Actus par Maddyness avec AFP
22 octobre 2021
22 octobre 2021
Temps de lecture : 2 minutes
2 min
6633

La Banque de France ne voit pas venir de « tsunami de faillites » et souhaite la fin des aides

Le gouverneur de la Banque de France a affirmé qu'il n'y aurait pas de vague de faillites d'entreprises et a appelé le gouvernement à stopper les dispositifs d'aide.
Temps de lecture : 2 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Légende photo :
Photo par Joseph Barrientos via Unsplash

La pandémie de Covid-19 n'entraînera pas de "tsunami de faillites" d'entreprises, a affirmé vendredi le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau, appelant à "sortir" des dispositifs massifs d'aides publiques déployées pendant la crise. "On peut dire qu'il n'y aura pas de tsunami de faillites" , a déclaré François Villeroy de Galhau au cours d'un discours donné à l'occasion de la convention annuelle des correspondants TPE-PME vendredi matin. "Je le dis au présent, mais aussi au futur" , a ajouté le gouverneur.

Plus de 18 mois après l'éclatement de la pandémie de Covid-19 marquée par plusieurs mois de ralentissement brutal de l'activité économique en raison de fortes restrictions de déplacements, les défaillances d'entreprises restent à un niveau très bas dans l'Hexagone. Elles s'affichaient en recul de 48% en septembre par rapport à septembre 2019, soit avant la pandémie, selon les dernières statistiques disponibles de la Banque de France. "Il n'y aura pas de vague de faillites et de vague de licenciements massifs" , a ajouté le ministre chargé des PME Alain Griset au cours du même événement vendredi. "C'est bien le contraire que l'on vit, les difficultés de recrutement" , a-t-il ajouté, saluant les dispositifs "massifs et ciblés" mis en place par les autorités afin de protéger les entreprises.

La France a déployé un arsenal de mesures durant la pandémie visant à éviter les défaillances, au travers d'un fonds de solidarité, du financement de l'activité partielle, et de prêts garantis, des dispositifs qualifiés par le président Emmanuel Macron de "quoi qu'il en coûte" économique face à la crise. Ces mesures ont été "totalement justifiées et efficaces" , a estimé vendredi François Villeroy de Galhau, appelant toutefois désormais à en "sortir" .

Maddyness avec AFP