Actus par Maddyness, avec AFP
12 septembre 2022
12 septembre 2022
Temps de lecture : 2 minutes
2 min
13832

Eovolt lève 16 millions d'euros pour doper sa production de vélos électriques pliables

Eovolt a reçu le soutien de Raise Impact et de la Financière Arbevel dans le cadre d'une levée de 16 millions d'euros visant à doper la production de ses vélos électriques pliables. La startup ambitionne de tripler le nombre de bicycles fabriqués d'ici à 2025.
ÉCOUTER L’ARTICLE
Temps de lecture : 2 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Légende photo :
Eovolt

La startup lyonnaise Eovolt, fabricant de vélos électriques pliables, a annoncé ce lundi 12 septembre 2022 avoir levé 16 millions d'euros auprès de deux investisseurs français, pour tripler sa production d'ici à 2025 sur un marché en plein essor. Luca Chevalier et Baptiste Fullen, les deux fondateurs français de la jeune pousse, restent cependant "très largement majoritaire(s) au sein de la société" , explique ce dernier.

L'investissement est assuré par le fonds de capital-risque Raise Impact (groupe Raise) et la Financière Arbevel. L'entreprise, créée en 2017, a vendu 5 000 vélos en France en 2022, où elle réalise la moitié de ses ventes. Implantée à Genas (Rhône), où les vélos sont assemblés, elle ambitionne d'atteindre un chiffre d'affaires de 18 millions d'euros et d'avoir entre 45 et 50 employés (contre une trentaine actuellement) d'ici à la fin de l'année. Le dirigeant n'a pas souhaité indiquer le chiffre d'affaires 2021.

Une cible urbaine et professionnelle

Avec ses trois modèles, dont l'autonomie peut atteindre 100 kilomètres, et un premier prix à 1 699 euros, elle se positionne en milieu de gamme par rapport à ses principaux concurrents, le Français Décathlon et le fabricant anglais Brompton. Ce marché de niche, qui représente 4 % du parc des vélos à assistance électrique français selon l'Observatoire du cycle, vise une clientèle principalement urbaine cherchant à modifier ses habitudes de transport pour se rendre sur son lieu de travail.

"On vient éliminer toutes les barrières et les charges mentales liées à l'adoption d'un moyen de transport plus propre que la voiture" , affirme Baptiste Fullen, énumérant les difficultés à trouver un endroit pour attacher son vélo, mais aussi la peur du vol, "principal frein à l'achat d'un vélo électrique". La batterie des vélos Eovolt, qui pèsent entre 16 et 23,5 kilos, est effectivement logée à l'intérieur de la tige de selle, elle-même protégée par un antivol.

Selon l'Observatoire du cycle, le marché du vélo électrique pliable a connu une forte expansion depuis la fin des restrictions sanitaires liées à la pandémie : leur nombre a augmenté de 95 % en France en 2020, et de 21 % l'année suivante.