Maddyness

Les 10 conseils de Denis Fayolle aux entrepreneurs qui se lancent

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Entrepreneurs

Les 10 conseils de Denis Fayolle aux entrepreneurs qui se lancent

Pepper Pepper Pepper
1278 - trending  |  
Comments
Par Maddyness - 10 février 2016 / 00H00 - mis à jour le 22 mars 2018

Spécialiste de la levée de fonds,  Chausson Finance organise régulièrement des rencontres autour de problématiques et/ou de personnalités. Après Olivier Heckmann, cofondateur de Multimania et Kewego, ou encore Pierre Tremolières c’est au tour de Denis Fayolle, cofondateur de La Fourchette et business angel, de livrer ses bons conseils aux personnes qui se lancent dans l’aventure entrepreneuriale.  Article proposé par Romain Dehaussy, Directeur chez Chausson Finance.


 

1. Quels sont les freins à lever pour connaitre une croissance explosive sur les 12 prochains mois ?

  • L’une des principales missions de l’entrepreneur consiste à identifier les principaux freins empêchant une croissance rapide à venir.
  • En prolongement, il devra donner les moyens à ses équipes de lever ces freins.

2. Réfléchir toutes ses actions en termes de « scalability »

  • Le CEO devra concevoir toutes ses actions en fonction de la possibilité de les scaler par la suite.
  • Ainsi, un partenariat avec un acteur local, même concluant, n’aura de sens que si l’entrepreneur peut le répliquer sur des partenaires similaires sur d’autres zones géographiques.

3. Etes-vous sûr d’avoir le meilleur business-model ?

  • L’entrepreneur devra étudier l’ensemble des business models sur son marché et les marchés connexes, en France et à l’étranger, pour trouver celui qui lui correspondra le mieux.
  • C’est parfois en modifiant légèrement son business model qu’on déclenche une forte croissance.

4. Les (bons) experts extérieurs représentent un fort ROI

  • L’entrepreneur aura intérêt à s’appuyer sur des experts extérieurs. Cela lui permettra de profiter de leurs expertises et expériences tout en gagnant du temps.

5. Le recrutement peut générer 10 % de la valeur de votre société

  • Le capital humain étant clé dans les startups, l’entrepreneur avisé passera par un cabinet de recrutement qui permet d’attirer et de sélectionner les meilleurs profils dans un timing limité.
  • Une fois la société sur les rails de l’hyper croissance, intégrer en interne le recruteur est une option pour gagner en expertise et en gain de temps.

6. Les recrutements des premiers salariés sont spécifiques

  • Dans un premier temps, l’entrepreneur devra cibler des recrutements de salariés talentueux et énergiques.
  • Ces derniers seront les chevilles ouvrières des premières étapes avant de devenir les managers une fois une taille significative atteinte.

7. L’internationalisation est généralement un passage obligé pour réaliser une belle vente

  • Partant du constat que les (belles) startups se revendent aux américains, il faut intégrer que ceux-ci préfèrent racheter un acteur/leader pan-européen. Le risque d’exécution à l’international a déjà été réalisé et il y a donc une prime importante octroyée lors de l’opération d’acquisition.

8. Sélectionner ses pays de déploiement en fonction de critères économiques et culturels

  • Les entrepreneurs doivent considérer la pression concurrentielle et les coûts d’entrée sur un pays, en parallèle de la taille de ce pays et de leurs capacités de financement.
  • Les entrepreneurs doivent échanger avec des locaux, sur des salons par exemple, pour évaluer l’appétence culturelle des clients/consommateurs locaux par à leurs solutions.

9. Ne pas être obnubilé par la valorisation

  • Il est important de simuler sur Excel les différents scenarii de valorisation. Les écarts d’une poignée de points de capital ne doivent pas être le principal critère de choix de l’entrepreneur par rapport à d’autres (cf point suivant).

10. Choisir son fonds d’investissement en fonction du partner suivant le dossier

  • Une relation avec un fonds d’investissement dure généralement 4-6 ans et se traduit par de nombreux échanges dans des périodes particulièrement intenses. Il est donc essentiel de travailler avec une personne avec qui il y ait un fit humain.
  • La valeur ajoutée d’un fonds d’investissement se traduit essentiellement par la qualité du partner qui sera au board. Il faut donc s’assurer de ses compétences auprès d’entrepreneurs ayant travaillé avec lui.
 Crédit photo : Shutterstock
Par

Maddyness

10 février 2016 / 00H00
mis à jour le 22 mars 2018
Articles les plus lus du moment

Les développeurs, divas des temps numériques ?

Business
Par Clément Sorel, Recruteur IT chez Zenika - 11H00samedi 12 septembre 2020
Next

Que Font Les Fonds : le portrait d'Elaia

Finance
Par Geraldine Russell - 17H00mardi 22 septembre 2020
Next

À La Courneuve, un incubateur veut faire passer le périph' aux VC

Business
Par Arthur Le Denn - 17H45mercredi 16 septembre 2020
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
Maddyplay
Newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge