Actus
5 juillet 2013

[Interview] Anne Hidalgo défend à son tour son programme en faveur de l’écosystème startups parisien

Candidate à la Mairie de Paris, Anne Hidalgo répond aux questions de Maddyness à propos de son programme en faveur de l’écosystème startups parisien, notamment sur le bilan du maire actuel Bertrand Delanoë, mais également sur les projets immobiliers en cours (GLII, Halle Freyssinet…). Une interview qui suit celle d’une autre candidate à la Mairie de Paris : Nathalie Kosciusko Morizet à redécouvrir ici.[hr]

Pouvez-vous faire un bilan de ce que l’actuel maire de Paris a fait en faveur des startups?

En 2001, il n’y avait que 5.000m² de pépinières ou d’incubateurs de startups dans Paris, un chiffre dérisoire. Nous avons donc agi avec détermination pour faire de Paris une capitale de l’innovation et de la création. Aujourd’hui, nous sommes proches de dépasser les 100.000m² d’incubateurs.

Dans ces incubateurs, les startups trouvent un hébergement abordable et flexible, ainsi que des prestations mutualisées très importantes pour une jeune entreprise. Un véritable accompagnement à la création d’entreprise y est également proposé, avec par exemple des formations et des aides à la levée de fonds ou des conseils sur la construction d’un business plan.

Ils sont répartis dans tout Paris : certains sont généralistes comme Nord Express (18e), d’autres spécialisés comme le Labo de l’Edition(5e). Il existe également des accélérateurs comme le Camping (2e) et des incubateurs directement en lien avec des universités, des écoles ou des établissements culturels. Cette très grande diversité reflète la richesse de l’écosystème parisien des startups.

Depuis 2008, nous avons également donné aux jeunes entrepreneurs la possibilité d’obtenir un premier financement. Le fonds Paris Innovation Amorçage, créé en 2009 avec BPI France, permet aux entreprises hébergées en incubateur de recevoir jusqu’à 100.000 € d’avance remboursable en cas de succès. D’ici la fin de l’année, plus de 500 startups en auront bénéficié !

La mise en réseau de tout cet écosystème me parait aussi fondamentale. Nous soutenons activement Silicon Sentier et sa fameuse « Cantine », qui est devenue l’un des poumons du numérique parisien, avec plus de 400 événements, barcamps et conférences organisés par an. L’investissement de la Ville et de la Région Île-de-France, avec l’aide de partenaires privés, va nous permettre aussi de créer le Grand Lieu Intégré de l’Innovation, un lieu de rencontres et de travail pour les entrepreneurs et développeurs.

Nous soutenons également les pôles de compétitivité comme Cap Digital et Systematic. Nous avons accompagné leur création, leur développement, et nous finançons régulièrement les projets qu’ils labellisent, afin d’aider les PME, les laboratoires publics et les grands groupes à innover ensemble.

Enfin, nous avons créé le label MyStartupInParis et organisé des événements comme les Grands Prix de l’Innovation ou  les portes ouvertes de l’innovation pour donner un coup de pouce aux startups.

Quelles mesures pensez-vous prendre pour favoriser et stimuler la création d’entreprise à Paris?

Je veux aller encore plus loin pour favoriser et stimuler la création d’entreprises à Paris et notamment simplifier et harmoniser les dispositifs d’aide proposés aux entreprises. Les dispositifs d’aide existants manquent de cohérence et de clarté. Beaucoup trop d’entrepreneurs ne les connaissent pas ou sont dissuadés par les démarches à réaliser.

Je veux aussi encourager l’économie sociale et solidaire, un secteur qui représente déjà 9% de l’emploi parisien et qui est très prometteur. Ce secteur répond à une évolution des modes de consommation et de production, à une recherche de sens.

Enfin, nous mettrons l’accent sur l’accompagnement des startups dans leur transformation en PME. Il y a beaucoup à faire pour aider les jeunes entreprises à se développer et à prospérer. Je veux travailler cet axe en particulier.

Que pensez-vous du projet de Fleur Pellerin sur la construction du lieu dédié au numérique à la halle Freyssinet?

C’est un beau projet, plein d’énergie, qui contribuera assurément à faire de Paris une capitale du numérique. Paris doit muliplier les lieux pour les entreprises innovantes. Avoir des startups et des jeunes entreprises innovantes à chaque coin de rue est une spécificité et une grande force de notre ville.

Je veux d’ailleurs souligner les nombreuses initiatives privées qui fleurissent dans le domaine de l’incubation et de l’accélération. Récemment, j’ai eu l’occasion de visiter plusieurs lieux qui viennent d’ouvrir, comme TheFamily ou Spark, et je peux vous dire que l’énergie qui s’en dégage est très stimulante. Il y a là des exemples à suivre, à valoriser. Je m’y emploierai.

Comment faire remonter la ville de Paris dans les classements internationaux lié à l’innovation et à l’investissement ?

Paris est très bien placée dans de nombreux classements internationaux. Selon une étude KPMG publiée en mai, Paris est la 4èmemétropole mondiale en termes d’attractivité, juste après New York, Shanghai et Londres !

D’ailleurs de nombreuses entreprises étrangères souhaitent s’implanter dans notre ville. Cela a été le cas de Google, par exemple, mais également de beaucoup de jeunes entrepreneurs qui sont attirés par la créativité, le patrimoine et l’esprit d’innovation de Paris. Des lieux comme le 104, la Gaité Lyrique, dédiés aux cultures numériques, et un événement comme Futur en Seine, qui attire des visiteurs du monde entier, participent aussi à l’attractivité de Paris.

Pour aller encore plus loin, je souhaite favoriser l’installation d’entrepreneurs étrangers à Paris, en leur proposant des locaux provisoires par exemple, et aider nos entreprises à se développer à l’international. C’est tout le sens de l’accord que nous avons passé avec San Francisco il y a quelques mois, et je compte bien en conclure avec d’autres villes ou régions.

Quels nouveaux projets pour favoriser le digital et sensibiliser les Parisiens à l’essor de ce nouveau secteur?

Il y a évidemment beaucoup de choses. Le fait de déployer gratuitement du wifi partout dans la ville permettrait sans doute de booster les usages du numérique à Paris, tout en fournissant une infrastructure essentielle pour une ville encore plus intelligente. Je vais m’y atteler.

C’est dans le quotidien que l’on perçoit toute la force du numérique. Le festival Futur en Seine, qui vient de se terminer et où j’ai eu la chance de me rendre, offre aussi une magnifique occasion pour le grand public de rencontrer des startups et d’y découvrir des technologies absolument bluffantes.

Je souhaite donc que la Ville fasse un pas supplémentaire en matière de services en ligne et de participation citoyenne. Je veux aller plus loin dans la démarche participative sur le budget de la Ville de Paris et dans la publication des data.

Crédits: Matthieu DELMESTRE