7 novembre 2022
7 novembre 2022
Temps de lecture : 4 minutes
4 min
19720

Que font les fonds ? Le portrait de Sistafund

Dans le paysage de plus en plus foisonnant de l’investissement, les fonds se multiplient… et ne se ressemblent pas. Parce qu’une levée, ce n’est pas simplement encaisser de l’argent et surfer sur une bonne occasion de communiquer, nous avons décidé de brosser le portrait des fonds français pour aider les entrepreneurs à s’y retrouver et à choisir le bon investisseur. Au tour de Sistafund.
Temps de lecture : 4 minutes

SISTA et 50 Partners ont lancé en octobre dernier Sistafund I, le premier fonds d’investissement pour financer des startups fondées par des femmes entrepreneures et des équipes paritaires. Avec un objectif de 100 millions d’euros, son premier véhicule d’investissement permettra d’investir du pre-seed à la Série A des tickets allant de 250.000 euros à 3 millions d’euros. Maddyness a rencontré Tatiana Jama, cofondatrice de SISTA et Managing Partner de Sistafund.

La diversité comme critère de performance

D'après une étude du BCG, publiée en 2018, les startups fondées ou cofondées par des femmes performent mieux dans le temps, avec environ 10 % de revenus cumulés supplémentaires générés. Pour un dollar investi, elles généreraient 78 cents de valeur quand celles fondées par des hommes n’en génèrent que 31, ce qui les rendraient 2,5 fois plus rentables.

Cette même étude montre que, malgré cela, les investissements dans les sociétés fondées ou co-fondées par des femmes sont plus de deux fois moins importants. La question la plus évidente serait donc : pourquoi si peu d’investissements quand tout prouve que la rentabilité est là ?

Mais quand on parle à Tatiana Jama, on réalise que la question peut se poser différemment : "Je préfère adopter une approche positive sur ce sujet. Il me semble beaucoup plus intéressant de parler des opportunités d’investissement et des chiffres générés par des équipes mixtes. Toutes les études concordent : la diversité de profils crée de la performance". Sur ce sujet, l'écosystème français est encore loin d’être arrivé à maturité, mais Tatiana Jama commente : "De plus en plus de femmes entreprennent, avec ou sans hommes et avec Sistafund, nous voulons saisir ces opportunités. Nous voyons la mixité comme un critère de performance et nous pensons que les prochaines licornes seront féminines ou paritaires".

Sistafund, le chapitre 2 du collectif Sista

D’après Sistafund, 89 % des partners des fonds d’investissement sont des hommes, et dans 50 % d’entre eux, il n’y a aucune femme partner. Créé en 2018 par Céline Lazorthes, Tatiana Jama et Valentine de Lasteyrie, SISTA est à l’origine un collectif de femmes entrepreneures et investisseurs qui promeut plus de diversité dans l'économie numérique en encourageant notamment plus d’investissements dans les entreprises dirigées par les femmes. Pour Tatiana Jama, Sistafund est la suite logique de l’aventure : "Nous avons passé quatre ans à réfléchir et travailler sur la manière d’adresser le funding gap, c'est-à-dire les différences de levées entre les entrepreneures et les entrepreneurs. Aujourd’hui, avec le lancement de Sistafund I, nous voulons aussi le réduire de manière effective".

Il existe des structures similaires aux États-Unis comme le Female Founders Fund mais Sistafund revendique la place de premier fonds à mission égalité homme femme de cette taille en Europe. Pour Tatiana Jama, "des associations existent mais se concentrent sur l'entrepreneuriat féminin là où nous nous attaquons au financement".

Des tickets de 250.000 à 3 millions d’euros dans la tech

Sistafund s’appuie sur une communauté d’entrepreneurs qui proposeront leur expertise sur quatre thématiques : Steve Anavi (Qonto) et Jean Daniel Guyot (MemoBank) interviennent côté Fintech. Nathalie Balla (La Redoute) et Adrien Nussenbaum (Mirakl) accompagnent la thématique Consumer. De leur côté, Clément Buyse (PeopleDoc) et Nicolas Hernandez (360Learning) soutiennent les entrepreneurs sur la thématique SaaS, et Céline Lazorthes (Leetchi, Resilience) et Jonathan Benhamou (PeopleDoc, Resilience) interviennent sur la Healthtech.

Sistafund I investira de l’amorçage à la Série A avec des tickets d’entrée de 250.000 euros à 3 millions d’euros selon le tour de table, principalement en France et en Europe, avec quelques investissements Outre-Atlantique. Le fonds prévoit un closing à 100 millions d’euros d’ici 12 à 18 mois et a déjà levé 30 millions d’euros auprès d’entrepreneurs français et de trois entreprises : BNP Paribas, le groupe FDJ et L’Oréal. Les premiers deals devraient être annoncés dans les prochaines semaines.

Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.