Décryptage#MaddyMoney
20 novembre 2020
Tyler Casey

167 millions d’euros levés cette semaine avec des opérations XXL

Chaque semaine, Maddyness dresse le bilan des levées de fonds de la semaine qui vient de s'écouler. Cette semaine, 14 opérations ont permis aux startups françaises de lever plus de 167 millions d'euros.

Montant
167,45M€
Nombre d’opérations
15
TOUS LES VENDREDIS, L’ACTU FINANCIÈRE DES STARTUPS DANS VOTRE BOÎTE MAIL

C’est la forme olympique. Pour la troisième fois depuis la rentrée, les startups françaises signent une semaine à plus de 100 millions d’euros levés – 167,45 millions d’euros, selon nos calculs. La même configuration est à nouveau observée, une poignée de très grosses opérations tirant le montant total vers le haut. Parmi les 15 enregistrées, 4 affichent une somme supérieure ou égale à 20 millions d’euros. Les tours de table suivants sont plus modestes. C’est ce qui explique l’écart important entre la moyenne (11,2 millions d’euros) et la médiane (2 millions) des opérations. Elles reflètent néanmoins la vitalité de l’écosystème, la quasi-totalité des secteurs d’activité étant représentée – de la MedTech à l’industrie 4.0, en passant par l’AssurTech. Fait notable : toutes les jeunes pousses ayant annoncé une opération cette semaine ont moins de 5 ans. Les amorçages et séries A sont majoritaires.

InnovaFeed arrive largement en haut du podium, avec 70 millions d’euros levés en private equity. Grâce au soutien de ses investisseurs historiques, Temasek et Creadev, la startup entend bâtir en 2021 une « première implantation aux Etats-Unis », en l’occurrence sur le site du siège d’ADM (Archer-Daniels-Midland Company) à Decatur (Illinois), d’une capacité annuelle de 60 000 tonnes de protéines d’insectes – soit quatre fois celle de son usine de Nesle (Hauts-de-France). Spécialisée dans la production de farine d’insectes à destination des poissons, InnovaFeed nourrit de très grandes ambitions sur le marché américain à l’instar de son concurrent Ÿnsect – qui a récemment signé une levée record de 190 millions d’euros.

En seconde position figure Yubo, forte d’une opération à hauteur de 40,2 millions d’euros. Iris Capital, Idinvest, Alven et Sweet Capital, investisseurs historiques de la startup, ont été rejoints par Gaia Capital Partners. Avec ce financement, le réseau social pour jeunes ambitionne de passer à la vitesse supérieure en s’exportant en Asie (Japon, Taïwan et Asie du Sud-Est) alors qu’il cartonne déjà aux États-Unis – où habitent la moitié de ses 40 millions de membres. Pour élargir son offre et développer son expérience utilisateur, la plateforme prévoit d’ajouter des fonctionnalités. Des jeux seront développés en interne et un partenariat a été noué avec Snapchat pour donner la possibilité aux utilisateurs d’ajouter des filtres de visage. Yubo souhaite ainsi renforcer l’aspect ludique de son application pour fidéliser sa cible.

Avec un tour de table de 20 millions d’euros chacun, EODev et Preligens (précédemment connu sous le nom d’Earthcube) arrivent ex æquo en troisième place. Le premier, soutenu par le groupe Monnoyeur, Accor et Thélem Assurances, entend accélérer l’industrialisation et la commercialisation de ses technologies hydrogène afin de répondre aux enjeux de la transition énergétique. Le second, appuyé par Ace Management, 360 Capital et Definvest, compte « maintenir son avance technologique » dans l’application de l’intelligence artificielle en matière de défense et de renseignement, mais aussi intensifier son internationalisation.

À noter que la répartition géographique des opérations annoncées cette semaine est exceptionnellement équilibrée. 8 régions métropolitaines sur 13 sont ainsi concernées et chacune des levées du top 5 a été réalisée par une startup d’une région différente. Une fois n’est pas coutume : l’Île-de-France enregistre ainsi un unique tour de table dans le top 10, celui de Yubo – les 3 autres levées parisiennes n’excédant pas le million d’euros.

Autres actualités financières

Launchmetrics acquiert la société chinoise PARKLU. Inventeurs de la première plateforme d’optimisation de la performance des marques, la première s’offre avec le rachat de la seconde – pour un montant qui n’a pas été communiqué – l’opportunité de proposer à ses clients une solution d’influencer marketing incluant le marché chinois. La convergence des expertises technologiques et data des deux entreprises a permis « l’enrichissement de l’algorithme » de Launchmetrics, par le biais de l’intégration des données de près de 100 000 influenceurs chinois. Ce modèle, développé collectivement par les analystes des deux sociétés, permet de comparer les initiatives des marques entre elles dans le monde entier, mais également pour une même marque, d’évaluer l’efficacité de son impact d’un continent à un autre. Pour rappel, il s’agit de la deuxième acquisition menée par Launchmetrics cette année, après celle d’IMAXtree.

Swile rachète Briq. La première, qui développe une carte rassemblant des avantages salariaux (titres-restaurant et titres-cadeaux) ainsi qu’une application dédiée à l’engagement des salariés, compte sur la seconde pour améliorer l’engagement de ses collaborateur·rice·s. Ses technologies permettent aux équipes de ressources humaines de mesurer l’évolution des contacts entre les salarié·e·s sur la base d’enquêtes anonymes, dans le but de développer des fonctionnalités qui répondent aux divers besoins identifiés.

DL Software met la main sur Wipimo. L’éditeur de logiciels métiers, dont les solutions adressent spécifiquement plus de 30 activités, intègre les solutions cloud à destination des professionnels de l’immobilier de la jeune pousse. Pour rappel, cette dernière compte plus de 250 clients – parmi lesquels figurent des agences de grands réseaux nationaux tels que ORPI, Guy Hoquet et Century 21. En très forte croissance, Wipimo dit afficher une progression de 50 % de son chiffre d’affaires chaque année depuis sa création, en 2015.

iCIMS s’empare d’EasyRecrue. L’éditeur SaaS de gestion des talents, qui ambitionne de donner aux entreprises les moyens d’attirer, engager, recruter et développer les meilleurs candidats, pourra ainsi recourir aux solutions d’entretien vidéo et de tests d’évaluations en ligne de la startup. Cette dernière propose une plateforme de Talent Experience visant à optimiser le parcours candidat et employé, du recrutement à la mobilité interne. Cette acquisition triplerait la présence mondiale d’iCIMS, qui comptera désormais « plus de 100 collaborateurs en Europe », et étend sa communauté d’utilisateurs à « plus de 330 millions de candidats et recruteurs ». L’entreprise estime que ce rachat répond à la « nécessité critique » de pouvoir présélectionner et évaluer les différents candidats à distance partout à travers le monde.

Time for the planet réalise un closing de 1 million d’euros. Ce fonds d’investissement citoyen, qui ambitionne de financer des projets luttant contre le dérèglement climatique, vise une taille critique d’un milliard d’euros. Quelque 5 000 citoyens âgés de 18 à 88 ans, issus de 37 pays – à grande majorité française, le fonds commençant à s’internationaliser –, ainsi que des petites et moyennes entreprises ont participé à l’opération. La société à mission qui gère le fonds prévoit d’effectuer ses trois premiers investissements dans le courant de l’année 2021, dans l’objectif présenté comme prioritaire de limiter les émissions globales de gaz à effet de serre.

Ring Capital recrute Pierre-Alexis de Vauplane. L’expert a débuté sa carrière comme chargé d’affaires chez Gravitation, avant de rejoindre Entrepreneur Invest en 2016. Il y a été directeur d’investissement et a eu l’occasion de participer à une dizaine d’opérations, avec un prisme particulier dans les modèles SaaS – tels que Mailjet, Neocase ou bien eAttestations – et de ventes en ligne B2C – Onatera et MyJolieCandle. Diplômé de Centrale Lyon et du mastère Finance d’HEC Paris, il apportera selon Ring Capital « son expérience de l’investissement et l’accompagnement d’entreprises en croissance ».