Actus#edtech
Temps de lecture : 03'57''
6 octobre 2022

Envi, l’école pour indépendants lancée par Catherine Barba

Fonder 4 entreprises ne lui suffisait pas ! L’entrepreneuse et investisseuse à l’énergie débordante, Catherine Barba, s’est associée à trois autres femmes pour fonder Envi, une école dédiée aux indépendants.

Fondatrice de Cashstore et CB Group, investisseuse dans la première saison de QVEMA, membre du board de 100.000 entrepreneurs et Renault… et désormais co-fondatrice et CEO d’Envi ! L’énergie et l’appétit de Catherine Barba pour l’entrepreneuriat semblent insatiables. 

Quand tu identifies un problème ou un besoin et que tu penses pouvoir le résoudre, alors il faut foncer , lance l’entrepreneuse pour expliquer ce nouveau projet.  Ce qui m’a sauté aux yeux quand je suis rentrée des Etats-Unis, c’était que le freelancing était une lame de fond qui allait bouleverser le monde du travail”. 

Avec cette société, Catherine Barba s’éloigne également de l’écosystème startup et de la quête de l’hypercroissance en ciblant les indépendants. “Se mettre à son compte, c’est-à-dire, être son propre compte de résultat, est beaucoup plus accessible. Mais ça ne s’improvise pas.” 

Pour proposer une offre, à la fois ciblée et efficace, elle s’entoure de deux amies d’enfance -Carine Malausséna, Charlotte de Charentenay (deux amies d’enfance) et de Rachel Lesage- en raison de leurs expériences dans le numérique, la gestion de projets ou encore la formation. Résultat de l’association de toutes ses compétences : la création de offres, pour les particuliers et les entreprises. 

Identifier les forces et travailler sur les faiblesses 

Dès la page d’accueil du site, le ton est donné. Un encart coloré et dynamique invite les visiteurs à venir tester leurs aptitudes entrepreneuriales en une quinzaine de minutes. Les 70 questions ont été élaborées avec des experts en neurosciences et en sciences cognitives afin d’évaluer les forces et les faiblesses des indépendants avant qu’ils ne s’engagent. 

4 composantes sont importantes pour réussir lorsqu’on entreprend, souligne Catherine Barba : une grande motivation et de la confiance, des ressources solides (personnes sur qui s’appuyer quand tout vacille), une grande capacité de travail et des compétences minimum en comptabilité, en marketing, etc. Attention, ce schéma “n’est pas rédhibitoire” , rassure l’entrepreneuse. Il est tout à fait possible d’être autodidacte ou de se former. 

Avec Envi, j’ai créé la pédagogie que j’aurais aimé avoir quand j’ai débuté” , précise t-elle. Ce qui donne, pour le moment, une quinzaine de formations de 2 à 12 semaines pour se lancer, pour décoller ou pour travailler un point précis (identifier ses clients, créer une offre unique et responsable ou encore une newsletter). L’accompagnement sur trois mois est éligible au CPF. 

Le collectif au coeur du modèle

En plus de leurs propres expériences qui balayent de nombreux sujets, les 4 fondatrices ont fait appel à des mentors /coachs qui ne sont autre que des entrepreneurs à succès bien connus. On retrouve Éric Larchevêque (Ledger), Philippe Hayat (100.000 entrepreneurs), Céline Lazorthes (Leetchi, Résilience), Frédéric Mazzella (BlaBlaCar), Marc Simoncini (Meetic, Angell) ou encore Marie Eloy (Bouge ta boîte), pour n’en citer que quelques uns. 

J’ai eu la chance de rencontrer des personnes incroyables au cours de ma carrière qui ont accepté de répondre à mon appel. Ils ont une véritable envie de transmettre” , ajoute t-elle. 

Les enseignements, organisés à distance, se feront sous forme de cohorte. “Les talents (personnes sélectionnées) bénéficieront de masterclass, devront travailler seuls à certains moments et collectivement à d’autres. Un agent de talents suivra les indépendants, une heure par semaine et par petits groupes, pendant toute la durée de la formation” , détaille Catherine Barba. 

La première sélection compte 23 profils très hétérogènes, qui ont déjà monté leurs projets, sont en train de le faire ou s’apprêtent à lâcher leurs CDI. “Nous sommes en train de tester le modèle, souligne t-elle avec humilité. Nous ajustons déjà les propositions et nous tirerons un premier bilan à la fin des 12 semaines” .

Pas question de mettre la charrue avant les bœufs ou de proposer des formations à la chaîne. Les 4 associées veulent prendre le temps de roder le modèle mais annoncent déjà une deuxième cohorte pour janvier 2023.  “Nous sommes une entreprise à mission, nous avons voulu rendre les formations accessibles” , ajoute la CEO. Les modules de 2 semaines sont proposés à 400 euros. 

Trois sources de revenu

Entreprise à mission, certes, mais entreprise avant tout, Envi a pour but d’être rentable. Le business model de la société repose sur trois piliers : 

  • Les formations,  
  • Un abonnement à 10 euros par mois donnant accès à 20 minutes de boost par Catherine Barba le lundi matin, un atelier le mardi et une session de pitchs de deux indépendants devant des mentors le vendredi. 
  • L’accompagnement des grands groupes. 

La pénurie de talents n’épargne personne, pas même les grandes entreprises. Les candidats font preuve d’exigence et souhaitent davantage donner de sens à leur travail et gagner en flexibilité, avec le télétravail notamment. Résultat de ces changements, les grands groupes “sont obligés de se tourner de plus en plus vers les indépendants”, constate Catherine Barba. Et la collaboration n’est pas toujours simple.

Les process, les attentes et les besoins ne sont, en effet, pas les mêmes. “Certaines entreprises sont en avance comme l’Oréal, par exemple, qui travaille avec de nombreux indépendants. Mais d’autres ont besoin d’être accompagnés”, admet-elle. Une solution qui aidera, encore une fois, les indépendants dans leur quête de rentabilité. 

“Permettre à un maximum de personnes de se mettre à son compte et être rentables, c’est ça qui me motive aujourd’hui”, conclut Catherine Barba.