Maddyness

Malgré le coronavirus, le capital-risque garde le moral

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Finance

Malgré le coronavirus, le capital-risque garde le moral

Pepper Pepper Pepper
3664 - piping hot  |  
Comments
Par AFP - 12 mai 2020 / 16H02

Malgré la crise du coronavirus et les inquiétudes sur l'état de l'économie, les fonds de capital-risque qui financent le secteur technologique gardent le moral, confiants dans la solidité globale de leur modèle.

« C’est devenu une banalité de dire que la tech va être l’un des grands vainqueurs » de cette crise du coronavirus, estime Vincent Lévita, le patron d’InfraVia, qui vient de rassembler 270 millions d’euros auprès
d’institutionnels pour investir des tickets de 10 à 50 millions d’euros dans des startups déjà confirmées, cherchant à accélérer leur croissance.  Bien sûr, les startups et autres pépites technologiques payent comme les
autres entreprises le prix de la chute de l’activité économique.

François Véron, gestionnaire du fonds d’investissement Newfund, s’est livré à une enquête systématique sur les conséquences de la crise auprès de plus de 80 startups de son portefeuille. En avril, 58% des sociétés du portefeuille Newfund conservaient des ventes restant supérieures à 50% de leur activité normale, se rassure-t-il. Globalement, les startups du portefeuille Newfund « sont touchées, s’attendent à voir trois mois de croissance annulée par rapport à ce qu’elles attendaient, mais ne s’attendent pas à une perte massive dans leur fond de commerce« , résume le gestionnaire, qui s’avoue « tendu », mais pas « angoissé » sur l’évolution à venir du portefeuille dont il est responsable.

Même dans les secteurs d’activité dévastés par la crise, les startups technologiques résistent, à l’image d’Arenametrix, une société du portefeuille Newfund qui commercialise un outil de gestion de la relation clients dans le spectacle ou le sport – sinistrés en temps de confinement. « Tous ses clients« , musées, clubs de foot, etc. « ont fermé leurs portes pendant le confinement« , mais « ils veulent continuer à garder le contact avec leurs fans » grâce aux outils numériques, explique-t-il. Diagnostic similaire chez Matthieu Lattes, qui représente à Paris le fonds de capital-risque américain White Star Capital. « Même dans les secteurs économiques qui souffrent le plus, nos entreprises ont des modèles résilients« , affirme-t-il.

Négociations « plus difficiles »

White Star Capital détient par exemple dans son portefeuille une société qui vend des logiciels d’automatisation du support client pour le secteur du tourisme. Celle-ci peut s’appuyer sur ses ventes par abonnement « d’un, deux ou trois ans« , explique-t-il. De plus, elle a réussi à « se retourner » en utilisant ses logiciels pour monter un service de réponses aux questions sur le Covid-19. Et les startups et autres pépites continuent à préparer des levées de
fonds, même si les difficultés à organiser des rendez-vous physiques entre les patrons de startups et les fonds compliquent le processus.

« On a un deal flow assez actif« , affirme M. Levita. InfraVia Growth Fund, son nouveau fonds de 270 millions d’euros, devrait pouvoir annoncer son premier investissement dès l’été si le déconfinement se passe au mieux, à la rentrée si les rendez-vous professionnels en chair et en os restent compliqués encore quelque temps. Bien sûr « les négociations sont plus difficiles » pour les startups aujourd’hui, selon lui. « Une bonne startup il y a trois mois claquait des doigts » pour demander des investisseurs « et avait 12 propositions, avec tout le monde grimpant au
cocotier« , ironise-t-il.

« Evidemment il y a un ralentissement temporaire » des opérations de financement de startups, note Matthieu Lattes. Mais celui-ci ne craint pas que la crise amène à un désintérêt du capital risque de la part des investisseurs. Dans la période actuelle, « on est en train de se rendre compte que pour des investisseurs institutionnels qui peuvent allouer entre la Bourse, l’immobilier et le capital-risque, l’investissement dans la technologie est assez résilient« , affirme-t-il.  « On va plus assister à un décalage de six mois des opérations » qu’à une vraie baisse du capital risque, prévoit-il.

Par

AFP

12 mai 2020 / 16H02
mis à jour le 12 mai 2020
Articles les plus lus du moment

8 jobs du futur auxquels se préparer

Innovation
Par Celine Deluzarche - 18H00lundi 01 juin 2020
Next

Comment limiter les risques en lançant son entreprise?

Entrepreneurs
Par Maddyness, avec Hiscox - 08H00lundi 25 mai 2020
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
Maddyplay
Newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge