Décryptage#MaddyMoney
11 décembre 2020
Paweł Czerwiński

77 millions d’euros levés cette semaine, en grande partie grâce à Luko

Chaque semaine, Maddyness dresse le bilan des levées de fonds de la semaine qui vient de s'écouler. Cette semaine, 10 opérations ont permis aux startups françaises de lever plus de 77 millions d'euros.

Montant
77,45M€
Nombre d’opérations
10
TOUS LES VENDREDIS, L’ACTU FINANCIÈRE DES STARTUPS DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Cette semaine, les investissements marquent quelque peu le pas. Seules 10 opérations sont à recenser. La moitié d’entre elles ne dépasse, qui plus est, pas le million d’euros. Mais les startups françaises ont tout de même levé 77,45 millions d’euros au total, selon nos calculs. Les secteurs d’activité représentés restent variés, bien que la BioTech parvienne à tirer son épingle du jeu avec deux tours de table. Tout comme, au niveau de la répartition géographique, la région Grand-Est qui enregistre 2 opérations – derrière l’Île-de-France et ses 5 opérations –  dont 3 ont été menées à Paris. La semaine a été portée par une grosse levée, qui tire mécaniquement le montant général vers le haut. Ce qui justifie l’écart important entre moyenne (7,7 millions d’euros) et médiane (1,9 millions).

Ainsi, Luko arrive largement en tête du classement, avec 50 millions d’euros. La série B de l’AssurTech, soutenue par EQT Ventures, Orange Ventures ainsi que de multiples business angels, doit lui servir à développer sa vision à long terme en « continuant à investir dans la technologie home care, en travaillant sur son dimensionnement à plus grande échelle et en finançant sa croissance en France ». La startup s’apprête, par ailleurs, à lancer des produits nouveaux comme une assurance habitation pour immeubles. Pour mener à bien cette stratégie, elle envisage de recruter une cinquantaine de personnes en France.

En seconde position figure In&Motion. Fort d’une série A de 10 millions d’euros, soutenue par Upfront Ventures, 360 Capital et Bpifrance, la startup prévoit d’accélérer sa croissance en France, son premier marché, mais aussi à l’international, en Allemagne et aux États-Unis. Cela passera par des recrutements, puisque ses effectifs devraient doubler – la startup compte aujourd’hui une quarantaine de collaborateurs. Son objectif à plus long terme est d’adapter sa technologie d’airbags intelligents et connectés pour deux roues aux vélos électriques et autres moyens de déplacements urbains.

Cell-Easy complète le podium, avec un tour de table de 7 millions d’euros. Cette série A, menée auprès de Mérieux Equity Partners, M Capital Partners et Irdi Soridec Gestion, doit permettre à la BioTech d’accélérer sa croissance, en renforçant son équipe dirigeante et sa présence commerciale sur certaines géographies clés – en France et à l’international, sans plus de précisions. Experte du développement et de la production de cellules souches pour les essais précliniques ou cliniques, la société ambitionne de fournir à ses clients « un matériel cellulaire de qualité pharmaceutique à un coût abordable ».

Autres actualités financières

Le fonds Eutopia II réalise un closing à hauteur de 100 millions d’euros. Spécialisé dans l’investissement early stage, basé à Paris et New York, Eutopia s’est donné pour mission d’investir dans des startups B2C dont les solutions répondent aux aspirations des jeunes (génération Z et Millenials). Enjeux sociétaux et environnementaux sont donc centraux dans le portefeuille d’Eutopia, qui réunit à date 26 jeunes pousses affichant un chiffre d’affaires cumulé d’environ 40 millions d’euros au troisième trimestre 2020 – soit une hausse de 65 % par rapport à la même période l’an dernier. Le fonds prévoit d’investir des tickets compris entre 1 et 8 millions d’euros dans des startups évoluant dans les secteurs de la beauté, de la mode, de l’alimentation, de la maison et des loisirs en France, en Europe ainsi qu’aux États-Unis.

Sogelink acquiert GOTMI.IO. La première entreprise, qui accompagne les acteurs de l’écosystème des infrastructures, des chantiers et du patrimoine avec des solutions logicielles, cloud et mobiles, met la main – pour un montant non dévoilé – sur l’activité complémentaire de la seconde, à l’origine d’une plateforme collaborative dédiée à la coordination des travaux. Cela donnera à l’éditeur un coup d’accélérateur en matière d’intelligence artificielle, d’apprentissage automatique des usages et d’approfondissement de ses modèles collaboratifs. De quoi, selon lui, « améliorer l’accompagnement des collectivités dans la gestion de l’occupation de leur espace public ».

Docaposte rachète Pronote. La filiale numérique du groupe La Poste, a pris une participation majoritaire au capital d’Index Education, éditeur du logiciel de gestion de la vie scolaire pour le primaire, les collèges et les lycées. Plus de 15 millions de personnes (enseignants, élèves, parents) utilisent les solutions de ce dernier, qui affichait un chiffre d’affaires de quelque 20,8 millions d’euros en 2019. Docaposte édite de son côté la plateforme « Devoirs à la maison » créée à l’occasion du confinement pour les élèves en situation de déconnexion numérique. L’opération, réalisée avec le soutien de la Banque des Territoires qui prend, elle, une participation minoritaire, vise à « garantir la souveraineté numérique » des données collectées par Index Education.