Portfolio#fintech
3 juin 2016

Spendesk, dernier-né d’eFounders, repense la gestion des paiements des entreprises

Le startup studio eFounders vient de lancer officiellement Spendesk, sa toute nouvelle jeune pousse. La FinTech revendique déjà plus de cinquante entreprises clientes. 

Quel est le point commun entre Mention, Mailjet, Textmaster ou encore Front ? Toutes ces startups sont issues d’eFounders, le « startup studio » de Thibaud Elziere et Quentin Nickmans, qui se donne entre 2 et 3 mois pour créer chaque nouvelle pépite, construire un business plan, y appliquer un business model, recruter des associés et financer les développements.

Depuis sa création, eFounders est à l’origine de 9 startups dans le secteur du SaaS. Et le studio vient d’annoncer le lancement officiel de sa petite dernière, Spendesk, après seulement deux mois en bêta privée. Créée avec l’entrepreneur Rodolphe Ardant, celle-ci s’appuie sur les dernières innovations bancaires mises en place pour offrir aux entreprises une solution SaaS dédiée à la gestion de leurs paiements en ligne, hors ligne et par abonnement.

«  Spendesk apporte une grande agilité aux équipes qui doivent réaliser des achats, tout en offrant aux managers un contrôle très fin des dépenses grâce à des process de validation automatisés « 

Rodolphe Ardant, cofondateur et CEO de Spendesk

spendesk

Son principe d’utilisation paraitrait presque trop simple : Le client approvisionne son compte par virements directement dans l’application, avant d’en ouvrir l’accès à ses collaborateurs. Chaque achat ensuite réalisé sur internet par les salariés de l’entreprise se fait depuis une carte virtuelle qui leur est accordée selon un flux de validation propre à l’entreprise. La transaction apparaît immédiatement dans Spendesk au moment de l’achat, avec la facture correspondante. Enfin, les dépenses hors lignes sont gérées depuis une carte physique nominative attribuée à chacun, et dont le plafond est modifiable en temps réel.

«  On a lancé Spendesk en bêta privé il y a à peine deux mois et on a jamais vraiment vu ça niveau traction. On a convaincu plus de 3/4 des pilotes que l’on a rencontré et 30 boites dont Webedia et Deezer ont shifté leur manière de fonctionner en interne pour utiliser Spendesk et ont déposé 1 million d’euros ! « 

Thibaud Elziere, cofondateur d’eFounders

spendesk fintech

Aujourd’hui, Spendesk compte déjà une cinquantaine de clients parmi lesquels AB Tasty, Drivy, iAdvize, ou encore JobTeaser. L’application développe actuellement de nouvelles fonctionnalités pour ses cartes physiques afin de couvrir l’ensemble du processus de gestion des dépenses, et ambitionne, à plus long terme, de se positionner comme leader sur un marché en croissance exponentielle.