Outils et conseils#Rennes
23 décembre 2015

AMA, la seule société française certifiée Google Glass, équipe les médecins de lunettes connectées 

CESAMA (Advanced Medical Applications) a conquis le monde médical avec ses lunettes connectées permettant à un médecin de donner des recommandations sur le suivi d’un patient ou encore de transmettre une formation à distance. La startup se tourne depuis quelques mois vers de nouveaux domaines comme l’industrie et prépare un CES 2016 bien chargé avec une très belle annonce en vue.


De la conception de jeu sur mobile à la visioconférence via Google Glass

Issu d’une très célèbre fratrie d’entrepreneurs dans le domaine du jeu, c’est naturellement que Christian Guillemot crée sa première société en 2004 sur le créneau porteur des jeux mobiles. En effet, les frères de Christian Guillemot ne sont autres que les fondateurs d’Ubisoft, de Gameloft, de Guillemot Corp ou encore de Longtail Studios.

En 2012, au moment où le free to play devient prédominant dans le jeu sur mobile, AMA remet son modèle en question et s’intéresse aux opportunités offertes par les lunettes connectés. Elle sera ainsi la première société européenne à avoir accès aux Google Glass. La presse s’empare du sujet et AMA est rapidement contacté par Philippe Collin, un chirurgien souhaitant réaliser une formation à distance pour un autre chirurgien basé au Japon avec la contrainte d’être libre de ses mains pour effectuer sans gêne des démonstrations sur une pose de prothèse. C’est le point de départ du pivot d’AMA vers une solution de téléassistance pour les professionnels de santé.

Faciliter l’accès de chacun à des soins de qualité

AMA a conçu une première gamme, commercialisée sous le nom d’XPERTEYE, avec l’objectif de dynamiser l’apprentissage et la pratique de la médecine pour améliorer la qualité de soin des patients. XPERTEXE est déjà utilisé dans différents domaines du monde médical : la téléformation, l’animation de congrès, le compagnonnage, la télémédecine ou encore la téléassistance. La solution est compatible avec différents modèles de lunettes connectées et est commercialisée sous forme d’un kit clef en main, disponible en location ou à la vente.

AMA-5

Une société d’ambulance nantaise s’est par exemple équipée de la solution d’AMA pour pouvoir se mettre en lien par vidéoconférence avec le SAMU ou SOS Médecins au moment de la prise en charge du patient. Les ambulanciers peuvent ainsi être guidé et orienté vers l’établissement le mieux adapté au cas du patient, tout en étant libre de leurs mouvements. Côté médecin, il suffit d’entrer un lien dans le navigateur web pour accéder à la visioconférence.

AMA est aujourd’hui en train d’étendre son offre à d’autres domaines. L’industrie s’y intéresse fortement pour la téléexpertise, le dépannage ou la maintenance à distance avec de très gros enjeux de réduction du coût des interventions à la clef. La société a également été approchée par des sociétés événementielles pour de la production de contenus vidéos ultra immersifs.

Un lien privilégié avec Google

Dès ses premières activités de concepteur de jeu, AMA a suivi à la lettre les règles de conception et a obtenu le rare statut de “Top Developer” sur le Google Play Store. Développant l’offre de lunettes connectées avec des approches Test and Learn très proches du client, les équipes d’AMA ont multiplié les visites à Moutain View pour partager leurs retours d’expérience avec les équipes de Google. AMA a ainsi réussi à développer une relation de confiance de qualité avec le géant américain et a été sollicité pour rejoindre cercle très fermé “Glass at work” dont elle est le seul représentant français sur dix entreprises.

Direction le CES 2016 pour des annonces encore secrètes

Basée à Rennes, AMA compte aujourd’hui plus de 40 collaborateurs. La société fait partie des 22 startups françaises accompagnées par Business France qui auront un stand au CES Las Vegas 2016. Marie-Anne Denis, la directrice de la communication d’AMA promet que la société va  “présenter une très belle innovation au CES 2016”. Une startup à suivre donc de très près dans les prochaines semaines…

Article écrit par Céline Haentzler