Actus#e-commerce
20 août 2018

Clap de fin pour MSR, ex-MonShowroom, absorbé par Sarenza

Dans un mail envoyé à ses clients, le site e-commerce MSR, anciennement MonShowroom.com, annonce sa fermeture le 31 août prochain... et la reprise d'une partie de ses activités par Sarenza, racheté par le groupe Casino au printemps.

C’est un ancien fleuron de l’e-commerce qui baisse le rideau : MSR, anciennement MonShowroom.com, a annoncé dans un courriel envoyé à ses clients ce lundi qu’il cesserait ses activités au 31 août prochain. Une demi-surprise, alors que l’entreprise accumulait les difficultés, notamment logistiques, et les avis négatifs. Sur le site d’avis Trustpilot, des dizaines de clients ont témoigné ces derniers mois de commandes non honorées, de remboursements à retardement et d’une communication particulièrement difficile avec le site e-commerce.

Cette annonce met fin à dix ans d’une aventure mouvementée. Fondée en 2006 par Séverine Grégoire et Chloé Ramade, l’entreprise profite de l’essor des sites de vente en ligne pour se faire une place au soleil. En 2012, alors qu’elle est au faîte de sa gloire et a atteint la rentabilité, elle est reprise en main par Casino, qui débourse 21 millions d’euros pour acquérir 49% des parts. Ce qui valorise alors MonShowroom.com à 42 millions d’euros. Le groupe de distribution monte progressivement au capital, devenant majoritaire.

Un virage haut de gamme pris trop tard

La même année, Casino rachète Monoprix et place MonShowroom.com sous la coupe de l’enseigne. Mais le greffon ne prend pas. Le site perd du terrain par rapport à ses concurrents et, trois ans plus tard, cherche un nouveau souffle grâce à un nouveau positionnement marketing et stratégique. Exit MonShowroom, MSR devient une marketplace pointue, revendeur d’articles haut de gamme et de marques confidentielles. Trop tard ? Sûrement : d’autres sites se sont déjà adjugé le segment luxe de l’e-commerce.

Le rachat de Sarenza, étoile actuelle de la vente de chaussures en ligne, par le groupe Casino en avril, laissait présager d’un rapprochement des deux marques. Quelques semaines à peine après l’opération, les dirigeants évoquaient « une fusion« , même s’il ne s’agissait alors que d’une centrale commune d’achatsAprès six ans d’une difficile subsistance dans le giron de Casino, le couperet est donc tombé : contrairement à MSR, Sarenza a réussi son examen d’entrée dans le groupe.

La fin de MSR n’est que le corollaire du succès de son nouveau partenaire devenu trop important pour que MSR survive dans son ombre. Au contraire, la marque a officialisé son absorption par le vendeur de chaussures. « Sarenza souhaite étendre son offre et vous proposer, très prochainement, le meilleur de la mode grâce à l’expertise de MSR« , précise le mail envoyé à la base clients. La marque de vente en ligne de chaussures devrait donc élargir son rayon d’action et reprendre, au moins en partie, les activités de MSR. La formulation laisse également présager d’une reprise des effectifs – réduits à 12 personnes – de MSR. L’horizon devrait s’éclaircir d’ici quelques semaines, lorsque sera dévoilée la nouvelle offre de Sarenza.