Actus#voyage
21 mai 2022
Hob-Alenya
© Evi Hob

Evi Hob redonne vie aux hôtels abandonnés

Née en 2021, la jeune pousse Evi Hob souhaite redonner vie aux petits hôtels, principalement en zone rurale, en les transformant en « hobs », un hébergement à la croisée de l’hôtel et de l’auberge.

ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
Evi Hob redonne vie aux hôtels abandonnés
00:00 - 00:00
00:00

En France, le tourisme représente 7% de la richesse nationale (mesurée par le PIB, en 2018), 2 millions d’emplois et draine – en temps normal – quelque 90 millions de touristes internationaux. Mais parallèlement, le secteur est responsable de pressions significatives sur l’environnement (transport, bâtiment, artificialisation). Une étude de l’ADEME en 2021 a identifié les principaux postes d’émission de gaz à effet de serre : en premier lieu, les transports qui représentent 77% de l’empreinte totale. De leur côté, l’hébergement, la restauration et l’achat de biens touristiques totalisent 20% des émissions de gaz à effet de serre. 

Face à ce constat, Evi Hob est née en 2021 avec la volonté d’impulser une nouvelle pratique de tourisme, soucieuse de l’écologie et de la société. Comment ? En redonnant vie aux hôtels de campagne et en les transformant en « hob » : un hébergement à la croisée de l’hôtel et de l’auberge, véritable lieu de vie, d’échange et de rencontres ouvert aux voyageurs et aux locaux. Et il y a du travail, puisque plus de 200 hôtels de 20 à 50 chambres fermeraient leurs portes chaque année dans les villes et villages de campagne. 

Des vacances écoresponsables

Favorisé par le retour du tourisme de proximité, Evi Hob propose une offre variée : un espace de coworking, une épicerie, une offre de restauration inspirée des tables d’auberge, des loisirs… Sur place, les « hobs » se veulent exemplaires sur le plan environnemental, avec des dispositifs qui favorisent une consommation moins gourmande en énergie et en eau, en privilégiant les circuit-courts, ou encore, en contrôlant la production de déchets. 

Après un premier « hob » ouvert en mai 2021 à Alénya (Pyrénées-Orientales), l’entreprise a aujourd’hui un large vivier d’opportunités de rachat d’hôtels dans plusieurs régions françaises et souhaite y implanter son concept. Pour ce faire, Evi Hob vient de sécuriser une levée de fonds de 800 000 euros en capital auprès de business angels et a déjà collecté 215 000 euros en obligations sur Lita.co. L’entreprise est toutefois à la recherche de nouveaux financements pour acquérir le fonds de commerce de l’hôtel Fort du Pré, en Haute-Loire.

Pour y parvenir, la startup a une nouvelle fois choisi d’intégrer la plateforme de crowdequity Lita.co. Le ticket d’entrée minimum est de 100 euros mais constitue, comme tout investissement, un risque à ne pas négliger.

Pour découvrir Evi Hob, c’est par ici
Article écrit par Segolene Forgar
ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
Evi Hob redonne vie aux hôtels abandonnés
00:00 - 00:00
00:00