Actus#QFLF
Temps de lecture : 02'32''
29 septembre 2020

Qui est 83North, le fonds dénicheur de licornes qui place ses pions en France ?

Il avait repéré Mirakl dès 2015 et a récemment investi dans Exotec. Le fonds britannique 83North est discret mais redoutablement efficace pour dénicher les prochains géants de leur secteur.

C’est un fonds discret mais « efficace » , selon les entrepreneurs qui ont eu la chance de travailler avec lui. Le fonds britannique 83North a avancé de nouveaux pions en France en participant ces derniers jours à deux opérations d’envergure : d’abord la levée record de Mirakl, qui a signé l’opération la plus importante de la French Tech à date, et ensuite celle d’Exotec, annoncée ce mardi. Une seule autre entreprise française a eu les faveurs du fonds : Critizr, à l’automne 2019.

Il faut dire que 83North est un investisseur parcimonieux. Avec 75 investissements en plus de douze ans d’existence, il préfère « la sélection » à l’omniprésence de certains VCs. Peu peuvent pourtant se targuer d’un portfolio si bien rempli : pas moins de 12 licornes (dont Mirakl, donc), soit un ratio de 16%, dont six ont déjà effectué leur sortie. Parmi celles-ci, on retrouve quelques grands noms de la Tech européenne, à l’instar d’iZettle, revendue à PayPal il y a deux ans ou JustEat, entré en Bourse en 2014. « 83North, c’est un investissement, une réussite, ils sont très pragmatiques » , résume Romain Moulin, cofondateur d’Exotec.

Faire mieux avec moins

Une forme d’ascétisme assumé par la structure. « Si nos entreprises doivent pouvoir passer à l’échelle, nous avons plutôt vocation à rester des artisans. Concentrés sur l’aide à apporter à nos participations, nous misons sur une petite équipe et nous évitons de lever d’énormes fonds » , prévient ainsi 83North sur son site. Le maître-mot du fonds est bien la rationalité, comme le démontre son track-record. Seulement douze personnes y travaillent, une équipe restreinte mais aux compétences très pointues dans des domaine aussi divers que la santé, la finance ou la mobilité ; et avec 18 exits à son actif, le fonds a les moyen de ses ambitions dans ses trois marchés de prédilection que sont l’Europe, Israël et les États-Unis.

Car s’il y a bien une chose de démesurée chez 83North, ce sont ses intentions. « Les vraies grandes entreprises structurent et régissent des secteurs à l’échelle mondiale » , assène encore le fonds, dont la rhétorique est toute entière tournée vers le succès planétaire. Il encourage ainsi les entrepreneur·se·s à « s’étendre à l’international » et à « conquérir le monde » . « Ils ont investi dans plusieurs licornes, ce qui dénote leur capacité à identifier les potentielles success stories » , souligne François Paulus, partner fondateur chez Breega et co-investisseur dans Exotec.

Signe particulier pour un fonds aussi efficient : entrepreneurs comme investisseurs n’ont que du positif à en dire. Ce qui n’a rien d’évident, un investisseur rappelant que certains fonds étrangers se comportent « comme des fonds tueurs » . Au contraire, 83North revendique de créer des « relations de long-terme » avec ses participations… avant même parfois d’investir. « Notre fonds se pense comme une famille et c’est cela qui crée un cercle vertueux dans notre portfolio en matière de succès, de conseils, de mentorat mais aussi de confiance. » Une philosophie qui trouve un véritable écho sur le terrain, comme l’a montré la levée d’Exotec lors de laquelle « la négociation du pacte d’actionnaires a été très fair-play » , témoigne François Paulus. Les prochains investissements de 83North seront donc à suivre de près pour pouvoir pister les prochaines licornes.