Actus#culture / médias
Temps de lecture : 02'09''
13 janvier 2021

Believe viserait entre 500 et 750 millions d’euros pour son entrée en Bourse

Believe aurait bien prévu de s'introduire en Bourse, à Paris. Le groupe français de distribution et d’édition musicale chercherait, pour ce faire, à collecter entre 500 et 750 millions d’euros. Son objectif : grossir, jusqu’à talonner les majors du secteur.

Believe veut jouer dans la cour des grands. L’acteur français de la musique en ligne, qui tutoie les majors du secteur en matière de nombre de marchés, cherche à lever des fonds en vue de son lancement en bourse. Selon Les Echos, la scaleup tablerait sur une augmentation de capital autour de 500 millions d’euros. L’opération pourrait même atteindre 750 millions, par le biais de la vente d’actions existantes. Le quotidien économique affirme, par ailleurs, que les banques conseils ont été choisies en début de semaine afin de boucler ce tour de table entre mai et décembre 2021. Autre information : Believe aurait choisi de se faire coter sur Euronext, à Paris, alors qu’elle a un temps envisagé de le faire à New York.

Believe est valorisée autour de 2 milliards d’euros

Comme Reuters le précisait en novembre 2020, le groupe d’édition et de distribution musicale français serait alors valorisé à 2 milliards d’euros environ. Pour rappel, ce dernier a été fondé à Paris début 2005 et a racheté, 10 ans plus tard, son concurrent américain TuneCore. Signe d’un modèle pour le moins prometteur, Technology Crossover Ventures – un fonds d’investissement connu pour avoir précédemment parié sur Netflix, Spotify ou Facebook – a, la même année, investi dans l’entreprise dans le cadre d’un tour de table de 60 millions d’euros, aux côtés de XAnge, GPBullhound Sidecar et Ventech.

Pour rappel, Believe s’est d’abord concentré sur la distribution de la musique aux formats numériques, promettant aux artistes une répartition des recettes plus équitables que dans les majors. Un concept qui lui a permis de revendiquer, en 2019, pas moins de 8 % du marché mondial du streaming. Le Français a depuis élargi son offre afin de proposer des services aux artistes, tels qu’un accompagnement sur le volet marketing. Il s’est alors rapproché du fonctionnement des grands groupes en éditant lui-même ses propres artistes – son marché domestique, la France, est d’ailleurs le plus prometteur à date avec des chanteurs tels que Vianney, Landy ou encore Jul.

Selon Les Echos, ce tour de table devrait justement permettre à Believe de démarcher davantage d’artistes pour enrichir son catalogue. Le groupe s’apprêterait, en parallèle, à doubler son équipe de développeur·euse·s d’ici à 2023 – ils devraient alors être 250. C’est dans le but de poursuivre sa montée en gamme et en puissance que Believe mise sur une entrée en bourse.

Acquérir des technologies et d’autres labels pour espérer, un jour, venir se frotter à Universal, Sony et Warner. Le marché musical est, dans tous les cas, en pleine effervescence. En témoignent les récentes acquisitions de catalogues de Bob Dylan ou de Taylor Swift, qui ont provoqué quelques remous dans le secteur… tant du fait de la façon de procéder, parfois discutable, que des montants engagés pour semer la concurrence.