16 juin 2021
16 juin 2021
Temps de lecture : 4 minutes
4 min
7422

21 propositions pour favoriser l’émergence de géants européens du numérique

Lors de l’événement Scale-Up Europe, Emmanuel Macron a reçu 200 membres de l’écosystème tech européen. Ces derniers lui ont avancé 21 propositions concrètes pour faire émerger des leaders technologiques et renforcer la souveraineté numérique du continent.
ÉCOUTER L’ARTICLE
Temps de lecture : 4 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.

"Nous devons construire un écosystème et des champions européens plus forts, et les entrepreneurs doivent pousser les gouvernements à être plus efficaces" , a déclaré Emmanuel Macron lors de l’événement Scale-Up Europe, destiné à favoriser l’émergence de géants du numérique européens, notamment face leurs concurrents américains et chinois.

Annoncé en décembre 2020 par l’Élysée, et lancé en mars dernier par Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la transition numérique, cet événement a rassemblé 200 acteurs de l’écosystème tech européen -entrepreneurs, investisseurs, chercheurs, corporates et décideurs publics-, parmi lesquels Niklas Zennström, fondateur et CEO d’Atomico, Taavet Hinrikus, fondateur et CEO de Wise, Ersilia Vaudo Scarpetta, Chief Diversity Officer à l’Agence Spatiale Européenne, ou encore John Collison, co-fondateur et président de Stripe. Ceux-ci ont délivré au Président de la République 21 propositions concrètes pour faire émerger en Europe 10 leaders technologiques valorisés au-delà de 100 milliards de dollars à horizon 2030, afin de renforcer la souveraineté numérique du continent.

Dévoilées le 16 juin à l’occasion de l’ouverture du salon Viva Technology, à Paris, voici les propositions -réparties en quatre grandes thématiques- qui visent à alimenter la réflexion, notamment dans la perspective de la présidence française de l’Union européenne au premier semestre 2022.

Dans le secteur de l’investissement :

1. Tirer parti de l'effet multiplicateur des financements publics au niveau de l’Union européenne

2. Créer un écosystème favorable à la cotation d'entreprises technologiques sur les bourses européennes

3. Booster le financement privé vers la classe d'actifs de capital-risque à haut rendement

4. Développer les marchés secondaires des actifs de croissance

5. Développer la visibilité et l'information sur les performances des VC européens

Pour l’accès aux talents :

6. Créer un statut de tech worker pour les talents européens, avec un contrat standardisé et la portabilité des droits sociaux sur le continent

7. Créer un visa technologique européen accéléré pour les non-Européens et un régime fiscal favorable aux expatriés

8. Mettre en place des plans de stock-options compétitifs dans les pays européens, puis aligner les meilleures pratiques à l'échelle européenne

9. Développer un taux de diversification européen basé sur les rapports des entreprises technologiques.

10. Développer une culture internationale dès le début du développement des startups avec l'anglais comme langue de travail

11. Aider les employés étrangers à s'installer, par exemple par des programmes d'aide à l'ouverture de comptes bancaires et à la recherche d'un logement

Pour l’émergence des DeepTech :

12. Créer un cadre normalisé pour le transfert de brevets afin d'accélérer les transferts de technologies hors des universités, et entre les startups et les grandes entreprises

13. Renforcer le rôle et la visibilité du Conseil européen de l'innovation (EIC) autour d'une feuille de route à long terme pour les DeepTech, accompagnée de programmes de marchés publics et d'un soutien financier et administratif adapté

14. Moderniser les réglementations pour prendre en compte les innovations de rupture

15. Promouvoir un plan d'action spécifique pour les banques publiques européennes, l'EIC et le Fonds européen d'investissement afin d'aider les fonds à s'adapter aux exigences de la DeepTech

16. Favoriser l'esprit d'entreprise au sein des universités en adaptant les programmes d'études, en encourageant les connexions entre les disciplines, en intégrant les entrepreneurs et les VCs dans les chaires universitaires

Sur la collaboration entre startups et corporates :

17. Mettre en place un crédit d'impôt pour les entreprises européennes qui investissent dans les startups européennes

18. Adopter un Small Business Act pour les administrations commerciales qui bénéficiera aux startups

19. Elaborer une charte de reporting et de bonnes pratiques sur les collaborations (open innovation, achats) et les reprises

20. Développer un programme d'échange inspiré d'Erasmus pour la technologie permettant aux employés de passer sans problème d'une startup à une plus grande entreprise

La dernière recommandation, plus générale, invite à :

21. Lancer une mission technologique européenne engagée pour renforcer la communauté européenne des startups et faire avancer la feuille de route Scale-Up Europe