Retour en haut
Innovation

#Exclu Quand un grand groupe lance son propre Startup Studio : l’exemple de Total

#Exclu : Quand un grand groupe lance son propre Startup Studio : l’exemple de Total Numa et Roland Berger dopent l'innovation de Total
par

Total a lancé son propre “Startup Studio”, en collaboration avec Numa, Roland Berger et Eleven. Dans une logique évidente de transformation numérique, le groupe veut accélérer la mise en oeuvre de nouveaux projets.

C’est en constatant que beaucoup de ses projets mettaient du temps à aboutir entre l’idée et les premiers tests consommateurs, et que le numérique impliquait un taux d’échec tel qu’il devenait presque obligatoire de lancer plusieurs projets en même temps pour en voir émerger au moins un, que Total a décidé de créer son propre Startup Studio.

Après un appel d’offre lancé en septembre 2015 auprès de quatre acteurs de la transformation numérique parmi lesquels Capgemini et The Family, c’est finalement aux côtés du cabinet de conseil en stratégie digitale Eleven pour le B2B et de Numa et du cabinet Roland Berger pour le B2C, que le groupe décide de s’associer pour assurer les ambitions de son Startup Studio :  lancer de nouveaux services numériques dans un temps limité de 6 mois, en adoptant une posture proactive afin d’attaquer des marchés en évolution rapide avant la concurrence.

Cette disruption n’est pas évidente pour un grand groupe, et autant Numa sait la gérer opérationnellement, autant Roland Berger a la capacité de la positionner de manière stratégique au sein d’une direction générale

Marc Gigon, directeur digital de Total Marketing & Services

Chaque projet envisagé en interne est ainsi majoritairement pris en charge par les équipes externes dans un premier temps, afin d’en identifier le marché, les problématiques et les opportunités, puis d’en élaborer un business model et un prototype. Numa apporte ainsi à cette étape ses qualités méthodologiques, son réseau et son savoir-faire dans l’amorçage de projets innovants, tandis que Roland Berger met en avant sa compétence en analyse de marché et pilotage de projets.

Un projet, trois phases

Constatant qu’il est très compliqué de mobiliser des collaborateurs internes pour des projets qui peuvent s’arrêter du jour au lendemain, Total a en effet décidé de faire réellement appel à ses employés, de manière opérationnelle, à partir du moment ou les projets sont déjà considérés comme viables.  Pour cela, le groupe a sélectionné des personnalités capables de travailler et d’être à l’aise dans un environnement qui n’est pas écrit ni procédurier. Tout l’inverse du fonctionnement d’un grand groupe.

L’un des plus gros challenges pour Total à ce jour, c’est d’identifier en interne les personnalités capables de monter un business, des intrapreneurs, des talents dont les compétences peuvent servir à la création de nouveaux projets

Marc Gigon

Lors de cette seconde phase, consacrée au développement et au go-to-market, les équipes en place travaillent, entre autres, sur le développement de partenariats commerciaux, la promotion du service et la gestion des opérations. L’objectif : mesurer la traction sur le produit et sa valeur sur le marché.

Les produits ou services ayant passé cette phase avec succès seront finalement financés par Total afin d’assurer leur déploiement et leur industrialisation. À ce jour, deux projets ont atteint cette phase et fonctionnent en autonomie complète : Le Bon Gaz et Kleen.

Un impact non négligeable sur le groupe

Une réussite pour Total, qui a créé spécifiquement une nouvelle filiale dédié au portage financier et juridique de ce dernier, mais qui a également pu voir émerger de nouveaux talents, prêts à leur tour à se lancer dans l’aventure de l’intrapreneuriat. Certains ont même présenté eux-mêmes des idées de projets, dont l’un déjà entré en phase une.

C’est le phénomène le plus marquant auquel on a assisté avec le lancement de ce startup studio

Marc Gigon

Si l’évolution du Startup Studio voit émerger de nouvelles problématiques facilement résolvables, telles que le montant de la rémunération donnée à un intrapreneur, ou l’unité à laquelle celui-ci doit appartenir, Total est désormais confronté à deux enjeux de taille : à la fois continuer de lancer des projets et de leur faire dérouler ce processus d’évolution, en espérant trouver de bonnes idées, mais également faire un travail de fond en RH dans l’identification des compétences, et dans la création d’un véritable plan de carrière pour ceux qui se lancent dans ces projets-là.

Même si le projet ne fonctionne pas, le collaborateur sera reconnu en interne pour sa capacité à évoluer dans un environnement incertain. Ça peut se révéler être un véritable point positif dans sa carrière

Marc Gigon

Aujourd’hui, Total compte une dizaine de projets en cours dans son startup studio, dont près de la moitié à atteint la seconde phase de développement.