Les cabinets de recrutement sont-ils une valeur sûre pour s’entourer des meilleurs talents ?

Maddyness a choisi cette semaine d’aller à la rencontre de cabinets de recrutement pour comprendre les besoins du digital et plus particulièrement des startups. Dans un environnement qui ne cesse de se transformer, le cabinet reste un partenaire privilégié pour trouver sa perle rare. Fyte et Urban Linker nous donnent leurs impressions et leur avis sur le recrutement d’aujourd’hui.


Le recrutement est une affaire importante qui en cas d’erreur, peut se payer au prix fort. Comment s’entourer des meilleurs talents? Faut-il privilégier la motivation aux compétences? Le recrutement dans le digital est devenu un véritable enjeu qui doit s’intégrer rapidement dans la stratégie globale des sociétés notamment des startups. Pour répondre à cette question, deux experts du recrutement nous partagent leurs expériences et leurs solutions pour répondre à ce besoin.

Casser l’image traditionnel du chasseur de tête

A l’heure des nouveaux domaines comme le Growth Hacking, la Data ou encore la Robotisation, la recherche des profils technologiques et web est nécessaire pour les startups. Les cabinets de recrutement ont rapidement compris que leurs compétences devaient être mises au profit de ces sociétés. L’accompagnement et le conseil sont devenus deux stratégies évidentes.

[quote] »L’attractivité des startups n’est pas évidente, aussi nous les aidons à rendre le projet sexy dès le départ et à se construire une image de recruteur glamour là où souvent il n’y a ni locaux ni avantage, mais juste un projet ambitieux » raconte Emmanuelle Ottavi de FYTE.[/quote]

Certains cabinets comme Urban Linker ont dépoussiéré le rôle du chasseur de tête pour attirer cette population adepte des nouveaux outils et medias.

[quote]« Dès la création d’Urban Linker, nous avons choisi d’adopter un positionnement différent des autres acteurs, plus orienté candidats. La première étape fut de créer un site web qui mettait en avant nos cotés « funs et décalés ». Puis nous nous sommes progressivement tournés vers le webmarketing et la mise en place de nombreux partenariats (incubateurs, associations, fonds d’investissements, événements et conférences liés au web, aux startups etc…). Cet esprit différent, associé à la constitution d’une équipe de consultants passionnés par l’écosystème,  nous a permis de casser progressivement l’image du chasseur de têtes traditionnel et de faire comprendre aux candidats ciblés que nous parlons le même langage qu’eux » explique Boris de Chalvron.[/quote]

Quelle place pour les candidats ?

Pour répondre à cet accompagnement, les cabinets font un travail de fond pour comprendre au mieux les attentes, l’atmosphère et les enjeux futurs de la startup. L’objectif est de soutenir la société lors de son recrutement et de l’aiguiller au mieux pour trouver la pépite. L’objectif pour ses cabinets n’est plus seulement d’avoir les compétences mais de prouver leur expertise.

Au delà des startups, l’accompagnement s’opère auprès des candidats. Un suivi des profils et de leurs attentes est fait pour « matcher » au mieux les envies et besoins de chacun: « on cherche des candidats qui ont un sens entrepreunarial poussé. L’aspect personnalité prend le dessus lorsqu’on recrute pour une startup, dans la mesure où nous recherchons des profils souvent polyvalents. »

[quote]Nous faisons actuellement 2 constats : le premier c’est qu’actuellement, les candidats sont frileux et se font désirer. Il devient difficile de les faire bouger car il priorisent la sécurité d’un poste où ils s’ennuient, plutôt que de prendre le risque de refaire une période d’essai qui pourrait ne pas aboutir. Le second, c’est que dans le web, les métiers évoluent très rapidement, et chaque année il y a de nouvelles tendances métiers. Il faut donc que le marché des candidats s’adapte et tout cela prend du temps  » complète Emmanuelle Ottavi.[/quote]

Faut-il remplacer les cabinets de recrutement?

L’utilisation des cabinets de recrutement reste encore réservée à un petit nombre de startups. Certaines plateformes alternatives offrent une solution à ceux qui souhaitent recruter selon leurs propres moyens.

Kudoz: le Tinder des offres d’emploi

Swaper pour trouver son offre d’emploi? Une idée originale qui a permis à Olivier Xu et Pierre Hervé de s’installer dans cet écosystème. Un an après son lancement officielle, des centaines d’offres sont disponibles pour trouver son stage ou son emploi de rêve.

[quote]A relire : #Emploi : Kudoz, l’application française inspirée de Tinder, appliquée aux offres d’emplois[/quote]

AZERTY Jobs : le site d’emploi dédié aux métiers du numérique et de l’innovation

Partenaire de Maddyness, AZERTY Jobs a su rassembler des projets innovants tout en mettant en avant le côté marque-employeur. Du projet early-stage aux grandes entreprises, la plateforme connecte de manière simple les candidats et les entreprises.

[quote]En savoir plus : AZERTY Jobs[/quote]

La cooptation : une solution Win-Win ?

Récompenser vos collaborateurs lorsque vous recrutez un potentiel salarié? C’est la solution que des entreprises comme Salesforce ou Oracle ont développée au fil du temps. Cette solution permet de responsabiliser vos salariés ainsi que de former une meilleure cohésion de groupe dans votre entreprise.

Crédits Photo : Shutterstock