Outils et conseils#autre
Temps de lecture : 05'18''
3 février 2021
crédit photo Tours Métropole Val de Loire
crédit photo Tours Métropole Val de Loire

Entreprises du numérique : et si vous vous installiez en Centre-Val de Loire ?

Certain.e.s entrepreneur.e.s font le choix de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale à l’écart des grandes métropoles françaises. Des startups déjà installées envisagent quant à elles de quitter ces grands centres urbains, pour des villes à taille humaine. Découvrez les spécificités du Centre-Val de Loire, une région à une heure de Paris, et les accompagnements disponibles pour les jeunes pousses comme pour des plus grandes entreprises.

PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER

Alors que le contexte économique et social bouleverse depuis un an les habitudes de vie, les conditions de travail, et les objectifs de croissance des entreprises, nombreuses et nombreux sont les entrepreneur.e.s et salarié.e.s qui nourrissent l’envie de se mettre au vert, de prendre un nouveau départ. Mais pour aller où ? Dev’up, l’agence de développement économique de la Région Centre-Val de Loire, dont le rôle est d’accompagner territoires et entreprises dans leur développement, liste les avantages à entreprendre dans cette région, et souligne les actions mises en place pour aider ces projets d’implantation.

Un secteur du numérique en forte croissance

Le Centre-Val de Loire compte aujourd’hui des filières d’activités variées. Emmanuel Lionnais,  responsable adjoint du pôle attractivité et animation territoriale de Dev’up, explique par exemple que « la région a une grande tradition industrielle, c’est la première sur le secteur de la cosmétique, et elle est dans le top 3 en production pharmaceutique. Elle a aussi une forte activité tertiaire, on y trouve notamment de grands centres de services, de groupes bancaires et de l’assurance » . Mais le secteur qui présente la plus forte croissance ces dernières années est la filière du numérique.

En effet, « 27 500 emplois tournent autour du numérique, explique-t-il, avec plus de 7 600 entreprises qui œuvrent dans ce secteur » . En parallèle, il indique « qu’on y trouve 190 formations aux métiers du numérique, dont 21 labellisées ‘grandes écoles du numérique’. On retrouve par ailleurs deux grands laboratoires de recherche informatique reconnus au niveau national et international » . Un ensemble d’éléments qui attirent de plus en plus de grands groupes qui viennent s’y installer, à l’instar de Atempo, labellisée FT120, qui a ouvert son centre de R&D en intelligence artificielle ou encore Worldline qui a choisi le Centre-Val de Loire pour son futur centre européen de R&D. 

Pour Emmanuel Lionnais, le bassin d’emploi est quant à lui encore plus intéressant pour les entreprises depuis le début de la crise engendrée par le Covid-19, car de plus en plus de talents font le choix de s’installer dans la région. « Le leader des cryptomonnaies, Ledger, labellisé FT120, a par exemple développé son activité sur Vierzon. Cette ville est parfois citée comme un symbole de ruralité dans les médias, remarque-t-il, mais ces quinze derniers jours Ledger a recruté sans difficultés une vingtaine de nouveaux collaborateurs, car de plus en plus de gens veulent se mettre au vert. »

Un accompagnement gratuit pour les startups dès leur arrivée

Entreprendre dans une nouvelle région peut parfois être difficile pour une startup, surtout si aucun·e des dirigeant·e·s· n’en est issu·e·s. C’est pour pallier ce manque de connaissances que Dev’up offre gratuitement son aide aux startups. Elle propose ainsi aux jeunes pousses de les mettre en relation avec les bonnes personnes, de les aider dans leurs démarches de recherche de fonds, ou encore à trouver un logement. L’agence propose par ailleurs aux entrepreneur·euse·s des ateliers, avec des expert·e·s de leur secteur (des pépinières d’innovation, des laboratoires de recherche informatique à l’instar de Lifat ou Lifo,  le cluster dédié à l’agriculture connectée Agreentech Valley, etc.) pour les conseiller et répondre à leurs questions. À titre d’exemple, Antoine Laurent, CEO de trois startups de l’univers pharmaceutique (Pharmedistore, Pharmed’Insight, et Pharmedisound), a pu bénéficier de l’accompagnement de ces expert·e·s sur différents sujets comme le pacte d’actionnaires, le pitch investisseur ou encore la construction d’un business model. Il a notamment pu accéder à ces sessions de façon régulière en rejoignant le programme Scale’Up, proposé par Dev’up, qui comprend sept jours d’ateliers et un accompagnement individuel de douze mois. 

« J’estime avoir bénéficié d’un bon accompagnement qui m’a donné l’opportunité de pitcher face à des business angels européens, qui m’ont recontacté quelques temps plus tard pour participer à ma levée de fonds » , explique l’entrepreneur, qui a levé deux millions d’euros l’année dernière pour augmenter le nombre de pharmaciens partenaires et clients, et pour renforcer les collaborations avec les laboratoires. Plus globalement, il remarque que « la région a envie d’accueillir de plus en plus d’entreprises sur son territoire. Or, on sent quand on s’y installe que ce n’est pas seulement une volonté, ou un beau discours. La région et ses institutions font réellement bouger les choses, avec des personnes qui prennent du temps pour ça”. 

L’agence se donne par ailleurs la mission d’accompagner les jeunes pousses à l’international, en leur proposant de participer à près de cinquante salons tels que le CES, Vivatech, ou encore le Web Summit. Mais avant de s’internationaliser, il faut déjà bâtir un réseau local, et c’est ce que Dev’up a permis au fondateur de Pharmedistore, en facilitant notamment la rencontre de partenaires, mais aussi d’entrepreneur·euse·s prêt·e·s à s’entraider. Dev’up l’a d’ailleurs invité à rejoindre le réseau Ambassad’Up”, qui met en relation des chef·fe·s d’entreprise déjà installé·e·s avec les nouveaux arrivants, pour les conseiller et les accompagner lors de leur installation dans la région.

Le Centre-Val de Loire, une région à proximité des villes stratégiques du pays

Parce que Paris reste une ville avec laquelle il est essentiel de garder un lien, un trajet d’une heure en TGV depuis Tours, et une heure en TER depuis Orléans ou encore Chartres, suffit à rejoindre la capitale. D’ailleurs, en 2019, l’Insee comptabilisait 67 000 personnes vivant en région Centre-Val de Loire qui travaillaient à Paris. Emmanuel Lionnais explique que « beaucoup de ces personnes, notamment celles qui travaillent dans le secteur digital, sont séduites à l’idée de revenir sur des postes près de leur domicile » . Antoine Laurent, lui, souligne le hub de la région, notamment avec « la gare Saint-Pierre-des-Corps, à côté de Tours, qui permet de se rendre facilement à Lyon, Marseille, ou encore Nantes”.

Antoine Laurent, parisien de naissance, et pourangeaux depuis seulement quelques années, explique avoir eu un coup de cœur pour Tours qui « est une ville chargée d’histoire, très touristique, et à taille humaine » . Sans surprise, il ajoute que « le coût de la vie est nettement inférieur comparé à Paris, pour un petit appartement dans la capitale, on peut avoir une maison avec jardin en campagne proche d’une métropole » . Le temps de trajet le matin et le soir est par ailleurs largement réduit, ce qui lui permet de profiter pleinement de ce cadre de vie agréable.

Pour donner davantage d’informations sur l’accompagnement de Dev’up, et laisser la parole à des entrepreneur·euse·s de la région à travers des témoignages, l’agence organise un Webinar le 10 février à 18h00. L’occasion pour les startups qui s’intéressent au Centre-Val de Loire de trouver les réponses dont elles ont besoin.

Maddyness, partenaire média de Dev’up 

Assister au webinar
Article écrit par Maddyness, avec Dev'up
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER