous connaissons.

  • Paul

    C’est clair et j’utilise un de leur concurrents bien moins cher pour la même chose ou mieux. Il est toujours facile de dépenser l’argent des autres. Par contre c’est vrai qu’il faut de l’argent pour embaucher des commerciaux et c’est ce qui manque a des acteurs comme sansrdv ou rdvfacile qui font la même chose depuis plus longtemps sans autant de moyens.

  • Victor Dumoulin

    Personnellement j’ai rarement vu une application aussi pratique et fiable. J’espère sincèrement qu’une majorité de médecin passeront par ce service en particuliers pour universaliser cette pratique de reservation en ligne

  • Francis Bellier

    Français, ces sommes investies sont aussi démesurées qu’inutiles.Casquette Bulls