Actus#Diversité
9 septembre 2020

Le Conseil national du numérique milite pour plus de diversité dans l’écosystème tech

Créer un baccalauréat professionnel pour le métier de développeur, une semaine de sensibilisation et lutter contre les stéréotypes en entreprise ont été évoqués comme des pistes pour doper la diversité du secteur technologique.

Le Conseil national du numérique (CNNum) appelle dans un rapport remis mardi soir au gouvernement à « une France numérique plus diversifiée » , alors que ce secteur, pourtant prometteur en matière de création d’emplois, fait face à une « sous-représentation » de citoyens issus de la diversité. Co-écrit par l’association Diversidays, ce rapport de 15 recommandations, qui vise à renforcer l’insertion professionnelle « des citoyens des territoires ruraux et des quartiers prioritaires de la ville » dans les métiers du numérique « pour des raisons économiques, mais surtout pour des raisons d’égalité, d’éthique et de droits fondamentaux » , a été remis à quatre membres du gouvernement.

Parmi les solutions proposées, la création d’un baccalauréat professionnel dédié au métier de développeur et d’une semaine de « sensibilisation nationale » autour des métiers du numérique à l’école, le renforcement de l’accès à l’ensemble des étudiants à l’équipement numérique individuel, ou encore une incitation à repenser les politiques de recrutement des entreprises pour lutter contre les stéréotypes discriminatoires. « On est sur des propositions tournées vers l’information et la pédagogie. Il y a un gros manque d’information. Les jeunes ne rêvent pas de ces métiers, ils ne savent pas que cela existe alors que certains sont pourtant instagrammeurs, gamers ou youtubeurs » , souligne Anthony Babkine, cofondateur de Diversidays, association qui oeuvre à l’inclusion numérique.

Élargir le vivier de talents

Selon une étude de la Fondation Jean-Jaurès, 80 000 emplois demeuraient non pourvus dans le numérique à la fin de l’année 2018. Pourtant, le désintérêt pour ces métiers est de 30% supérieur dans les quartiers prioritaires de la ville, selon Pôle Emploi. « La pandémie n’a fait que confirmer des constats que nous pressentions. Il y a eu même un réveil pendant le confinement. Tout d’un coup, les gens, même ceux qui le savaient, ont vu qu’il y avait un problème sur les utilisations des outils du numérique » , renchérit Salwa Toko, présidente du CNNum.

Les auteurs du rapport espèrent que ces propositions vont se concrétiser prochainement en « politiques publiques » face à un sujet « pour lequel la France n’a pas encore trouvé de solutions satisfaisantes » . Les mesures en faveur du numérique, domaine considéré comme stratégique par l’exécutif, représentent « au minimum » 7 des 100 milliards d’euros prévus par le plan de relance présenté début septembre.

Maddyness avec AFP