Retour en haut
Technologies

#RH Pipplet, le chatbot qui évalue le niveau de langue de vos candidats

#RH : Pipplet, le chatbot qui évalue le niveau de langue de vos candidats
par

Tester vos compétences linguistiques sans cocher des cases mais en étant mis en situation est désormais possible grâce à Pipplet. La startup a lancé le premier Chatbot qui teste votre niveau de langue. Retour sur ce concept peu commun.

Avis aux amoureux de l’innovation, des langues et de la robotique, vous pouvez passer un test professionnel de langues grâce au chatbot Pipplet. Pas de méprise, ce n’est pas lui qui vous évalue, mais des linguistes confirmés. Comment cela marche ? Il vous suffit de vous connecter sur la fenêtre de conversation Facebook Messenger avec le chatbot et de lui envoyer un message. Il vous proposera de passer le test gratuitement et d’obtenir une certification pour la modique somme de trente euros, puis vous demande si vous souhaitez continuer. Le but n’est pas de juger des acquis académiques, mais de mesurer une capacité à communiquer avec les autres, dans des situations réelles.

Le chatbot est une interface, ni plus ni moins. Nous utilisons la messagerie instantanée pour mettre le candidat dans une situation proche de sa vie professionnelle, et provoquer une conversation en anglais, afin de l’évaluer

Matthieu Herman, cofondateur de Pipplet

Une fois l’entretien terminé, les professeurs vous envoient un rapport détaillé notamment axé sur votre vocabulaire, votre aisance et votre prononciation. Conforme au standard européen CECRL, vous pourrez ajouter vos résultats à votre CV. Initialement créé pour les professionnels, Pipplet est désormais ouvert au grand public. Vous n’avez donc plus aucune excuse pour ne pas tester vos compétences linguistiques !

pipplet

 

Mots clés : chatbot, Facebook, Pipplet
  • Richard Grenon

    Bonjour,

    Le titre va à l’encontre totale de l’article. En effet le chatbot ne sert qu’à la mise en relation candidat/test et pas à l’évaluation du niveau.
    Faudrait-il revoir les compétences linguistiques du “titreur” ?

    Bonne correction,